Burkina Faso : Deux ans déjà depuis l’enlèvement de Ken Elliott, « le docteur des pauvres »

Deux ans déjà depuis l’enlèvement de Ken Elliott, le médecin chrétien australien surnommé « le docteur des pauvres ».

Lundi 15 janvier, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Djibo, une ville du nord du Burkina Faso, afin de demander au gouvernement d’obtenir la libération du célèbre médecin bienfaiteur, dont l’enlèvement avait été revendiqué par « l’Emirat du Sahara », une branche d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).

Djibo, dans la province de Soum, est la ville où le Dr Elliott a dirigé avec sa femme une clinique de 120 lits pendant 40 ans, jusqu’à leur enlèvement. Jocelyn Elliott avait été libérée en février 2016. Le groupe islamiste avait alors déclaré dans un enregistrement audio, avoir libéré Mme Elliott afin de « ne pas faire participer les femmes à la guerre ».

Surnommé « le Docteur des Pauvres», le Dr Elliott prodiguait des soins gratuitement à ses patients. Depuis la fermeture de sa clinique, les malades doivent parcourir des centaines de kilomètres pour se faire soigner à la capitale, Ouagadougou. Les enfants et les personnes âgées sont les plus affectés par cette situation. L’un des organisateurs de la manifestation de Djibo a déclaré :

« C’est avec beaucoup d’amertume que nous sommes témoins de leurs souffrances. »

Les manifestants affirment que le gouvernement n’a pas tenu sa promesse de rouvrir la seule clinique de la ville. Une lettre ouverte adressée au président Roch Marc Kaboré, réclame que la clinique du chirurgien, fruit d’un engagement de 40 ans, puisse être rouverte.

Le Dr Elliott, qui serait détenu hors du Burkina Faso,  était apparu en juillet dernier dans une vidéo produite par ses ravisseurs, tout comme plusieurs autres otages occidentaux kidnappés. Il déclarait alors :

« Cette vidéo demande à divers gouvernements, en particulier le gouvernement australien et le gouvernement burkinabé, de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour négocier ma libération. »

Avant de s’adresser directement à sa famille,

« Je veux juste dire : encore une fois, je vous aime tous et j’apprécie toutes vos prières et toutes vos pensées. Je suis impatient de vous retrouver un jour. »

Prions pour la protection et la libération de Ken Elliott.

La rédaction

Source : World Watch Monitor

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.