Au Népal, les églises fragilisées par la pandémie et la mort de plus de 130 pasteur viennent en aide à leurs concitoyens

Alors que la deuxième vague de la pandémie a durement frappé la nation himalayenne, plus de 130 pasteurs ont été emportés par le coronavirus. Malgré les difficultés financières, les pertes humaines et un gouvernement peu favorable aux chrétiens, l’église du Népal s’organise pour tendre la main à ses concitoyens. 

Les congrégations chrétiennes au Népal sont sous le choc après qu’une augmentation mortelle de cas de Covid-19 ait plongé la nation dans le chaos. À ce jour, plus de 640 000 cas ont été déclarés et  9 145 personnes sont décédées dont plus de 130 pasteurs.

« Au mois de mai, des pasteurs mourraient presque tous les jours » rapporte B. P. Khanal, pasteur et théologien à Christianity Today qui ajoute qu’il n’a « jamais vu quoi que ce soit de la sorte avant ».

Sur les 29 millions d’habitants au Népal, les chrétiens représentent une minorité de la population et seraient 2,5 millions d’après un rapport de dirigeants chrétiens locaux. B. P. Khanal qui a suivi de près les décès des pasteurs dans le pays de février 2021 à aujourd’hui, estime que plus de 500 pasteurs leurs familles ont contracté le Covid qui a coûté la vie à un grand nombre d’entre eux.

Hanok Tamang, président de la National Church Fellowship of Nepal témoigne d’un « vide de leadership » dans l’église népalaise à l’heure actuelle. « Certaines églises, en particulier les megahurch, avaient déjà préparé leur deuxième ligne de direction pour remplacer les pasteurs qui sont allés rejoindre le Seigneur. Mais ce n’est pas le cas partout » rapporte-t-il.

« Beaucoup de jeunes femmes ont perdu leur mari. Certains enfants ont perdu leur père et leur mère, et le nombre de semi-orphelins et d’orphelins complets n’a toujours pas été pris en compte » continue le chrétien qui ajoute « il y a tellement de veuves et des centaines d’orphelins ».

Les églises peinent également à rassembler de l’argent, fermées depuis près d’un an et demi, elles perçoivent moins de dons qu’avant la crise sanitaire, sans compter que de nombreux fidèles ont perdu leur emploi et ne peuvent plus donner comme en témoigne le secrétaire général de la Nepal Christian Society, Dilli Ram Paudel.

« Les églises sont fermées depuis près d’un an et demi maintenant. Nous avons coopéré et respecté les ordres du gouvernement, et donc l’église ne s’est pas réunie. Mais cela signifie que les revenus des églises ont baissé. Beaucoup de gens ont perdu leur emploi et n’ont pas d’argent, alors comment vont-ils donner ? »

Malgré les difficultés financières et la perte de plus d’une centaine de pasteurs, la communauté chrétienne du Népal s’emploie à servir les autres et propose des vivres, des campagnes de sensibilisation et de prières ainsi qu’une aide médicale à ceux qui sont dans le besoin.

Pour Hanok Tamang il s’agit d’une « opportunité pour l’église de servir ».

« Cela nous a certainement amenés à agir ensemble, et nous travaillons ensemble, partageons des ressources et essayons de tendre la main à nos concitoyens en étant unis. »

Il affirme que c’est une bonne occasion pour « le corps du Christ de démontrer l’amour inconditionnel de Dieu ». « Au-delà de la caste, de la croyance ou de la culture, tout le monde a besoin de notre aide » ajoute-t-il.

Toutefois, la situation politique du pays qui réprime le prosélytisme complique les actions menées par les chrétiens. « Les chrétiens sont confrontés à une sorte d’interdiction indirecte de la part des autorités » a déclaré Athar Kamal, un homme politique musulman du Parti du Congrès népalais qui est également membre de l’Internationale Groupe de parlementaires pour la liberté de religion ou de conviction.

Camille Westphal Perrier

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.