Info Chrétienne a besoin de vous

Chères lectrices et chers lecteurs, nous avons besoin de vous aujourd'hui.

Info Chrétienne est un service de presse 100% gratuit et sans publicité, notre survie dépend de votre soutien.

Cliquez maintenant ici pour faire un don maintenant pour soutenir Info Chrétienne.

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

12 hauts fonctionnaires et universitaires appellent au retrait du projet de loi de bioéthique

Douze hauts fonctionnaires et universitaires appellent au retrait du projet de loi de bioéthique.

Une tribune écrite par un collectif de douze hauts fonctionnaires et universitaires chrétiens vient d’être publiée par le journal La Croix. Ils estiment que les sujets présentés dans la nouvelle loi de bioéthique n’ont pas été « traités avec sagesse ». Selon eux, « le silence n’est plus de mise ». Ils en appellent au retrait du projet de loi.

Dites non à la PMA pour toutes en signant la pétition « Non à la PMA sans père ».
Découvrir, signer et partager la pétition en cliquant ici.

Pour prendre la parole, ils commencent par évoquer les États généraux de la bioéthique, les associant à un « jeu de faux-semblants ».

« Dès juin 2018, le président du CCNE a ainsi pris ses distances avec les participants au débat, qualifiés de ‘militants’. Leur opinion, qui refusait les principales mesures proposées, a été récusée. L’avis 129 du CCNE, adopté en septembre 2018, est d’ailleurs écrit comme s’il ne tenait pas compte de ces États généraux. »

Les hauts fonctionnaires précisent ensuite que l’avis public de la Cour de Cassation n’a pas été sollicité. Ils traitent également de la mission d’informations de l’Assemblée Nationale, en juin 2018. Ils qualifient son rapport de « version améliorée du Meilleur des Mondes, d’Aldous Huxley ».

« Le rapporteur, M. Jean-Louis Touraine, ne déguise d’ailleurs pas ses intentions. Tout y passe : remise en cause de la filiation, tri des embryons (projet parental, projet de recherche ou destruction), élimination des embryons potentiellement porteurs de maladie qu’il ne faut bien sûr pas appeler eugénisme, faveur donnée à une procréation dissociée de la sexualité. »

Ce rapport ne peut, selon eux, « constituer une base sérieuse pour construire un projet de loi qui touche aux structures de notre société ».

« Toutes les idées qui ne plaisaient pas au rapporteur ont été récusées, ignorées ou instruites à charge de sorte qu’il eût été préférable d’écrire le document préalablement aux auditions. Résultat : 350 pages aux conclusions attendues dès les premières lignes sans une once de doute ou d’humilité, qui sont pourtant au fondement de toute démarche bioéthique. »

Les auteurs de la tribune dénoncent alors leur propre naïveté.

« Nous étions naïfs en pensant que quelque leçon avait été tirée des errements scientistes et technicistes du XXème siècle, eugénisme nazi ou lyssenkisme soviétique. Nous qui avions la certitude qu’en ces temps de plaidoyer pour l’écologie apparaîtrait le contresens de vouloir trafiquer l’homme sans prudence, nous en sommes pour nos frais. »

Ils rejettent ainsi la France proposée par Jean-Louis Touraine.

« Nous ne voulons pas pour nos enfants de la France de M. Jean-Louis Touraine, une France individualiste où le plus faible n’a pas sa place, une France où l’argent et le marché pénètrent la sphère de l’intime et où l’homme devient objet de commerce. N’ajoutons pas une fracture de plus à notre ‘archipel français’ où la cohésion se brise à force de vouloir dissoudre les liens qui unissent les personnes, y compris une base anthropologique qui leur soit commune. »

« Formes du débat » non respectées. Pas de « consensus large » comme l’avait envisagé le président Macron, « disproportion remarquée entre le nombre de personnes favorables au projet de loi et personnes défavorables auditionnées par la commission spéciale de l’Assemblée nationale », « aucune audition puis aucun amendement n’ont fait dévier le gouvernement ». Dans ces conditions, alors qu' »aucun débat réel n’a été possible », ils appellent au retrait du projet de loi de bioéthique.

Aidez-nous à faire connaître la réalité et les enjeux de la loi sur la PMA pour toutes !
Faites un don pour soutenir Info Chrétienne en cliquant ici.

M.C.

Découvrez ci-dessous d’autres raisons de dire non à la PMA sans père :

12 000 êtres humains congelés au stade d’embryon seront détruits lors du passage de la loi sur la PMA pour toutes

François-Xavier Bellamy : Le choix de la PMA pour toutes « sera notre malédiction »

Pourquoi 2 000 médecins ont-ils signé un manifeste contre la PMA pour toutes ?

PMA pour toutes : les couples stériles seront les grands perdants de la nouvelle loi

Apologie de la GPA sur Sept à Huit en plein débat sur la PMA pour toutes

Comme Martin Luther King, Mgr d’Ornellas dévoile son « rêve » pour la société

PMA sans père et business de la procréation : La France devra acheter son sperme à l’étranger

Révision des lois de bioéthique : Quelle est la position de la Conférence des Évêques de France ?

« PMA sans père : attention danger ! », Jean-Frédéric Poisson appelle à manifester le 6 octobre

PMA pour toutes / TF1 s’interroge : Entre anonymat des donneurs et quête d’identité des enfants issus de dons

PMA pour toutes : Des pédopsychiatres dénoncent des études « conduites avec un objectif militant »

Débat : quatre raisons de s’opposer à la PMA pour toutes

Parce qu’un enfant a des droits mais qu’on n’a pas droit à un enfant, non à la PMA pour toutes

PMA sans père : la boîte de Pandore de l’eugénisme et de la marchandisation du corps

Un avis retentissant qui change radicalement la donne sur la PMA sans père

Jean-Pier : « Non, être homosexuel ne nous donne pas des droits supérieurs, et surtout pas le droit à l’enfant »

7 raisons de manifester le 6 octobre contre la PMA pour toutes selon le philosophe Charles-Éric de Saint Germain

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.