La création tout entière soupire… une vue écologique et chrétienne de notre monde

La création soupire

Nous pourrions être vite « dépassés » ou « noyés » en faisant une liste exhaustive de toutes les questions écologiques auxquelles notre humanité doit faire face.

Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement.
Romains 8:22

Une évidence a fait jour dans mon esprit : parler des soupirs de la création, en relation avec le texte de Matthieu 25:35-36 :

« Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger et vous m’avez recueilli ; nu et vous m’avez vêtu, j’étais malade et vous m’avez visité, j’étais en prison et vous êtes venus vers moi. »

En fait, cela correspond aux cinq besoins vitaux de l’homme : la nourriture, l’eau, l’accueil de l’étranger (du réfugié), le vêtement et le secours aux prisonniers physiques ou spirituels.

Faim

Selon World Food Program (chiffre de 2015) : 795 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit 1 personne sur 9. La grande majorité des personnes souffrant de la faim vivent dans des pays en développement. La malnutrition provoque la mort de 3,1 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année, soit près de la moitié (45%) des causes de décès. En France, une personne en situation précaire sur deux ne mange pas à leur faim.

Le travail de fond est d’intervenir afin que tous aient les moyens de se nourrir

Il est sûr que les associations caritatives ou celles intervenant auprès des SDF font un travail utile et nécessaire. Mais le travail de fond est d’intervenir afin que tous aient les moyens de se nourrir, ou de les aider afin d’arriver à une autosuffisance via des jardins familiaux ou partagés. L’exemple des incroyables comestibles (Incredible Edibles) qui nourrissent la population tout en développant du lien social est à ce titre, très intéressante ; elle permet de se réapproprier la nourriture, au lieu de dépendre de groupes agroalimentaires qui éloignent agriculteurs et consommateurs en engrangeant de substantiels profits.

Si ces grands groupes s’arrêtaient là, ce serait un moindre mal. Hélas, aujourd’hui les semences sont entre les mains de dix grands groupes mondiaux, et pourraient être demain, détenues par trois grandes sociétés internationales. Le monopole des semences entraînera inévitablement une crise alimentaire mondiale. Aujourd’hui, les multinationales productrices de semences mettent en danger cette biodiversité agricole et notre accès libre à la nourriture.

Selon le Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation (SRFOOD) à l’ONU, Olivier De Schutter,

« De solides arguments environnementaux plaident en faveur de l’agroécologie. Cependant, elle présente aussi d’autres avantages au niveau social et du point de vue de la santé. Des systèmes agricoles diversifiés contribuent à une plus grande diversité du régime alimentaire des communautés qui produisent leur propre nourriture, améliorant leur équilibre nutritionnel. Réduisant le coût de l’agriculture en limitant l’utilisation d’intrants onéreux, l’agroécologie améliore les moyens de subsistance des ménages agricoles, en particulier des ménages les plus pauvres. De plus, elle soutient le développement rural… »

Avec des rendements multipliés par 2 ou 3, l’agroécologie est capable de nourrir la population actuelle et à venir sur notre planète, tout en diminuant la pauvreté selon le rapport « Agroécologie et droit à l’alimentation » d’Olivier de Schutter.

Soif

Selon ce même rapporteur, l’utilisation excessive d’engrais chimiques a entraîné la pollution des eaux potables et l’augmentation de leur teneur en phosphore. Les pesticides sont aussi aujourd’hui à l’origine d’une pollution diffuse qui contamine toutes les eaux continentales : cours d’eau, eaux souterraines et zones littorales. La ressource en eau sur terre est de plus en plus polluée et l’eau douce qui ne représente que 2,5 % de la masse d’eau totale sur la terre, tend à se raréfier. En de nombreux endroits, elle amène maladie et mort au lieu d’apporter la vie.

Or l’eau est le premier élément nécessaire à la vie

Or l’eau est le premier élément nécessaire à la vie. Nous-mêmes sommes composés à 80% d’eau. Le prophète Jérémie dit « Car ils abandonnent la source d’eau vive, l’Éternel» (Jérémie 17:13). L’homme s’est détourné de cette source qui coulait depuis le jardin d’Eden, pour de sombres raisons ou à cause de sa cupidité.

Étranger

Si on regarde les raisons pour lesquelles les migrants quittent leurs pays, on trouvera principalement le souci de pouvoir vivre en paix ou de subvenir aux besoins de sa famille. On peut parler de migration économique quand la vie de ses migrants n’est pas directement menacée : c’est un choix « libre » sans contrainte sinon celle de trouver un cadre de vie meilleur. On peut toutefois se poser des questions sur l’équilibre économique entre pays pauvres et riches.

D’autres personnes n’ont pas de choix, c’est leur vie qui est directement en danger

D’autres personnes n’ont pas de choix, c’est leur vie qui est directement en danger, à cause de conflits, de guerres dont les tenants et les aboutissants leur échappent complètement. C’est le cas de la Syrie, de l’Irak et de nombreux autres pays… Selon les auteurs du 10e rapport annuel Global Peace Index, seulement 10 pays vivent en paix totale dans le monde en 2016 (seuls le Botswana, le Chili, le Costa Rica, le Japon, Maurice, le Panama, le Qatar, la Suisse, l’Uruguay et le Vietnam sont vierges de tout conflit.) Selon l’Institut pour l’Economie et la Paix (IEP) qui a élaboré cet indice, la situation au Moyen-Orient tire vers le bas le reste du monde en matière de paix.

