Archéologie : La multiplication des pains et des poissons a-t-elle vraiment eu lieu à Tabgha ?

La récente découverte d’une mosaïque vieille de 1600 ans à Hippos vient remettre en cause la tradition, qui localise à Tabgha de la multiplication des pains et des poissons.

Tabgha est un site à proximité de Capernaüm, sur la rive nord-ouest de la mer de Galilée. Cette localité est traditionnellement reconnue comme le lieu du miracle de la multiplication par Jésus des cinq pains et deux poissons. L’église dite de la Multiplication, bâtie sur deux anciennes églises, s’y dresse depuis 1982. Mais une découverte archéologique vient de remettre en cause cette localisation. De l’autre côté de la mer, des fouilles réalisées dans une église viennent de révéler une mosaïque inédite qui représenterait également ce miracle.

Cette église, construite au 5ème siècle, était l’une des sept églises chrétiennes d’Antiochia-Hippos. Détruite dans un incendie, son toit s’est effondré. C’est ainsi que la mosaïque qui recouvre son sol a été protégée pendant 1600 ans sous une couche de cendres. Elle est donc remarquablement conservée et a gardé des couleurs vives, comme le montre ce panier de cinq poissons.

Si dans la nef, on peut contempler deux séries de trois poissons, dans l’abside, seuls deux poissons sont bien représentés. Douze paniers sont également représentés, rappelant les douze paniers qui restaient à l’issue du repas de la foule. Michael Eisenberg, co-directeur des fouilles s’expliquait au sujet des pains et des poissons à Haaretz.

« Il y a bien cinq pains, pas trois ou six. Leurs couleurs peuvent refléter différents types de farine, de blé et d’orge. Ensuite, il y a la paire de poissons sur la mosaïque de l’abside. L’association qui m’est venue à l’esprit était le miracle des pains et des poissons. »

Le miracle des pains et des poissons est rapporté dans les quatre Évangiles.

Après cela, Jésus s’en alla de l’autre côté de la mer de Galilée, de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle voyait les miracles qu’il opérait sur les malades. Jésus monta sur la montagne, et là il s’assit avec ses disciples. Or, la Pâque était proche, la fête des Juifs. Ayant levé les yeux, et voyant qu’une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe : Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger ? Il disait cela pour l’éprouver, car il savait ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : Les pains qu’on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit : Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ? Jésus dit : Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d’herbe. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis ; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d’orge, après que tous eurent mangé. (Jean 6:1-13)

Mais à Tagbha aussi une mosaïque similaire avait déjà été retrouvée. Les experts notent que les pains et les poissons sont représentés ensemble, mais qu’il n’y a que quatre pains dans le panier, et non cinq comme dans les Évangiles.

Pour Eisenberg, rien ne permet aujourd’hui d’affirmer que le miracle ait eu lieu à Tagbha ou même à Hippos. Le spécialiste garde à l’esprit qu’il peut s’agir d’une simple évocation du miracle et non d’une désignation d’un emplacement. Il tient cependant à souligner qu’à l’issue du miracle, les disciples se sont rendus de l’autre côté de la mer de Galilée, en direction de Capernaüm. Cet élément important plaiderait donc plutôt en faveur d’une localisation à Hippos.

Quand le soir fut venu, ses disciples descendirent au bord de la mer. Étant montés dans une barque, ils traversaient la mer pour se rendre à Capernaüm. (Jean 6:16-17)

Tabgha ou Hippos, le mystère reste entier. Quoi qu’il en soit cette découverte a été selon Eisenberg  « comme un miracle » pour Jessica Rentz qui gérait ces fouilles pour la première fois. Elle espérait « trouver une inscription qui fournirait un contexte important pour la communauté, ses croyances et sa piété ».

« Découvrir une église byzantine avec son ‘tapis’ en mosaïque colorée au cours de sa toute première saison à la gestion d’une zone de fouilles est stupéfiant. Et trouver une mosaïque qui peut être directement associée à un miracle attribué à Jésus au cours de sa première saison est comme un miracle. »

M.C.

Crédit Image : eFesenko / Shutterstock.com

 

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.