3 choses que les ados doivent savoir sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont marqué un changement dans nos vies d’adulte, mais ils ont bien plus encore, bouleversé la manière de traverser la délicate période de l’adolescence.

Aujourd’hui, l’adolescent n’évolue plus en circuit fermé avec sa famille, sa bande d’amis, l’école et la télé. Il a une ouverture extraordinaire sur le monde via les réseaux sociaux. Malheureusement, il ne s’agit pas toujours du monde réel, mais plutôt d’une image de notre monde, celle que leurs trop nombreux « amis » et notre société essaient de leur transmettre.

Derrière chaque connexion, chaque contenu créé, chaque photo partagée se cachent des dangers. Distorsion de la réalité, perte de temps, dépression, jeux dangereux, pornographie… Les ados courent un risque sur les réseaux sociaux. Ils font toutefois partie de leurs vies. Tout l’enjeu pour l’adulte est désormais de leur apprendre à vivre avec ces outils, à en faire une utilisation raisonnée et pourquoi pas à s’en emparer pour l’annonce de l’Evangile.

Voici 3 vérités que tout ado doit garder à l’esprit quand il utilise les réseaux sociaux.

  • Connaître le danger

Un des grands travers de la nature humaine depuis toujours est l’orgueil. L’orgueil a poussé les descendants de Noé à bâtir une tour « dont le sommet touche le ciel », pour se faire un nom.

Voilà le danger des réseaux sociaux : l’orgueil, se faire un nom coûte que coûte.

Il faut tout faire pour éviter de n’être « personne », il faut parler même si l’on n’a rien à dire, il faut être intelligent, sexy, aventurier ou important… Quitte à jouer un jeu, à truquer son image, à mentir un peu.

  • Connaître les conséquences

C’est ce qu’on fait les hommes du temps de Babel. Ils ont falsifié. Ils ont pris des briques à la place des pierres, et du bitume à la place du ciment.

Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment.
Genèse 11:3

Qu’importe la réalité, la solidité de la construction… L’apparence est sauve. C’est ce que font nos ados et de nombreux adultes d’ailleurs, sur les réseaux sociaux. Il faut en être conscients afin de s’en préserver. Mon « ami(e) » n’a pas forcément une vie de rêve, elle me montre que sa vie est un rêve. Mais la réalité peut être bien différente.

Alors pourquoi ne pourrait-il pas se prêter à ce jeu de la falsification ? Tout simplement, parce que de la même manière qu’il a provoqué la destruction de Babel et la confusion des peuples, il apporte la destruction dans les jeunes vies des adolescents. Parce que c’est une forme de mensonge qui au bout du chemin s’avère destructeur pour tous.

Parce que ce jeu engendre de la confusion. L’identité définie par le prisme du réseau social n’est qu’une chimère, une tour instable, appelée à s’effondrer.

  • Utiliser l’outil de manière pertinente

Les réseaux sociaux sont toutefois un outil extraordinaire, avec un potentiel fort. Tout outil peut-être utilisé pour un mauvais ou pour un bon projet. Une fois qu’ils ont identifié le danger et intégrer les conséquences, les ados peuvent s’emparer de l’outil pour un projet béni.

Sur les réseaux sociaux, ils pourront rencontrer de nouvelles personnes, partager de nouvelles idées, apprendre de la foi des autres, s’ouvrir à un monde complexe, confronter leurs opinions… Ils pourront donner de l’attention au lieu d’en attendre des autres, être un instrument de bénédiction pour quelqu’un qui souffre… Plus tard, ils pourront l’utiliser pour faire connaître Jésus en étant en phase avec leur génération.

Et c’est la responsabilité des parents en premier lieu, ainsi que des éducateurs, d’alerter, d’informer, de discuter, d’échanger afin d’aider les ados à mûrir dans leur utilisation des réseaux sociaux et à se préserver de tous les dangers.

La rédaction

Source : The rebelution

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.