Après 2 ans d’exil, des Nigérians retournent dans leur village et se font attaquer par des Peuls

Communiqué de Presse de International Christian Concern du 24 février 2020.

International Christian Concern (ICC) a appris que le mercredi 19 février, des militants peuls ont attaqué le village de Bang, une communauté frontalière entre Taraba et les États d’Adamawa dans le nord-est du Nigéria. Il y a environ deux ans, des militants peuls avaient attaqué le village de Bang, provoquant la fuite des habitants. Ces résidents ont vécu en tant que personnes déplacées jusqu’en janvier 2020, date à laquelle ils ont commencé à retourner dans le village et à reconstruire leurs maisons détruites.

« Nous étions en exil depuis environ deux ans. Nous pensions que la paix était revenue, et les gens avaient consacré du temps à tisser des clôtures en paille et à reconstruire leurs maisons pour s’installer dans le village ; puis ils sont venus vers nous ! », a raconté un habitant, Lazarus William. « Le chef du village a été tué et mon frère aîné, qui était avec lui, a été violemment blessé. »

Le chef du village, Alfa Yayu, qui avait 73 ans, a été tué par balle. Son ami proche, Gayus Abari, 72 ans, a subi de graves coupures de machette à la tête, aux épaules, au dos et aux jambes. Heureusement, Gayus a survécu et reçoit actuellement des soins médicaux à l’hôpital général de Numan. Toujours confiné dans son lit d’hôpital, Gayus a tenté de se rappeler l’attaque pour ICC :

« Ce sont les bergers peuls qui nous ont attaqués. Ce jour-là, nous étions dans la maison avec mon ami qui est maintenant décédé ; puis nous avons entendu des coups de feu. Bien que nous soyons âgés, nous avons essayé de courir, mais pas aussi vite que d’autres qui étaient plus forts. Malheureusement, mon ami a été abattu. Puis ils m’ont attrapé et m’ont coupé plusieurs fois à la machette. C’est tout ce dont je me souviens, et maintenant je me retrouve dans cet hôpital. »

Les militants sont arrivés dans le village de Bang vers 16 heures ce jour-là et ont commencé à tirer des coups de feu sporadiques. Heureusement, la plupart des villageois ont pu fuir, mais les militants ont incendié une dizaine de maisons et mis le feu à plusieurs bottes de clôtures en paille tressée. Ils ont également volé deux motos appartenant à des villageois locaux.

Déplorant la série d’attaques et le manque de sécurité, l’évêque de l’Église luthérienne du Christ au Nigéria, l’évêque Japheth, a déclaré que le village de Bang avait été laissé seul pour se défendre. Il a déclaré :

« Plusieurs personnes sont revenues au village et ont fait des efforts pour reconstruire leurs maisons. Entre la frontière de Taraba et Adamawa, il y a des Peuls qui y vivent. Bien qu’il y ait du personnel de sécurité dans les villages du côté de Taraba, il n’y en a pas du côté d’Adamawa, alors les militants en ont profité pour frapper Bang . »

Avec les attaques persistantes des militants peuls d’une part et les insurgés de Boko Haram d’autre part, Mgr Japheth se demande quel sera le sort du christianisme dans le nord du Nigéria. Il pense que de nombreux assaillants sont des mercenaires provenant d’autres pays qui agissent en relation avec des Peuls locaux pour faire des ravages sur les indigènes, mais le gouvernement ne semble pas se lever pour affronter ce problème comme il le devrait. Étonnamment, quelques heures seulement après l’attaque, les villageois ont commencé à retourner dans le même village. Selon Mgr Japheth, lui-même originaire de Bang, « notre peuple a déclaré qu’il n’abandonnerait pas sa terre ancestrale, nous défendrons notre terrain par la grâce de Dieu ».

Nathan Johnson, directeur régional d’ICC pour l’Afrique, a déclaré :

« Adamawa est unique au Nigéria. Elle souffre à la fois de l’insurrection de Boko Haram dans le Nord et de la crise de la ceinture médiane impliquant des militants peuls. Ces types d’attaques ont causé des ravages généralisés et contraint de nombreuses personnes à se déplacer. C’est inacceptable. Quand un village a été attaqué, le gouvernement nigérian doit les aider à reconstruire et à assurer leur sécurité. Le fait que cette attaque ait eu lieu quelques semaines seulement après le retour des membres dans cette communauté montre qu’il n’y a pas de sécurité pour le peuple nigérian. »

Communiqué de Presse de International Christian Concern

 

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.