Attentat dans une maternité à Kaboul : Des nouveaux-nés et leurs mères sont décédés lors de la fusillade

La maternité gérée par Médecins Sans Frontière à Kaboul a été la cible d’un attentat revendiqué par l’État Islamique.

À Kaboul, capitale afghane, la maternité Dashti Barchi a été, hier, la cible d’un attentat reconnu par l’État Islamique. Au cours d’une fusillade qui a duré plusieurs heures, seize personnes ont été tuées. Parmi elles, deux nouveaux-nés, des mères et des infirmières.

Mardi 12 mai, aux alentours de 10 heures du matin, trois hommes armés ont pénétré dans cette maternité de Kaboul, gérée par Médecins Sans Frontière. Leurs victimes ne sont autre que des nouveaux-nés, leurs mères, leurs infirmières ainsi qu’un policier.

Sur Twitter, l’image, terrible, d’un militaire portant un bébé, dans un drap blanc ensanglanté, est insoutenable. Fahim Abed, reporter pour le New-York Times, l’a partagée. « Voilà comment les gens démarrent leur vie ici », déplore-t-il.

« Couvert de sang pour son premier jour dans un pays appelé Afghanistan. Voilà comment les gens démarrent leur vie ici, puis traversent de nombreux autres incidents sanglants, certains survivent, d’autres non. »

Shaharzad Akbar est présidente de la Commission indépendante afghane des droits de l’homme. Elle se demande si la vie des bébés survivants continuera d’être « façonnée par la guerre ».

« Parmi les premières voix entendues par ces nouveaux-nés, le premier jour de leur vie, il y avait les bruits de coups de feu et l’odeur de brûlure et de fumée, et parmi leurs premières expériences, ils ont été pris pour cible dans une guerre à laquelle ni leurs mères ni eux n’avaient participé. Leur vie, comme la nôtre, continuera-t-elle d’être façonnée par la guerre ? »

Ancien ambassadeur afghan aux États-Unis, Hamdullah Mohib est Conseiller pour la sécurité nationale de la République islamique d’Afghanistan. Sur Twitter, il dénonce les Talibans qui, selon lui « n’ont pas eu l’intention de rechercher la paix » et s’interroge sur le bienfondé de les intégrer aux « pourparlers de paix ».

« Les attaques des deux derniers mois nous montrent, ainsi qu’au met montrent au monde, que les Talibans et leurs soutiens n’ont pas et n’ont pas eu l’intention de rechercher la paix. Leurs attaques ce printemps contre les Afghans sont comparables au niveau des combats des saisons de guerre passées.
Le gouvernement afghan et nos partenaires internationaux doivent tenir pour responsables les Talibans et leurs soutiens. La raison de rechercher la paix est de mettre fin à cette violence insensée. Ce n’est pas la paix, ni ses débuts.
Si les talibans ne peuvent pas contrôler la violence, ou si leurs soutiens ont maintenant sous-traité leur terreur à d’autres entités – ce qui était l’une de nos principales préoccupations depuis le début -, cela ne semble guère utile de continuer à engager les Talibans dans des ‘pourparlers de paix’. »

Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo dénonce dans un communiqué une attaque « impardonnable » qui relève du « mal absolu ».

« Toute attaque contre des innocents est impardonnable, mais attaquer des nourrissons et des femmes en travail dans le sanctuaire d’un hôpital est un acte de mal absolu. »

Le même jour, un kamikaze a commis un attentat lors de funérailles, toujours à Kabul. L’explosion a fait au moins 25 morts et 68 blessés.

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.