Aux États-Unis la première église heavy metal casse les codes parce que « chaque perdu a un avenir »

Un pasteur joueur de heavy metal prône le respect de la différence et de l’oeuvre de Dieu dans les vies.

Brian Smith est le pasteur de la « première église heavy metal » des États-Unis, « une église non confessionnelle basée sur la Bible, dans une atmosphère agréable, avec de la bonne musique » ! Cette église, qui a décidé de casser les codes traditionnels, se dit solidement attachée à « la saine doctrine ».

« On n’ajoute rien et on n’enlève rien de ce qui est déjà dans la Bible. On prêche la saine doctrine. C’est pour ça que beaucoup de nos détracteurs, qui regardent ce qu’on fait nous disent ‘Ce n’est pas une vraie église’. Mais après nous avoir écoutés, ils disent ‘OK, ils prêchent la vraie doctrine, ils ont juste l’air différent.’ « 

Cet « air différent », le pasteur Brian Smith y tient. Le culte a lieu à midi « pour attirer les gens qui ont fait la fête la veille ». Il n’y a pas de style vestimentaire imposé. Le dimanche, pas de heavy metal toutefois, car Brian souhaite que chacun se sente à l’aise.

« Notre congrégation est composée de personnes de tous les horizons et de tous âges. Nous ne nous soucions pas de ce que vous portez parce que nous voulons juste que vous soyez là ! Notre église n’a pas de barrières de statut racial, ethnique ou social et nous ne nous soucions pas de votre vie passée ou présente. Nous ne nous soucions que de votre vie future en Christ! »

Harmon Leon est un journaliste, il a voulu voir ce qu’était cette « première église heavy metal ».

« Sur une pancarte à l’extérieur du bâtiment, on lit ‘Chaque saint a un passé, chaque perdu a un avenir.’ Ça doit être le bon endroit. […] Je porte une tenue qui, je l’espère, me fera me fondre dans la foule – un pull avec un grand crâne sur le devant et un bandeau à bascule – et il s’avère que j’ai réussi. Je suis entouré d’une mer de motards tatoués. »

Il cite alors les mots du pasteur :

« C’est vraiment un aperçu de ce à quoi devrait ressembler le corps du Christ. Si vous plissez les yeux, les motards à la barbe et aux cheveux longs ressemblent en quelque sorte à des personnages bibliques traditionnels. »

Le journaliste raconte ensuite les chants, la prédication de Brian Smith qui compare le livre de Philémon à la chanson « The Wall » des Pink Floyd, « abattez le mur ! ».

« Et puis nous basculons un peu plus. Plus de métal. Plus de balancements de tête. Si la musique gospel est un pilier des églises baptistes du Sud, le heavy metal joue le même rôle ici, dans l’Ohio aux cols bleus. […] Quelques durs pleurent au fur et à mesure que la musique se construit, la tête et les mains levées. En regardant autour de moi, je pense que si je devais croire en un grand homme invisible et magique dans le ciel, ce serait mon lieu de prédilection. »

Le premier message de Brian Smith rappelait que Dieu veut que nous venions à lui tel que nous sommes. Il ne savait alors pas que ce message serait la base de son église.

« Tu ne te laves pas avant de sauter dans la douche, n’est-ce pas ? Dieu veut que tu viennes exactement comme tu es en ce moment même. Tant que tu rechercheras activement Dieu, il te recherchera activement et le Saint-Esprit te purifiera en douceur le long du chemin. »

Brian Smith est attristé de tout ce qui est fait au nom de la religion : « 

« Quelle image donnons-nous de Jésus, à une dame qui vient de sortir d’une clinique d’avortement, saluée par les ‘super-chrétiens’ qui crient: ‘Prostituée, pécheresse et meurtrière ?’ Et si un chrétien marchait simplement, lui tendait une enveloppe et lui disait: ‘Est-ce que ça va ? Avez-vous besoin de prière?’ « 

Pour Brian, « nous serons toujours un travail en cours. L’amour et la grâce de Christ nous ont libéré. On s’améliore chaque jour et vous aussi ! « 

Partager cette video sur Facebook

La rédaction

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?