80 ans de la rafle du Vel’ d’hiv : La lettre de Mgr Saliège, qui dénonçait en 1942 la déportation des Juifs, sera lue dans les synagogues

À l’initiative du grand rabbin de France Haïm Korsia, la lettre de Mgr Jules Saliège, écrite en 1942, sera lue dans les synagogues lors du prochain shabbat, samedi 16 juillet. Il s’agissait de l’une des premières prise de position publique en faveur des Juifs sous le régime de Vichy. 

Dimanche 23 août 1942, l’archevêque de Toulouse, Jules Géraud Saliège, a fait lire dans la plupart des églises de son diocèse une lettre de protestation pour dénoncer le traitement réservé aux Juifs sous le régime de Vichy.

Alors que les 80 ans de la rafle du Vélodrome d’Hiver seront célébrés samedi 16 juillet, le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a demandé à ce que cette lettre soit lue dans les synagogues de France.

« Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits, tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer », écrivait l’archevêque dans cette lettre, avant d’évoquer les convois transportant des femmes, des hommes et des enfants juifs traités comme « un vil troupeau ».

« Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle. »

« Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Tout n’est pas permis contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos Frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier », poursuivait-il.

Cette missive a connu à l’époque un grand retentissement dans l’opinion puisqu’il s’agissait d’une des premières prise de position publique en faveur des Juifs, comme l’explique le site internet Musée de la Résistance en ligne.

Pourtant, selon ce même site, Mgr Saliège n’a jamais rompu avec le régime de Vichy et est même demeuré fidèle au Maréchal.

Jean Estèbe, professeur d’histoire à l’université de Toulouse, écrit qu’il ne fut en rien « un évêque partisan, ni le pétainiste convaincu, ni le gaulliste, ni même l’évêque ‘rouge’ qu’on a successivement présentés ». Il estime que ses déclarations furent en ranche « toujours inspirées par des motifs religieux et nourries par la doctrine sociale de l’Eglise […]. La question du régime politique n’était pas primordiale pour lui […]. Il condamnait tout racisme et toute pratique inhumaine à l’égard d’une catégorie particulière de la population […]. C’était un militant de la résistance à l’immoralisme nazi, pas de la résistance au régime de Vichy ».

Considéré comme « l’évêque de la Résistance », l’archevêque a reçu à ce titre la Croix de la libération en août 1945.

Camille Westphal Perrier

Crédit image : Creative Commons / Wikimedia

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.