Ces 5 habitudes de la vie moderne nuisent à notre santé physique et mentale

Selon la sociologue Jean Twenge, « la vie moderne n’est pas bonne pour la santé mentale »…

On estime en France, qu’une personne sur 5 a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. L’OMS estime que les troubles dépressifs représentent le 1er facteur de morbidité et d’incapacité sur le plan mondial ! Entre 2005 et 2015, on a assisté à une augmentation de 18% du nombre de personnes souffrant de dépression. L’obésité et les pathologies qui y sont associées s’installent également de plus en plus dans nos sociétés. 1,4 milliards d’adultes seraient en situation de surpoids ou d’obésité, et le chiffre devrait atteindre 3,3 milliards en 2030. Quant à la solitude, 5 millions de français en souffriraient, dont 2 millions de jeunes

Toutes ces problématiques nous sont désormais si familières, et pour de nombreux scientifiques et psychologues, notre mode de vie en est l’une, sinon la principale cause.

Nous avons créé une société au sein de laquelle notre développement est entravé. Nos corps, nos émotions souffrent et notre santé physique et psychologique se dégrade.

Nos besoins primaires seraient-ils niés par nos sociétés ? Nous avons besoin de respirer, de bouger, de parler, d’interagir, de fabriquer, d’imaginer… Et nous en sommes privés. Sommes-nous en chemin pour ressembler aux humains du dessin animé futuriste et anti-consumériste, Wall-E ?

Il n’est jamais trop tard pour se ressaisir et pour agir… Les médecins estiment qu’il faut combattre ces 5 habitudes de la vie moderne qui nuisent chaque jour un peu plus, à notre bien-être et à notre santé mentale.

La sédentarité

Nous ne marchons plus, et ne bougeons plus. Nos corps sont en souffrance. Il a été démontré qu’en plus de détériorer la santé physique, la sédentarité augmente les risques d’anxiété et de dépression.

Faire du sport permet au corps de sécréter des endorphines qui stimulent l’humeur… Pourquoi se priver d’un antidépresseur naturel et gratuit ?

La surconsommation

Acheter des objets n’augmente pas notre bonheur. Certains pensent même que posséder trop, augmente l’anxiété.

Être attentif à ses besoins, les connaître et les respecter est une étape importante dans la reprise en main de sa santé mentale.

Le manque de sommeil

Le lien entre santé mentale et sommeil paraît évident, puisque la vocation du sommeil est de restaurer le corps, et donc également notre système nerveux. Nous négligeons pourtant de plus en plus notre sommeil, accaparés par le film du soir ou le fil d’actu sur les réseaux sociaux…

En finir avec cette lumière bleue le soir qui freine l’endormissement contribuera à notre équilibre.

L’abus de smartphones et de technologie

Quand la présence des nouvelles technologies a augmenté, les problèmes de santé mentale ont augmenté. Et les réseaux sociaux sont en première ligne. Les personnes qui utilisent leur smartphone très fréquemment, adolescents comme adultes, seraient davantage anxieuses et déprimées.

Bill Gates et Steve Jobs limitaient ou interdisaient l’utilisation des écrans à leurs enfants… Il est temps de nous appliquer les recommandations de ces deux fondateurs !

La vie en intérieur

Vivre à l’intérieur nuirait à notre santé. Nous vivons trop enfermés, alors que nous avons besoin de nature, de grand air et de marche. Une étude révèle même qu’une balade dans la nature diminue bien plus les risques de dépression qu’une sortie en milieu urbain…

Notre santé est entre nos mains. Consommer mieux, avec mesure, bouger, communiquer, lire et sortir… La science ne nous apprend finalement rien de plus, que ce que le bon sens nous dicte. Alors qu’attendons-nous ?

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?
1 Corinthiens 6:19

H.L.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.