Pour le maire de New York, un élu ne peut séparer sa foi de son action politique

Pour le maire de New York, un élu ne peut séparer sa foi de son action politique

Le maire démocrate de New York, Eric Adams, a récemment affirmé qu’il ne pouvait séparer sa foi chrétienne de sa personne en public. Une semaine auparavant, il avait qualifié d’erreur le retrait de la prière dans les écoles publiques.

Alors que l’édile new-yorkais déclarait le 5 mars dernier qu’il appliquait son programme politique avec une "approche divine", dans le cadre de l’émission "State of the Union" sur CNN, l’animatrice Dana Bash lui a demandé de clarifier ses propos tenus le 28 février auprès d’un groupe de représentants religieux de la Big Apple.

Ce jour-là, Adams avait critiqué, à l’occasion du petit-déjeuner interconfessionnel annuel de sa municipalité, la séparation de l’école et de la religion :

"Ne me parlez pas de l’absence de la prière dans les écoles publiques, ne me parlez pas de séparation entre l’Église et l’État. L’État est le corps, l’Église est le cœur."

L’ancien policier avait poursuivi en déclarant :

"Si vous retirez le cœur du corps, le corps meurt. Ce n’est pas parce que je suis un élu que je peux me séparer de mes croyances."

Adams avait alors posé comme postulat la prise de décisions politiques comme inspirées par Dieu :

"Quand je parle, je parle avec Dieu. Quand j’instaure des politiques, je le fais avec l’approche de Dieu."

 

Illustrant son propos par le sport, le maire avait déclaré qu’il perdait ses combats de boxe dans sa jeunesse et que son entraîneur lui disait que c’était parce qu’il avait laissé son "meilleur combat au gymnase au lieu de l’emmener sur le ring", et que c’était là ce que faisaient les croyants dans l’espace public.

Selon lui, la suppression de la prière à l’école équivaut à l’abandon du meilleur de sa foi au gymnase : "Si nous donnons le meilleur de nous-mêmes sur le ring, il n’y aura pas de sans-abri dans cette ville […] Lorsque nous avons supprimé les prières dans les écoles, les armes à feu y sont entrées." Le maire avait associé la relégation de la foi hors de l’espace public aux violences armées dans le Bronx ou à l’entrée en foyers d’accueil de 6 à 700 enfants chaque année. Et l’ancien délinquant d’ajouter qu’il fréquentait, jeune, une petite église où régnait la solidarité qui avait permis à sa mère démunie de nourrir ses six enfants.

Articuler foi et responsabilités politiques

Si Adams assure qu’il ne peut dissocier sa foi de ses choix politiques, il a tenu à préciser à Bash tenir à la séparation de l’Église et de l’État. Pour lui, cette séparation est une nécessité, mais les individus ne peuvent pas séparer leur foi de qui ils sont :

"Le gouvernement ne devrait pas interférer avec la religion ; la religion ne devrait pas interférer avec le gouvernement. Cela ne peut pas arriver et ne devrait jamais arriver. Mais mes pratiques et ma politique proviennent de ma foi, notamment quant à l’aide aux sans-abri." 

Le 10 février, Adams avait créé par décret un nouveau Bureau des partenariats confessionnels et communautaires, actuellement dirigé par le pasteur Gilford Monrose, et qui fait office de lien entre la municipalité et les congrégations religieuses new-yorkaise ainsi que des organisations à but non lucratif afin d’augmenter le bien-être des habitants.

Dans une Amérique où républicains et démocrates se réclament de la foi, le propos d’Adams ne sera pas forcément validé par tous les croyants, notamment ceux opposés à l’avortement. En août dernier, le maire avait signé une loi municipale favorisant l’accès à l’avortement à New York dans la foulée de l’arrêt Dobbs de la Cour suprême considérant qu’il ne s’agissait pas d’un droit fédéral.

Près de deux mois auparavant, il avait déclaré qu’il ne serait jamais devenu maire si sa partenaire n’avait pas avorté alors qu’ils étaient adolescents, ce qui l’aurait obligé à arrêter l’école. L’avortement est une question très clivante outre-Atlantique, où même certains de ses partisans invoquent la foi comme justification.

Jean Sarpédon

Crédit image : Youtube

Dans la rubrique International >



Les nouvelles récentes >

Société , Tous les articles , Actualités

"Face à l’extrême droite" : l’Eglise protestante unie de France appelle les chrétiens à "se tenir à l’écoute de l’Evangile"

Le président Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée Nationale et convoqué des élections législatives en juillet prochain. L’Eglise protestante unie de France a pris la parole pour encourager les chrétiens à voter selon les valeurs prônées par l’Evangile.

Icône d'horloge grise décrite