13-Novembre et traumatisme : « La mémoire collective influence profondément la mémoire individuelle »

Mercredi 8 septembre 2021 s’ouvrira le procès des attentats du 13 novembre 2015. Cet épisode judiciaire hors-norme, qui durera plusieurs mois, constituera à n’en pas douter une étape majeure pour les victimes et leurs proches.

Directeur d’études à l’École pratique des hautes études de Paris, Francis Eustache est à la tête de l’unité de recherche « Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine ». En 2016, il a initié, avec l’historien Denis Peschanski, le programme 13-Novembre, dédié à la compréhension des mémoires traumatiques. Il nous en présente les premiers résultats.


The Conversation France : Le procès qui va s’ouvrir mercredi pourrait-il raviver le traumatisme subi par les victimes de ces terribles attentats ?

Francis Eustache : Les réponses à cette question sont complexes et diffèrent d’une personne à l’autre. Le procès est certes redouté, mais il est attendu depuis plusieurs années. Il ne s’agit pas d’un événement imprévu, qui surgirait brutalement, comme lorsque la personne est confrontée à un autre événement traumatique. Il occupe au contraire une place espérée dans cette longue chronique, une forme d’aboutissement qui n’est pas un point final.

Cela va toutefois sans nul doute être une épreuve difficile, et toutes les victimes n’y participeront pas. Pour des raisons logistiques, et aussi parce que certaines personnes ne veulent pas voir, pas raconter. Ou ne le peuvent pas. C’est en particulier le cas de certaines personnes qui ont été endeuillées par les attentats. Mais le procès va néanmoins participer à la reconstruction des victimes d’une manière générale. Au-delà de l’établissement des culpabilités et de l’attribution des peines, en faisant appel à la narration, il va participer, en approchant la vérité des faits, à la réécriture des événements dans leur mémoire. Et, je l’espère, ce nouveau récit partagé contribuera, lentement, à procurer non seulement un peu de réconfort, mais aussi à prendre de la distance par rapport à l’émotion exacerbée et au chagrin. Sans pour autant oublier.

Dans ce contexte, au cours des mois à venir, chaque personne qui s’exprimera dans l’espace public devra avoir conscience qu’elle porte une responsabilité dans la façon dont elle rendra compte de cet événement. Ce qui se dit dans l’enceinte du tribunal est une chose, ce que l’on porte sur la place publique en est une autre. Il y a une ligne rouge à ne pas franchir, il faut éviter de sombrer dans la surenchère, d’entrer dans des détails inutiles. D’autant plus que le procès va durer plusieurs mois. Sinon, il y a un risque réel de dommages supplémentaires pour les victimes. On peut établir une analogie avec le cabinet du médecin, où s’expriment des propos importants pour la thérapie du patient, mais qui n’ont pas vocation d’être divulgués.

In fine, il s’agit pour nos sociétés démocratiques de montrer qu’elles sont capables, non seulement de répondre au terrorisme, mais aussi d’accompagner les victimes avec dignité. La façon dont ce long procès va se dérouler, devant nous tous, est aussi importante en ce sens ; l’éthique de notre société y est convoquée.

TCF : Pouvez-vous nous en dire plus sur le programme 13-Novembre, que vous avez initié avec l’historien Denis Peschanski ? Comment cette idée a-t-elle germé dans vos esprits ?

FE : Le programme 13-Novembre a démarré en avril 2016. Prévu pour durer 12 ans, il est articulé autour de deux études principales : l’étude « 1000 » (pour 1 000 participants) et l’étude « Remember ».

Nous avons divisé les participants en quatre cercles, selon leur proximité à l’événement. Le cercle 1 correspond aux personnes directement exposées aux attentats. Le cercle 2, aux personnes qui vivent ou travaillent dans les quartiers visés, mais n’étaient pas présentes au moment de l’attaque. Le cercle 3 est constitué par les personnes qui vivaient en région parisienne à l’époque (à l’exclusion des personnes des 2 premiers cercles). Enfin, dans le cercle 4, on retrouve des personnes qui vivaient en province, plus précisément dans 3 villes : Caen, Metz et Montpellier. Les personnes des cercles 2, 3 et 4 ont appris la survenue de l’attentat à la radio, à la télévision, par téléphone, etc.

Concrètement, les participants ont d’abord intégré l’étude 1000, qui a consisté en des entretiens filmés, puis 200 d’entre elles, appartenant uniquement aux cercles 1 et 4, ont intégré Remember. Cette seconde étude implique quant à elle des examens médicaux, psychologiques et en imagerie cérébrale (IRM). Elle vise principalement à comprendre pourquoi certaines personnes, confrontées à un tel événement, développent un trouble de stress post-traumatique tandis que d’autres vont être résilientes. L’idée est d’identifier les mécanismes à l’œuvre, et les éléments qui les renforcent ou les résorbent.

TCF : Pourriez-vous nous rappeler en quoi consiste le trouble de stress post-traumatique ?

FE : Le trouble de stress post-traumatique survient après un événement durant lequel la victime perçoit qu’elle est en péril, que son intégrité physique (ou celle d’une personne dont elle est proche) est potentiellement menacée. Face à cette situation, la personne se sent totalement démunie.

De façon arbitraire, selon les critères actuels, on évoque le diagnostic de trouble de stress post-traumatique si les symptômes perdurent un mois après cet événement traumatique. Avant cette période, on parle de stress aigu. Celui-ci se rapproche davantage du stress auquel tout un chacun a pu être confronté (sans qu’il n’y ait forcément de lien avec un événement traumatique) : celui d’un entretien important, d’une soutenance de thèse… Ses effets s’estompent généralement en quelques jours. Dans le trouble de stress post-traumatique, au contraire, les conséquences du stress sont durables.

