Au Laos, des familles chassées de leur village après leur conversion au christianisme

laos-familles-chassées-conversion-christianisme

Les habitants d’un village au Laos ont chassé une quinzaine de familles qui s’étaient converties au christianisme, selon Radio Free Asia, les laissant dans la nature sans logements. Une forme de persécution qui n’est pas exceptionnelle au pays du million d’éléphants. Les autorités communistes, qui persécutent elles également les chrétiens en dépit de la liberté de religion affichée, ont déclaré qu’elles s’occupaient de l’affaire.

Mai est un village dans le nord-ouest du Laos dont de nombreux habitants sont membres de l’ethnie Akha, une minorité qui pratique une religion associant animisme et culte des ancêtres. Lorsque 15 familles ont embrassé la foi chrétienne, leurs voisins les ont expulsés de la localité, ainsi que leur pasteur, a signalé Radio Free Asia le 10 février dernier. Selon ce média, les autorités ont tenté de négocier avec les villageois pour les inciter à accepter la présence des nouveaux chrétiens. Le 7 février, des responsables du bureau du Front lao pour le développement national ont organisé une rencontre entre les familles chrétiennes et le chef du village. En vain.

Les chrétiens concernés n’ont pas souhaité témoigner auprès de Radio Free Asia par peur des représailles, souligne le média basé à Washington et créer pour fournir à des pays asiatiques des informations censurées par leurs gouvernements. Du côté des autorités, un porte-parole du Bureau des affaires religieuses a refusé de commenter l’affaire en raison de sa sensibilité, tout en assurant que tout était fait pour tenter de régler le problème.

L’expulsion de chrétiens de leurs villages n’est pas rare au Laos où les convertis chassés peuvent être livrés à la famine dans la forêt. Bien que les autorités communistes tentent de trouver une issue satisfaisante pour les chrétiens dans cette affaire, elles ne sont pas en reste dans cette pratique, leur position varie en fonction des lieux. Le Laos reconnaît officiellement la liberté religieuse, mais les chrétiens font face à une persécution plus ou moins forte de la part des autorités parallèlement à l’intolérance de leurs voisins, particulièrement à la campagne.

Des précédents dans les villages animistes et bouddhistes

En juillet 2021, 13 chrétiens avaient été chassés de leur village par leurs voisins akhas pour avoir refusé d’abjurer leur foi chrétienne, leurs biens avaient été détruits. Si la police a tenté de protéger les chrétiens, la municipalité où ces derniers ont pu trouver un appartement a pénalisé le propriétaire du logement après avoir appris que ses locataires étaient chrétiens. Les autorités ont imposé de nouvelles charges au bailleur qui a dû les répercuter sur les occupants démunis financièrement soutenus par une église locale.

En mai 2020, deux familles hmong de 10 personnes ont été chassées de leur village et ont dû vivre sur le bord de la route dans des abris en toile ne les préservant ni des fortes chaleurs diurnes ni des faibles températures nocturnes. Après un an avec très peu de nourriture, sans électricité ni toilettes, les familles ont rejoint un village composé de chrétiens eux également chassés de leur précédente localité. Ces familles sont discriminées parmi les discriminés, l’ethnie hmong n’étant pas appréciée du pouvoir communiste en raison de son soutien aux Français lors de la guerre d’Indochine et aux Américains lors de celle du Vietnam.

En 2008 cinquante-cinq chrétiens avaient été chassés de leur village, mais la ratification l’année suivante par le Laos du Pacte international relatif aux droits civils et politiques - dont les articles 2 et 18 interdisent respectivement la discrimination fondée sur la croyance et la liberté de religion – n’a pas mis un terme à cette pratique. La même année, onze familles chrétiennes ont été expulsées de leur village, le lendemain de Noël et ont dû vivre dans la forêt, tenaillés par la faim.

Ce type de persécution est pratiqué tant dans les villages majoritairement animistes que ceux de confession bouddhiste. En 2014, six familles chrétiennes avaient dû quitter leur village bouddhiste après avoir refusé de renoncer à leur foi. Il peut être demandé aux chrétiens de participer aux cérémonies bouddhistes ou animistes. Leur refus suscite la méfiance des autorités locales.

Cas de coopération entre autorités et villageois contre les chrétiens

Trois ans plus tard, en septembre 2012, des représentants du gouvernement du district de Phin, dans le sud du pays, ont tenté de forcer trois responsables ecclésiastiques protestants, ainsi que leurs familles, à se soumettre à un rituel animiste. Les autorités locales de ce pays communiste et pourtant favorable à l’athéisme appliquent de plus en plus cette politique de tentatives de conversion forcée en faveur d’une croyance traditionnelle.

Les policiers avaient appréhendé les trois hommes en les accusant de propagande anti-gouvernementale et de conspiration à motifs religieux. Après des semaines d’une enquête à charge non concluante, les autorités auraient dû relâcher les trois hommes, mais elles les ont conservés en prison pour les maltraiter, les menacer et les harceler afin d’obtenir des preuves en vue de les accuser. Devant l’échec de leur méthode, les officiels ont alors convoqué les chefs et les anciens des villages des trois religieux, ainsi que la famille du pasteur.

Le mois suivant, les chefs et anciens des villages ont demandé aux autorités de faire passer les chrétiens par des rites animistes, notamment de les forcer à prêter serment selon les traditions locales, utilisant de l’eau sacrée pour les faire renier leur foi avant de les renvoyer dans leurs demeures. Les autorités ont accepté, mais les chrétiens ont refusé de se prêter aux cérémonies, préférant être maltraités plutôt que d’abjurer leur credo, et ont appelé au respect de la Constitution qui garantit théoriquement la liberté religieuse dans le pays.

La politique du Laos en matière religieuse peut se résumer en peu de mots : tolérance pour le bouddhisme theravâda si prégnant dans la société depuis son apparition dans le pays au XIVe siècle au point que l’Etat communiste, favorable à l’athéisme, s’en est accommodé ; tolérance pour l’animisme, pratiqué même par des bouddhistes ; et acceptation réservée du christianisme. C’est le Front Lao d’édification nationale qui contrôle la vie religieuse dans le pays dont l’article 22 de la Constitution dispose l’égalité des citoyens sans distinction entre les croyances. La liberté religieuse est, elle, posée par l’article 30.

Jean Sarpédon

Crédit image : Shutterstock / maodoltee

Dans la rubrique Persécution >



Les nouvelles récentes >

Société , Tous les articles , Actualités

"Face à l’extrême droite" : l’Eglise protestante unie de France appelle les chrétiens à "se tenir à l’écoute de l’Evangile"

Le président Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée Nationale et convoqué des élections législatives en juillet prochain. L’Eglise protestante unie de France a pris la parole pour encourager les chrétiens à voter selon les valeurs prônées par l’Evangile.

Icône d'horloge grise décrite