Chrétiens d’occident et migrants : une autre voie

Ils sont venus, ils sont tous là, ils ont fuit la peur et les cris
A pied en bateau, les voilà.
Ils sont venus ils sont tous là, depuis la Syrie, la Libye
Croyant qu’on leur tendrait les bras…

Nous étions habitués aux courants migratoires allant de l’est vers l’ouest ou inversement. Depuis le milieu du XXème siècle, aussi bien sur le continent américain que depuis l’Afrique vers l’Europe, les migrants empruntent une route du sud vers le nord (ce nord qui consomme 8O% de la richesse commune !). Cela n’est pas sans conséquence car il s’en suit une confrontation non seulement de langues et d’habitudes, mais de culture, de religions, de valeurs. Face au flot de réfugiés et de demandeurs d’asile

qui déferlent sur l’Europe,
ou qui frappent à notre porte, c’est selon !

Notre vieux continent s’inquiète, s’agite, se perd en conjectures…
Deux attitudes se dessinent et s’affrontent  :

Soyons solidaires, ce sont nos semblables, accueillons-les  !
Ils viennent habillés en mendiant mais veulent nous dépouiller  !

Et si ces deux positions n’étaient pas contradictoires.
L’Europe est imprégnée des valeurs chrétiennes mais elle a renié ce qui en fait la force (2 Timothée 3:5).

Elle tend une main sans connaître sa demeure.
Elle repousse l’étranger par peur d’être dépouillée.

On ne peut accueillir l’autre que dans une maison solide. Faute de quoi les murs craquent et tout le monde est dans la rue.
« Cessez d’être gentils, soyez vrais », martèle Thomas d’Ansemburg  :

« Accueillons l’autre sans cesser d’être nous-même,
Soyons nous-même sans cesser d’accueillir l’autre.  »

Oui, nous sommes invités à ouvrir nos portes à l’étranger, même s’il y a des loups parmi les brebis. Nous devons garder nos yeux ouverts et les maîtres de maison que nous sommes doivent présider aux tables que nous dressons.
C’est comme cela que la solidarité deviendra fraternité et que nos semblables deviendront nos frères.

Olivier de Scorbiac

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?