Détenue dans un container puis dans une cellule souterraine, une chrétienne témoigne de la persécution en Erythrée

Detenue-container-cellule-chretienne-erythree.png

« Les bâtons ne tombaient pas sur moi mais sur Jésus, alors j’ai pu endurer les coups. Il a toujours été avec moi dans la souffrance, de sorte que même en cela nous sommes victorieux. »

Alors qu’une nouvelle vague d’arrestations vient d’avoir lieu en Erythrée, où 44 chrétiens ont été placés en détention, Release International donne la parole à Twen Theodros, une chrétienne érythréenne qui a été emprisonnée pendant 16 ans à cause de sa foi.

Elle n’a que 21 ans quand elle devient chrétienne. Deux ans plus tard, en 2004, Twen est arrêtée et placée en détention pendant un mois. « Étais-je prête à abandonner ma famille, mon éducation, mon travail, toutes les choses que j’aime le plus ? Et qu’en est-il de ma vie ? », se demande-t-elle alors avant d’affirmer, « je me suis souvenu du verset biblique sur le fait de tout abandonner pour Christ, et j’ai pris ma décision sur-le-champ ».

La même année, lors d’une veillée de prière le soir du Nouvel An, Twen est arrêtée et placée dans un container d’expédition pendant près de trois ans à la prison Mai Serwa près d’Asmara.

Les gardiens faisaient pression sur elle, voulant la faire renier sa foi chrétienne « par la force ». Mais la jeune chrétienne pensait au verset de l’Evangile de Matthieu.
Quiconque me reconnaît devant les autres, je connaîtrai aussi devant mon Père qui est aux cieux. Mais quiconque me renie devant les autres, je le renierai devant mon Père qui est dans les cieux.

« J’ai commencé à me réjouir », affirme-t-elle alors, « Dieu voulait montrer sa gloire dans ma vie ».

Twen est ensuite envoyé dans une cellule souterraine, sous une chaleur torride. Une occasion pour elle de se réjouir.

« J’avais le cœur plein de joie, parce que j’étais avec d’autres chrétiens. »

C’est là que les coups des gardes ont commencé. « Ils étaient bien entraînés à la torture », se souvient-elle. Mais Twen restait fidèle à sa foi et leur affirmait : « Dieu m’a donné la vie ; lui donner ma vie est peu de chose ».

Elle a commencé à aimer ses persécuteurs, à prier pour eux, afin que Dieu les pardonne. Puis elle a fait un rêve, dans lequel Jésus prenait une fille dans ses bras, et recevait les coups à sa place.

« Un homme, qui ressemblait à Jésus, tenait une fille dans ses bras. La fille était heureuse et s’amusait, mais l’homme était dans une profonde détresse, car il la protégeait des coups. Les bâtons ne tombaient pas sur moi mais sur Jésus, alors j’ai pu endurer les coups. Il a toujours été avec moi dans la souffrance, de sorte que même en cela nous sommes victorieux ».

Twen a finalement été libérée lors de l’amnistie de 200 prisonniers de foi. « Vos prières m’ont sauvé » annonce-t-elle aux chrétiens du monde, « cette victoire est une victoire pour nous tous ».

M.C.


Dans la rubrique Persécution >



Les nouvelles récentes >

Société , Tous les articles , Actualités

"Face à l’extrême droite" : l’Eglise protestante unie de France appelle les chrétiens à "se tenir à l’écoute de l’Evangile"

Le président Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée Nationale et convoqué des élections législatives en juillet prochain. L’Eglise protestante unie de France a pris la parole pour encourager les chrétiens à voter selon les valeurs prônées par l’Evangile.

Icône d'horloge grise décrite