Depuis le Canada, Asia Bibi s’exprime pour la première fois dans les médias

Après avoir été accusée de blasphème au Pakistan, et avoir risqué sa vie dans le couloir de la mort pendant des années, Asia Bibi, en sécurité au Canada, s’exprime pour la première fois auprès de The Telegraph.

Enfin en sécurité dans un lieu tenu secret au Canada, Asia Bibi a pu s’exprimer dans une première interview donnée à The Telegraph. Victime des lois sur le blasphème au Pakistan, elle a injustement passé des années dans le couloir de la mort au Pakistan. Aujourd’hui, elle exprime les temps de découragements passés mais elle se fait aussi la voix de ceux qui subissent encore cette législation.

La communauté internationale s’est réjouie quand elle a appris en octobre 2018 son acquittement, puis en mai 2019 son départ vers le Canada. C’est également avec joie que nous lisons désormais ses propos dans la presse anglaise.

Asia commence par exprimer les temps de persécution qu’elle a subis et le désespoir qui l’a atteint lorsque le verdict était tombé.

« Ma vie était souffrance, mes enfants ont souffert, et cela a eu un impact considérable dans ma vie. […] Parfois, j’étais si déçue et découragée. Je me demandais si j’allais sortir de prison, ce qui se passerait ensuite, si j’allais rester ici toute ma vie. »

Elle exprime également sa douleur lors des visites de ses filles.

« Quand mes filles me rendaient visite en prison, je ne pleurais jamais devant elles, mais quand elles partaient, je pleurais, seule, remplie de douleur et de chagrin. Je pensais tout le temps à elles, à la façon dont elles vivaient. »

Muhammad Amanullah, défenseur des droits de l’Homme, est resté en contact journalier avec Asia Bibi à l’issue de son acquittement, et avant son départ pour le Canada. Il raconte.

« [Le gouvernement pakistanais] nous a toujours dit que ce serait deux semaines, ou dix jours, deux semaines, dix jours et, comme cela, nous avons passé sept mois. […] À un moment donné, elle avait perdu tout espoir et un jour, elle m’a dit, si je suis assassinée ou si quelque chose m’arrive, s’il vous plaît, n’oubliez pas mes filles. »

Asia Bibi a finalement pu quitter le Pakistan en mai dernier. Là encore, il s’agit d’un événement douloureux pour elle.

« Mon cœur s’est brisé quand je suis partie de cette façon, sans rencontrer ma famille. Le Pakistan est mon pays, le Pakistan est ma patrie, j’aime mon pays, j’aime ma terre. »

Celle qui a passé tant d’années en prison souhaite que l’on se souvienne de ceux qui y sont encore. Elle plaide pour que la justice se fasse dans leurs cas également.

« Il existe de nombreux autres cas où les accusés sont en prison depuis des années et leur décision devrait également être prise au mérite. Le monde devrait les écouter.Je demande au monde entier d’être attentif à cette question. La façon dont une personne est accusée de blasphème sans aucune enquête appropriée, sans aucune preuve appropriée, doit être remarquée. Cette loi sur le blasphème devrait être réexaminée et il devrait exister des mécanismes d’enquête adéquats lors de l’application de cette loi. Nous ne devrions pas considérer quiconque pécheur pour cet acte sans aucune preuve. »

Toujours selon The Telegraph, toute la famille d’Asia Bibi devrait déménager dans un pays européen non communiqué.

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.