Au Nebraska, une directrice d’école soulève une vive polémique en essayant de censurer Noël et finit en congé administratif

Cadeaux, chants traditionnels et sucreries : une directrice d’école primaire souhaite censurer tout ce qui est en lien direct avec Noël.

Aux États-Unis, la directrice d’une école primaire du Nebraska a pris une décision qui a suscité une vive indignation. Dans l’objectif d’être « inclusif et sensible à la culture de tous », Jennifer Sinclair a dressé, à l’intention des enseignants, une liste des objets censurés en ces jours de préparation de Noël. Si elle se dit « mal à l’aise », elle fait tout de même preuve d’une grande précision pour différencier les pratiques acceptables ou non.

Parmi les éléments interdits figurent les pères Noël, les chants et musiques traditionnels, les cadeaux, le rouge, le vert, les rennes ou encore les films de Noël. Un autre élément banni suscite la colère sur les réseaux sociaux, poussant les internautes à parler de « radicalisation » et d' »échec de l’école publique » et appelant au licenciement de Jennifer Sinclair : les cannes à sucre. Selon la directrice, la forme de ces sucreries évoquerait le J de Jésus, le rouge représentant son sang, et le blanc sa résurrection. Face à ces traditions de fin d’année, la directrice propose des pratiques validées : parler des vacances, du chocolat chaud et du Yéti, voire même de Olaf de la Reine des neiges.

Celle qui se présente comme le « Grinch (non intentionnel) qui a volé Noël (à Manchester) » ne s’attendait pas forcément à la levée de boucliers qui suivit cette annonce. Ce fut pourtant le cas. Les avocats de Liberty Counsel, spécialisés dans les faits de liberté religieuse, ont rapidement rédigé un courrier de réponse, à ce qu’ils jugent être un « mémo scandaleux », dans lequel ils rappellent que « le Premier Amendement n’exige pas l’élimination de Noël ».

« Rien n’interdit aux écoles publiques d’enseigner de manière objective la religion ou les vacances ayant une signification religieuse, comme Thanksgiving et Noël. Rien n’interdit qu’il y ait un mélange de chansons sacrées et profanes relatives aux vacances de noël dans les programmes de musique des écoles publiques, dans le cadre d’un programme musical équilibré de Noël ; ou mener en classe des missions en lien avec Noël. »

Suite à ces événements la directrice a été placée en « congé administratif ». Les parents de son école ont alors reçu un courrier du district d’Elkhorn afin de les rassurer sur le bon fonctionnement de l’école dans les jours à venir.

La rédaction

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?