Des extrémistes hindous tentent de sacrifier un pasteur aux pieds de leur déesse

Le pasteur John Lakra a été pris à partie et lynché par une foule d’hindous extrémistes en colère, devant sa femme et ses 3 enfants. Ils voulaient le brûler devant une de leur déesse.

En Inde, dans certains États, la communauté internationale remarque « une dégradation des conditions de la liberté religieuse ». Cette détérioration serait due aux campagnes des « groupes nationalistes hindous ». Le ministre Hansraj Ahir a reporté au Parlement que « 111 personnes ont été assassinées et 2 384 blessés dans 822 affrontements collectifs en 2017 », ce qui constitue une hausse significative des actes de violence au regard des années précédentes.

Morning Star News raconte comment John Lakra, pasteur indien, a été victime devant sa famille de cette persécution alors qu’il accompagnait son bébé de 18 mois à l’hôpital. Au milieu de la nuit, une foule de plusieurs centaines d’hindous ont encerclé sa voiture. Ils insultaient le pasteur, lançaient des cailloux et frappaient la voiture avec des tringles. En cause, l’envoi, via son téléphone et par un compte frauduleux, d’une photo insultant la déesse hindoue Durga.

« Il y avait tellement de gens que nous ne pouvions même pas essayer de sortir. Nous ne pouvions même pas voir à travers les fenêtres. Mes enfants et ma femme pleuraient. Je ne savais pas quoi faire. »

Les hindous l’ont alors sorti de la voiture, battu et ont déchiré ses vêtements, avant de le forcer à monter sur une moto pour le conduire vers une statue de la déesse. Au pied de la déesse, le lynchage continuait. Ils voulaient l’offrir en sacrifice.

« Ensuite, ils m’ont versé un gallon d’essence. Là, je priais dans mon cœur. J’ai dit: ‘Seigneur ! Je me soumets à toi. Que cela t’apporte la gloire’. Pendant que je priais, le Saint-Esprit m’a ému. Je souffrais tellement de ne pas avoir fait assez : je dois parler de l’amour de mon Seigneur à tant de personnes, mon voyage n’est pas encore terminé. Ces mots ont résonné dans mon cœur. »

Mais alors qu’il est au pied de  la statue, l’impensable se produit : « Il y a eu un miracle, une panne d’électricité. Et en quelques minutes, la police a atteint l’endroit et m’a sauvé ». Les secours le conduisent alors à l’hôpital, où il apprend que sa femme et ses enfants ont été mis à l’abri.

Il est condamné pour « actes délibérés et malveillants visant à scandaliser des sentiments religieux (article 295-A du Code pénal indien), promotion de l’inimitié entre différents groupes pour des motifs religieux (article 153-A) et intimidation criminelle ( Article 506) », et est emprisonné. Mais 10 jours après, le Bureau Central d’Investigation découvre qu’il s’agissait d’un piratage informatique. Il est alors libéré.

John Lakra continue de travailler dans son centre de prière où plus de 15 000 personnes de toutes religions et de toutes castes se sont rendues pour demander qu’on prie pour eux.

« J’ai vu l’opposition lorsque des Hindous de hautes castes et des membres de la famille de RSS et des militants de Bajrang Dal ont appris à connaître Jésus. Ils ont lancé des pierres sur le bâtiment et j’ai reçu des menaces. Mais le Seigneur nous a aidés à établir des églises dans six districts de l’état d’Odisha. Et à Sundargarh, plusieurs centres de prière de ce type se rassemblent le week-end et prient pour les malades. »

La rédaction

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?