Evêque agressé à Sydney : X opposé au retrait des contenus liés à l'attaque

eveque_agresse_sydney_x_opposé_retrait_contenus_attaque

Le réseau social X, propriété du milliardaire américain Elon Musk, a contesté samedi l'ordre donné par le régulateur australien eSafety de retirer de la plateforme tous les contenus liés à l'agression d'un évêque dans la banlieue de Sydney.

Mar Mari Emmanuel, évêque d'une église assyrienne, une branche des chrétiens d'Orient, avait été poignardé à la tête et à la poitrine lundi soir pendant un sermon dans une église par un jeune homme de 16 ans. Il avait pardonné à son agresseur, dans un message publié depuis l'hôpital.

Les autorités australiennes se sont inquiétées du fait que la vidéo de l'attaque, qui s'est largement répandue sur les réseaux sociaux, alimente les tensions. 

La plateforme X (anciennement Twitter) affirme s'être conformée à une première directive d'eSafety, "dans l'attente d'un recours en justice", en supprimant "certains messages en Australie qui commentaient la récente attaque".

Mais elle a déclaré avoir reçu par la suite une nouvelle demande d'eSafety exigeant de "retenir globalement les messages" et menaçant la plateforme d'une amende journalière de 785.000 dollars australiens (500.000 dollars américains) si elle ne se conformait pas à cette demande. 

Elon Musk a dénoncé sur le réseau social ce type d'"interdictions de contenu globaux", assurant que le régulateur n'avait pas "le pouvoir de dicter le contenu que les utilisateurs de X peuvent voir à l'échelle mondiale". 

"Nous contesterons vigoureusement cette approche illégale et dangereuse devant les tribunaux", a fait valoir la plateforme, estimant que les messages concernés n'enfreignaient pas ses propres règles en matière d'expression violente.

Mais eSafety a souligné vendredi sa volonté d'assurer la "conformité totale et complète" de X avec la législation australienne. 

"Nous étudions actuellement la possibilité de prendre d'autres mesures réglementaires", a indiqué l'autorité de régulation, se disant "déçue que le processus ait été inutilement prolongé au lieu de donner la priorité à la sécurité des Australiens". 

Chris Minns, le Premier ministre de l'Etat australien de la Nouvelle-Galles du Sud dont Sydney est la capitale, a critiqué le rôle joué par certaines plateformes dans la diffusion d'images violentes de l'attentat. "Je suis choqué mais pas surpris", a-t-il commenté samedi à propos de la réaction du réseau social X. 

"C'est exactement ce à quoi je m'attendais de la part de X ou de Twitter, peu importe comment on les appelle : un mépris pour les informations qu'ils ont diffusées dans nos communautés, des mensonges et des rumeurs qui font tâche d'huile", a déclaré M. Minns. 

"Et lorsque les choses tournent mal, ils lèvent les bras au ciel pour dire qu'ils ne sont pas prêts à faire quoi que ce soit", a ajouté M. Minns qui a appelé à un renforcement des règles régissant les réseaux sociaux.  "Nous en avons assez, Sydney en a assez".

La Rédaction (avec AFP) 


dans la catégorie média >



Les nouvelles récentes >

Société , Tous les articles , Actualités

"Face à l’extrême droite" : l’Eglise protestante unie de France appelle les chrétiens à "se tenir à l’écoute de l’Evangile"

Le président Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée Nationale et convoqué des élections législatives en juillet prochain. L’Eglise protestante unie de France a pris la parole pour encourager les chrétiens à voter selon les valeurs prônées par l’Evangile.

Icône d'horloge grise décrite