Le symptôme principal qui caractérise ce trouble est ce que l’on appelle les reviviscences (ou les « intrusions ») : les personnes revoient des images (ou réentendent des sons, perçoivent des odeurs, etc.) qui appartiennent à la scène du traumatisme.

TCF : En quoi ces intrusions diffèrent-elles des souvenirs ?

FE : Il ne faut pas confondre ces intrusions avec des souvenirs : un souvenir est quelque chose de construit. Vous vous souvenez de ce que vous avez fait dimanche dernier, vous revoyez les images, mais vous avez conscience que ces images appartiennent au passé. Le souvenir est contextualisé : vous savez comment vous étiez arrivé là, ce qui s’est passé avant, après, etc.

Les intrusions au contraire sont des éléments disparates, désorganisés, chaotiques. Elles sont très sensorielles, très émotionnelles. Et, à la différence d’un souvenir, elles surgissent dans le présent : l’individu qui en est victime les perçoit comme si l’événement se produisait à nouveau. C’est pour cela que l’on parle de blessés psychiques : la blessure causée par le traumatisme demeure béante du fait de ces intrusions incessantes.

Face à ces intrusions, la personne développe des mécanismes d’évitement, pour se protéger. Mais ces mécanismes protecteurs finissent par être tellement envahissants qu’ils deviennent à leur tour des symptômes. Par exemple, pour des attentats comme le 13-Novembre, qui ont lieu en présence de nombreuses personnes, la victime va avoir tendance à éviter les foules, à rencontrer peu de gens, elle va éviter les salles de spectacles, les lieux clos, et sa vie sociale va se restreindre en conséquence.

À tout cela s’ajoutent des réactions végétatives : sursauts, cauchemars, qui constituent d’autres stigmates de cette blessure. Enfin, d’autres symptômes et comorbidités vont parfois accompagner ce « noyau central » : dépression, anxiété, addictions, difficultés d’interactions sociales… Mais quoi qu’il en soit, le cœur du syndrome est bien cette capacité à réguler les intrusions. Elles sont au centre du trouble, tout le reste gravite autour, avec des expressions différentes d’une personne à l’autre.

TCF : L’étude Remember a justement étudié les mécanismes de contrôle de ces intrusions. Comment s’est-elle déroulée ?

FE : La grande force de cette étude réside dans son design général et dans le nombre important de participants. L’étude porte sur deux groupes principaux : l’un est constitué de personnes qui étaient au Bataclan, ou sur les terrasses attaquées, l’autre est un groupe « contrôle » (des habitants de Caen qui n’ont pas été directement impactés par les attentats – il s’agit du cercle 4).

Le groupe des victimes directes des attentats est ensuite subdivisé en deux sous-groupes, selon que ces participants ont développé un trouble de stress post-traumatique ou se sont avérés résilients. Enfin, les membres de chacun de ces deux sous-groupes sont appariés en fonction de leur situation précise face aux scènes des attentats (s’ils étaient dans la fosse du Bataclan, sur une terrasse, plus loin, ils étaient policiers, médecins, etc.).

Ce design est, scientifiquement parlant, extrêmement solide. De plus, le grand nombre de participants (200 personnes, dont environ 120 membres du cercle 1, permet des analyses statistiques très puissantes.

Pour savoir pourquoi certaines victimes sont capables de maîtriser la survenue des intrusions typiques du trouble de stress post-traumatique tandis que d’autres n’y parviennent pas, nous avons centré nos analyses sur l’IRM de haute résolution. Cette technologie permet, d’une part d’étudier la morphologie du cerveau, pour détecter d’éventuelles modifications d’un groupe à l’autre. D’autre part, l’IRM fonctionnelle permet quant à elle de mesurer l’activité du cerveau pendant que le participant réalise une tâche, en l’occurrence de visualiser le cerveau d’un sujet qui tente de repousser une intrusion.

TCF : Il ne s’agissait bien sûr pas de réveiller les intrusions traumatiques chez les sujets…

FE : Non, évidemment, pour des raisons éthiques évidentes. Grâce à Pierre Gagnepain, qui avait déjà expérimenté cette méthodologie dans un autre cadre, nous avons conçu une expérience appelée « think – no think » (« penser – ne pas penser ») permettant de générer des intrusions « neutres », c’est-à-dire, non traumatiques, en faisant l’hypothèse que ces intrusions neutres allaient mettre en œuvre les mêmes mécanismes cérébraux que les intrusions traumatiques. Pour prendre une image : si vous conduisez votre voiture et que quelque chose surgit devant vous, vous allez immédiatement appuyer sur le frein, qu’il s’agisse d’un sanglier ou d’un enfant ! La réaction émotionnelle qui s’ensuit est différente, mais les mécanismes qui permettent le contrôle sont les mêmes.

Le think – no think consiste à faire surapprendre aux participants des associations entre des couples de concepts. Par exemple le mot écrit « bateau » et l’image d’une maison. Après cet apprentissage, quand le participant voit écrit le mot bateau, immédiatement lui vient à l’esprit l’image d’une maison, de façon quasi irrépressible. On mime ainsi la survenue de l’intrusion traumatique, sans le traumatisme.

Ensuite, une fois dans l’IRM, on demande à la personne, lorsqu’elle voit le mot bateau écrit en lettres rouges, d’essayer de chasser l’image de la maison, qui survient d’abord de façon irrépressible. On mesure l’activité du cerveau dans cette situation précise.

Crédit image : Creative Commons / Flickr

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.