Bafouée dans près d’un pays sur trois, la liberté religieuse régresse dans le monde

L’organisation caritative Aide à l’Église en Détresse vient de publier son rapport sur la liberté religieuse dans le monde.

Le 15ème rapport bisannuel de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) sur la liberté religieuse dans le monde vient d’être publié. Et c’est un net recul à ce droit fondamental qui est ainsi révélé. Si la précédente édition faisait part de violations notoires dans un pays sur cinq, c’est désormais le cas dans près d’un pays sur trois.

C’est le constat que dépeint Benoît de Blanpré, directeur d’AED France auprès de Vatican News, qui dénonce une « imagination humaine semble sans limite pour faire obstacle à la liberté religieuse » :

« Le constat de notre rapport c’est que la liberté religieuse ne s’est pas améliorée depuis ces deux dernières années. […] Nous disions il y a deux ans que la liberté religieuse n’était pas respectée dans un pays sur cinq dans le monde et désormais notre étude démontre que la liberté religieuse est bafouée dans un pays sur trois dans le monde. C’est-à-dire que les chrétiens sont persécutés ou discriminés dans 62 pays dans le monde. »

« 62 pays sur un total de 196 sont confrontés à de très graves violations de la liberté religieuse », précise l’Aide à l’Église en détresse, « le nombre de personnes vivant dans ces pays est proche de 5,2 milliards », avant d’ajouter que « les pires violations ont lieu dans certains des pays les plus peuplés au monde comme la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh et le Nigeria ».

Benoît de Blanpré pointe alors un premier fait marquant, « le développement du djihadisme et de l’extrémisme islmaiste, notamment en Afrique ». Il parle d’un « califat transcontinental ».

« Les groupes islamistes représentent maintenant comme un réseau transnational, qui est parti du Moyen-Orient historique, on le sait, et qui s’est propagé depuis quelques années en Afrique subsaharienne. On va du Mozambique, au Mali, ça s’est propagé aux Comores, jusque dans l’Océan Indien, aux Philippines. Il y a un véritable califat transcontinental en quelque sorte qui s’est développé. »

« Califat transcontinental » établi essentiellement par l’association de milices armées locales aux forces de l’État Islamique et d’Al-Qaïda, mais appuyé par un « cyber-califat » qui permet le recrutement de ses membres en ligne, en Occident.

Autre fait marquant de ce rapport, que Benoît de Blanpré qualifie de « surprise », c’est l’impact du Covid au niveau de la liberté religieuse. Les préjugés sociétaux préexistants à l’encontre des minorités religieuses se sont exacerbés au cours de la pandémie.

« La crise sanitaire mondiale a contribué à détériorer la situation des croyants pour plusieurs raisons. La première, c’est que le désordre et la confusion créés par la pandémie, dans certains pays, des groupes militants, notamment djihadistes, en ont profité pour multiplier les attaques violentes et étendre leurs acquis territoriaux. C’est le cas au Sahel. On a pu aussi voir que dans certains pays, notamment en Inde ou au Pakistan, les minorités religieuses n’ont pas eu accès aux aides sociales et médicales qui étaient proposées à la population. Et puis dans certains pays, il y a eu une limitation excessive de la pratique du culte, avec de nombreux débats, de nombreuses critiques. »

Selon l’AED, c’est la montée d’un « suprématisme ethnoreligieux populiste » qui devient une cause majeure de discriminations envers les minorités religieuses, et notamment en Asie.

Le rapport pointe également des améliorations au niveau de la liberté religieuse, et notamment le rôle du Pape, comme le souligne le directeur de l’AED, « qui a joué un rôle pour mettre autour de la table des belligérants » et « qui essaye de créer des ponts, essentiels pour la paix dans le monde ».

Benoît de Blanpré l’affirme, « connaître la réalité de ces persécutions et en comprendre les enjeux est un premier pas essentiel ».

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.