Au Nigéria, « les conflits ethniques et religieux sont entrelacés »

Chaque semaine, la rédaction d’Info Chrétienne vous propose un article focus sur la situation des chrétiens dans le monde. Aujourd’hui, le Nigéria.

Le Nigéria est divisé en plus de 300 ethnies ou groupes linguistiques. Historiquement, les chrétiens, qui représentent près de 47% de la population, vivent dans le sud du pays, tandis que les musulmans, plus de 51% de la population, occupent le nord du Nigéria. La Constitution protège la liberté religieuse et interdit la discrimination religieuse. Cependant, dans 12 États majoritairement musulmans, la Charia a été admise dans les Codes Pénaux. Dans ces États, la Hisbah, police religieuse, complète les forces de police.

« En 2018, la police de la Hisbah a continué d’arrêter et de détenir, de saisir ou de détruire les biens, et d’imposer des sanctions aux personnes qui ont violé les codes de religion et de moralité locaux et de l’État. »

Les identités ethniques et religieuses, et par conséquent, les conflits ethniques et religieux, sont souvent entrelacés. Le rapport américain sur la Liberté Religieuse Internationale (USCIRF) en dénonce les conséquences :

« La violence sectaire a entraîné des déplacements massifs, la destruction de propriétés et la mort de milliers de personnes. […] La violence résultant de conflits liés à la terre ou à l’eau, par exemple, peut s’immerger et exacerber les différences religieuses. De la même manière, des conflits entre communautés d’agriculteurs et de bergers peuvent également avoir lieu – ou être perçus comme dus à – des divisions religieuses et ethniques, les bergers étant principalement musulmans et les agriculteurs chrétiens. »

Pour l’USCIRF, les causes de cette violence exacerbée sont diverses. Parmi celles-ci, « l’accès aux armes », « la polarisation de la couverture médiatique », « l’incapacité des services de sécurité à lutter efficacement contre la violence et à l’empêcher de se reproduire », « la drogue » et « le chômage ».

« Les musulmans et les chrétiens ont déclaré qu’ils ne se sentaient pas protégés par les services de sécurité. […] Des interlocuteurs chrétiens ont indiqué qu’ils craignaient toujours que leurs communautés soient prises pour cibles lors de campagnes de nettoyage ethnique. »

Depuis 2009, Boko Haram sévit au Nigéria dans une « culture d’impunité ».

« Depuis 2009, Boko Haram a infligé un terrorisme de masse aux civils, tuant au moins 37 000 nigérians, enlevant des milliers de personnes et déplaçant plus de deux millions de personnes. »

Il est question de « mariages et de conversions forcés, d’abus sexuels et de torture ». La Commission rapporte également que des femmes et des enfants sont utilisés dans les attaques suicides.

Dans ce contexte, les femmes et les jeunes filles sont sujettes à différentes formes de violence.

« Les femmes et les filles déplacées par le conflit continuent de faire état de violences sexuelles et sexistes commises par des agents de sécurité dans des camps. Selon les Nations Unies, 25% des femmes et des filles âgées de 15 à 49 ans ont subi une forme de MGF. Les mutilations génitales féminines sont plus courantes dans les États à majorité chrétienne du sud, mais sont également pratiquées par les musulmans du nord. »

En 2018, la Commission a relevé de nombreux incidents issus de la violence religieuse. En avril, l’attaque d’une église avait fait 19 morts, dont 2 prêtres. Plus de 50 habitations avaient également été détruites.En octobre, un conflit entre musulmans et chrétiens avait laissé 55 morts. Les membres de l’URSCIF se sont rendus en novembre sur les lieux d’une église évangélique, attaquée à la fin du mois de septembre, faisant 10 à 20 morts. Le rapport note que les attaques contre les chrétiens sont parfois suivies de représailles à l’égard des musulmans.

Le rapport tient également à noter que parmi les 110 écolières enlevées en février 2018, Leah Sharibu restait la seule à ne pas avoir été libérée :

« Ses camarades libérées ont déclaré qu’elle n’avait pas été libérée parce qu’elle avait refusé de se convertir à l’islam. »

M.C.

Source : USCIRF

Crédit Image : Jordi C / Shutterstock.com

Pour en savoir plus :

Nigéria : elles ont survécu à la traite des femmes sur les routes de l’exil

« Vague montante d’enlèvements » au Nigéria : un pasteur et un prêtre enlevés

L’Église nigériane est-elle « au bord de l’extinction  » ?

Au Nigéria, Boko Haram inflige aux civils une « terreur de masse »

Nigéria : 4 prêtres libérés après 3 jours de captivité

« Que Dieu intervienne »… Des dizaines de chrétiens tués dans des attaques sur un marché nigérian

Nigeria : Un pasteur et ses 3 enfants brûlés vifs alors que son épouse a été abattue

Nigeria : 27 chrétiens se noient en fuyant une attaque islamiste

Les parents de Leah Sharibu s’expriment après plus de 320 jours de détention

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?