Cameroun : Libération de l’archevêque émérite de Douala enlevé hier

Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a été enlevé jeudi 5 novembre dans le nord-ouest du Cameroun. Le cardinal âgé de 90 ans a été libéré aujourd’hui, vendredi 6 novembre. 

Le cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a été enlevé hier, aux alentours de 18 heures dans le nord-ouest du pays, sur la route menant de Bamenda à Kumo. L’Agence Fidès rapporte que douze autres personnes ont également été kidnappées.

La nouvelle de l’enlèvement du cardinal a fait le tour des réseaux sociaux ce matin dans des posts souvent accompagnés d’appels à la prière pour sa libération.

Dans des propos rapportés par l’Agence Fidès, l’évêque de Kumbo apparaissait plutôt optimiste quand à la libération du cardinal, il invitait néanmoins les camerounais à prier dans ce sens :

« Nous avons foi dans le fait que le cardinal et les autres seront relâchés sains et saufs. Nous cherchons actuellement toutes les voies possibles afin de permettre leur libération. Nous invitons les camerounais à prier Dieu dans ce sens. »

Dieu semble avoir exaucé leurs prières, puisque de nombreuses sources rapportent que l’archevêque émérite de Douala a été libéré sain et sauf aujourd’hui, vendredi 6 novembre.

C’est l’actuel archevêque de Douala, Samuel Kleda, qui a confirmé à Vatican news la libération de son prédécesseur. Les autres otages, dont Semh Mbinglo chef traditionnel de Kumbo, n’ont pas été libéré.

D’après Samuel Kleda, c’est un groupe anglophone séparatiste appelé les Amba Boys ou les ambazoniens qui seraient à l’origine de cet enlèvement.

« ces derniers temps, les Amba Boys multiplient des actions, les violences ont vraiment repris, le groupe ne veut pas qu’il y ait de rentrée. »

L’archevêque émérite aurait été directement visé à cause de son implication active dans la résolution du conflit qui oppose depuis 2016 les séparatistes anglophone et le gouvernement. Son successeur rapporte que Christian Tumi, malgré ses 90 ans, fait « tout son possible pour la paix ».

D’après un média local, les séparatistes reprochent notamment au cardinal d’avoir encouragé le retour des élèves en classe. Ils n’hésitent pas à user de violence pour empêcher ce retour à l’école dans les régions anglophones et les attaques se multiplient.

Une école chrétienne de Kumba a notamment été victime d’un massacre le 24 octobre dernier entrainant la mort de huit enfants. Tandis que le 4 novembre, les enseignants d’une école presbytérienne protestante ont été enlevés également par des séparatistes dans le nord-ouest du pays.

C.P

 

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.