Au coeur d’un climat social et politique « explosif » les chrétiens du Venezuela se mobilisent politiquement et dans la prière

Le 22 juin dernier, le Haut Commissariat des Droits de l’Homme aux Nations Unies décrivait une « situation des droits de l’Homme lamentable » au Venezuela. La crise politique, économique, sociale et humanitaire prolongée dans laquelle est plongé le pays, continue de se dégrader.

Alors que Nicolas Maduro a prêté serment le 10 janvier dernier, suite à sa très controversée réélection à la tête du pays, ses opposants ne cessent de dénoncer une élection truquée. Les critiques pleuvent à l’international et au sein même des institutions de son pays jusqu’au Parlement, mais le président élu clame sa légitimité et entend exercer son mandat jusqu’au bout.

Mais mercredi 23 janvier, dans une tension générale, le jeune président du Parlement vénézuélien contrôlé par l’opposition, Juan Guaido 35 ans, s’est proclamé « président en exercice », chef de l’État par intérim. Il s’est exprimé face à des dizaines de milliers de partisans réunis à Caracas.

« Je jure d’assumer formellement les compétences de l’exécutif national comme président en exercice du Venezuela pour parvenir […] à un gouvernement de transition et obtenir des élections libres. »

Les partisans de Nicolas Maduro parlent d’un coup d’État. La Cour suprême, composée majoritairement de soutiens au président Maduro, a ordonné une enquête pénale contre les membres du Parlement. L’armée rejette également la proclamation de Juan Guaido. Le ministre de la défense, Vladimir Padrino lui a également manifesté son soutien.

« L’armée défend notre Constitution et est garante de la souveraineté nationale. »

Gaspard Estrada, directeur exécutif de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes à Sciences-Po Paris, a réagi sur France Info :

« La question est de savoir si, sur le plan interne, l’armée, qui est aujourd’hui le dernier soutien du régime, reconnaîtra ou non cette proclamation. Est-ce qu’il y aura des divisions ? C’est, de mon point de vue, là où va se jouer la portée de cette proclamation sur le plan de la politique intérieure vénézuélienne. »

À l’international, Juan Guaido dispose de nombreux soutiens, tels que les États-Unis, le Canada, l’Argentine, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Panama, le Paraguay et le Pérou.

Sur Twitter, le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, a manifesté son soutien à Juan Guaido.

« Il a toute notre reconnaissance pour impulser le retour de la démocratie dans ce pays. »

La Russie estime quant à elle que les mesures en cours pour chasser du pouvoir Nicolas Maduro sont “illégales”, selon les propos du président de la chambre basse du parlement russe, Viatcheslav Volodine, cité par l’agence de presse Interfax.

Interrogé par RT France, l’ambassadeur du Venezuela en France, Michel Mujica accuse les Etats-Unis de violer la charte de l’ONU, et a manifesté son soutien à Nicolas Maduro.

La France a quant à elle déclaré dans un premier temps « suivre la situation de près et consulter ses partenaires européens », selon une source Reuters. Mais Emmanuel Macron vient d’annoncer qu’il soutenait Juan Guaido sur Twitter.

« Après l’élection illégitime de Nicolás Maduro en mai 2018, l’Europe soutient la restauration de la démocratie. Je salue le courage des centaines de milliers de Vénézuéliens qui marchent pour leur liberté. »

Et alors que le pays est « complètement en faillite » et peine à « subvenir aux besoins les plus élémentaires de sa population », les chrétiens, majoritairement favorables au Parlement et hostiles à Nicolas Maduro, se mobilisent et prient pour la paix. Des rassemblements de prière ont été tenus en marge des manifestations.

Dans un message vidéo partagé sur les réseaux sociaux, le pasteur Samuel Olson, président du Conseil évangélique du Venezuela, a invité toute la nation à prier « ensemble en tant que famille, demandant à Dieu que par son Saint-Esprit, il dirige et bénisse notre nation dans cette heure critique de son histoire ».

Dans le même temps, l’Union des Eglises chrétiennes du Venezuela a manifesté son soutien dans une déclaration publique (Antérieure à sa prise de pouvoir), reconnaissant le président du Parlement et leader de l’opposition, Juan Guaidó, comme « l’homme appelé à diriger la nation en cette période de transition ». Ce groupe a également appelé à « mettre fin à l’usurpation de la présidence de la République » et réclamé « un gouvernement de transition urgent et des élections libres dans le contexte d’un grand accord national ».

H.L.

Lire aussi sur le même sujet :

Au Venezuela, « les gens meurent, parce qu’il n’y a plus rien »

Venezuela : Une religieuse fait entendre sa voix au coeur de la violence d’une manifestation anti-gouvernement

Les chrétiens du Venezuela réclament la prière alors que le pays s’enfonce dans la crise

Les vénézuéliens feraient désormais face à la plus grave crise migratoire d’Amérique du Sud

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.