Dans son vol de retour d’Iqaluit, le Pape reconnait le « génocide » des peuples autochtones

« C’est vrai, je n’ai pas utilisé le mot parce qu’il ne m’est pas venu à l’esprit, mais j’ai décrit le génocide et j’ai demandé des excuses, le pardon pour cette histoire qui est un génocide. »

Samedi, à l’issue de son voyage apostolique, le Pape François a tenu une conférence de presse dans son vol de retour d’Iqaluit vers Rome. Et c’est à la question d’une journaliste canadien que le Pape a reconnu le « génocide » des peuples autochtones.

Brittany Hobson, journaliste auprès de The Canadian Press, a interpellé le Pape sur le fait que le terme génocide n’ait pas été utilisé. « Utiliseriez-vous ce terme et reconnaîtriez-vous que des membres de l’Église ont participé à ce génocide ? », a-t-elle alors demandé. Si le Pape reconnaît que le terme de génocide ne lui était « pas venu à l’esprit », il affirme l’avoir décrit et condamné.

« C’est vrai, je n’ai pas utilisé le mot parce qu’il ne m’est pas venu à l’esprit, mais j’ai décrit le génocide et j’ai demandé des excuses, le pardon pour cette histoire qui est un génocide. Par exemple, j’ai aussi condamné cela : enlever des enfants à leurs familles, changer la culture, changer les esprits, changer les traditions, changer une race, disons, toute une culture. Oui, il y a un mot technique -génocide- mais je ne l’ai pas utilisé car il ne m’est pas venu à l’esprit. Mais je l’ai décrit, oui, c’était un génocide, oui. Tu peux dire que je l’ai dit, oui, c’était un génocide. »

Sur Twitter, il a affirmé vouloir poursuivre « la recherche de la vérité, sur les chemins de la guérison et de la réconciliation ».

Le Catholic News Service déclare que « de nombreux Autochtones canadiens, ont déclaré que le pardon était difficile, malgré leur foi catholique ». Le média rapporte les propos de Terry Cornell, irlandais et Cheyenne Arapahoe,

« Pourquoi a-t-il fallu si longtemps à l’Église catholique », se demande-t-il avant d’ajouter, comment pardonnes-tu ce qu’on t’a fait ? »

Pour Maka Black Elk, un Oglala Lakota, « cela n’est pas allé aussi loin que certaines personnes l’auraient souhaité ». Mais il l’affirme, « c’est plein d’espoir ».

« C’est dommage que cela ait pris autant de temps, mais il est important de reconnaître l’histoire qui a été écrite…. Et pour moi, c’est plein d’espoir. »

M.C.

Crédit image  : Shutterstock.com / Drop of Light

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.