Acquittement d’Asia Bibi : la colère sans limite des musulmans extrémistes

Appels à la haine, au meurtre des juges, manifestations de musulmans extrémistes en colère, routes bloquées et écoles fermées… Jusqu’où va aller la colère des musulmans extrémistes ?

La condition des minorités religieuses en général, et des chrétiens en particulier, est complexe au Pakistan. Et si nous attendions depuis tant d’années l’acquittement d’Asia Bibi, figure emblématique des lois sur le blasphèmes, nous savions que cette décision serait accompagnée d’une vive recrudescence de la persécution. Khadim Hussain Rizvi, chef du parti politique TLP, avait promis de paralyser le pays en cas d’acquittement. Alors, depuis l’annonce du verdict, le pays est plongé dans l’horreur.

Un de nos correspondants sur place, que nous ne nommerons pas pour sa sécurité, nous explique qu’une pétition est lancée pour une révision du verdict. Les opposants demandent à ce qu’Asia Bibi reste au Pakistan. Il nous raconte les menaces qui pèsent sur sa communauté.

« Les extrémistes ne se calment pas, ils n’acceptent pas cette décision. Les chrétiens sont continuellement dans la crainte, particulièrement au sujet du culte de dimanche. »

Un autre de nos correspondants raconte que les chrétiens ont pour consigne de rester chez eux jusqu’à dimanche.

« Tous les membres de ma famille sont à la maison. Impossible de sortir. Il en est de même pour mes neveux et nièces. Les écoles sont fermées. Nous n’avons pas été touchés. Mais on nous a demandé de rester à la maison. »

Le Pakistan, c’est 204 millions de musulmans et 3 millions de chrétiens. Cette minorité est discriminée, harcelée et persécutée au quotidien. Mais bien que leur sort était déjà tragique, ils font face ces jours-ci à une persécution encore plus vive. Les médias pakistanais n’en parlent pas, mais les réseaux sociaux nous révèlent leur situation actuelle. Khadim Hussain Rizvi, chef du parti dont les manifestants sont dans les rues, a appelé au lynchage des chrétiens.

Voice of Pakistan Minority, parle d’un « état de siège » et de « chaos ». De nombreuses routes sont bloquées.

Un chrétien pakistanais réclame la prière :

« Ils se sont emparés des rues et brûlent tout. Priez pour la paix dans notre pays. »

Les biens, les magasins, tout est soumis au pillage.

Selon SOS Chrétiens d’Orient, « la rue réclame la mort d’Asia Bibi ».

Même la nuit n’arrête pas leur fureur.

Selon une traduction de Voice of Pakistan Minority, les membres du TLP appellent au meurtre des 3 juges :

« Selon la charia, ces 3 juges sont Waajib-ul-Qatl [dignes d’être assassinés]. Si les travailleurs n’ont pas accès à eux, alors que leurs chauffeurs les tuent. Ou que leurs chauffeurs les tuent. »

En acquittant Asia Bibi, les juges ont déclenché un mouvement de haine à leur égard, bien qu’ils soient musulmans. Mais Saqib Nisar, juge en chef, s’est refusé à condamner à mort sans preuve.

« Nous sommes prêts à sacrifier nos vies pour l’honneur du Prophète. Mais nous ne sommes pas juges uniquement pour les musulmans. Comment puis-je condamner quelqu’un contre qui il n’y a aucune preuve ? »

Saif ul-Mulook, avocat d’Asia Bibi, est lui aussi en danger de mort.

« Je pense que je ne suis absolument pas en sécurité. Je suis une cible facile, tout le monde peut me tuer… Si vous défendez de tels cas, vous devaient être prêt à ces conséquences. Il vaut mieux mourir en homme courageux et fort que mourir comme une souris craintive. »

Imran Khan, Premier Ministre pakistanais, pourtant connu pour sa position en faveur des lois sur le blasphème, appelle au retour au calme. Il rappelle que le gouvernement remplira ses obligations de protection des citoyens et se dit prêt à prendre des mesures contre ceux qui s’opposeraient au gouvernement.

La foule répond à cet appel en piétinant son portrait.

L’armée met en garde les manifestants. Selon elle, son « seuil de tolérance » aurait été atteint quand un des responsables des manifestants aurait appelé les militaires à la mutinerie.

« Il s’agit d’une affaire judiciaire et l’armée n’a rien à voir avec cela. […] Ne nous entraînez pas dans ce genre d’affaires. […] Ne nous forcez pas à entrer en action. »

Le ministre de l’Intérieur indique quant à lui que le gouvernement actuel ne fera aucun compromis sur le blasphème.

Jusqu’où ira la colère des islamistes ? Quel avenir peuvent envisager les chrétiens pakistanais ?

Pour en savoir plus sur la situation des chrétiens persécutés au Pakistan, vous pouvez suivre gratuitement ce parcours par email :« 10 jours à la découverte des chrétiens persécutés au Pakistan ».

Pour soutenir et bénir les chrétiens au Pakistan, vous pouvez participer au projet « Bibles pour le Pakistan » et leur offrir une ou plusieurs bibles.

La rédaction

Lire sur le même sujet :

 

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?