Si la Parole de Dieu attire notre attention sur le sort des étrangers, sur leur accueil (Vous aimerez l’immigrant, car vous avez été des immigrants dans le pays d’Égypte, Deutéronome 10:19), les gouvernements ont tendance à fermer les frontières de l’Europe ou d’autres pays, alors même que nous avons une part de responsabilité dans ces conflits. Pourtant des exemples montrent que c’est une des meilleures façons de faire revivre des villages abandonnés, désertés comme à Riace en Italie.

Demain s’ajouteront les « réfugiés climatiques » qui devront partir de leur terre en raison du changement climatique en cours, des tempêtes que cela induira, ou de la montée des eaux.

Nudité

Ces migrants, comme nous avons pu le voir dans les reportages liés à la traversée de la Méditerranée ou des Balkans sont complètement démunis. Une couverture est parfois leur seul abri, mais aussi le premier élément pour couvrir leur « nudité », leur précarité. C’est aussi le premier abri qui s’impose pour les personnes se retrouvant à la rue.

« Couvrir la nudité », c’est redonner de la dignité

« Couvrir la nudité », c’est redonner de la dignité, de l’espoir en même temps qu’une chaleur, surtout après une traversée mouvementée de la Méditerranée, parfois après un « accident de la vie » ou un sinistre (tremblement de terre, ouragan, accident routier, incendie etc…).  Peu importe, le vécu de la personne, son passé tumultueux ou simplement différent de nous ! C’est à nous d’être le prochain de celui qui est au bord du chemin, à l’exemple du bon samaritain, afin de redonner de la dignité (ou un toit) à celui qui l’a perdu.

Malade

Parlant de la ressource en eau, j’ai fait allusion à la pollution qui l’affecte. Celle-ci a aussi un impact sur notre santé. L’emploi des pesticides agit directement sur notre santé (certains produits sont cancérigènes, mutagènes ou toxiques) Les premiers qui font les frais de cet emploi massif de pesticides sont les agriculteurs. Certains ont développé des maladies du système nerveux ou des maladies neuro-musculaires. Mais cette pollution diffuse peut affecter aussi indirectement toute la population. On estime déjà que cette pollution ambiante (y compris les autres sources de pollutions dues aux emplois de produits chimiques ou dues aux énergies fossiles) a un impact significatif sur la fertilité humaine ou animale. La mortalité des abeilles en est le premier signe visible qui devrait nous alerter !

Tous les propos lénifiants à ce sujet essayent de cacher la vérité ou de la minimiser

La recrudescence des cancers ou d’autres maladies est due non seulement à cette pollution mais aussi à la pollution radioactive. Les essais nucléaires ont contribué à cette diffusion d’éléments radioactifs qui ont encore aujourd’hui des incidences sur la population des lieux où ont été fait ces essais. Les accidents nucléaires successifs de Three Mile Island, Tchernobyl puis Fukushima nous rappellent que cette énergie peut être hors de contrôle. Tous les propos lénifiants à ce sujet essayent de cacher la vérité ou de la minimiser : il est très difficile d’avoir les chiffres réels des personnes dont la santé a été impactée, encore plus pour les générations suivantes puisque ces radiations ont aussi des effets transgéniques.

Pourtant l’enjeu sanitaire et écologique de ces pollutions est important ! Nous le voyons en Chine où la pollution est telle (elle est responsable de la mort de 1,6 million de personnes par an, soit 4000 par jour) que le gouvernement est obligé de s’engager dans les énergies renouvelables et de les développer à très grande échelle.

Prisonnier

Prendre soin de la santé d’une personne, rétablir son honneur, c’est aussi la libérer des « prisons » qui peuvent empoisonner sa vie (drogue, alcool, maladie, religiosité, etc.) comme celui qui est en prison pour des fautes pénales, pour ses opinions politiques ou sa foi. Jésus nous appelle à proclamer la libération aux captifs, pour renvoyer libres les opprimés (Luc 4:18) comme lui l’a fait pendant son parcours sur Terre.

En fait toute la création a été affectée par cet « égarement »

En fait toute la création a été affectée par cet « égarement » en mangeant le fruit défendu de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, du sang versé par le meurtre de son frère, Caïn tuant Abel… Alors que celle-ci est prévue abondante afin de subvenir à nos besoins en la cultivant, dans tous les sens du terme, nous sommes prisonniers de notre propre cupidité, de nos propres égarements.

Dans le terme « prisonnier »,  je classerais aussi les conflits liés à l’énergie, au pétrole. Nous restons prisonnier d’une façon de voir, de faire, qui crée des disparités entre les peuples, qui est source de pollution et qui entraîne le réchauffement climatique.

Espérance

La création peut-elle être délivrée de cette servitude

La création peut-elle être délivrée de cette servitude de la corruption, de ce qui se dégrade, se meurt, de ce qui la pollue ? La bonne nouvelle est que Christ est venu pour rétablir le Royaume de Dieu : « Que les enfants de Dieu soient manifestés… ».  Nous devrions voir dans nos vies, nos actes, dans la création autour de nous et au loin, les effets d’avoir retrouvé notre lien avec Dieu.

En effet, la création attend, avec un ardent désir, que les enfants de Dieu soient manifestés…. Dans l’espérance qu’elle sera aussi délivrée de la servitude de la corruption, pour être dans la liberté glorieuse des enfants de Dieu.
Romains 8 :9  et 21

Nous savons que tout n’a pas encore atteint la perfection mais nous sommes sur ce chemin avec nos semblables.

Nathanaël Bechdolff

www.jardinsdechanabier.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.