Des scientifiques étudient la guérison miraculeuse d’un adolescent et publient leurs observations dans une revue spécialisée

« Le cas actuel de guérison soudaine et durable d’une gastroparésie sévère, réfractaire et permanente, est unique dans la littérature. » 

Trois scientifiques du Global Medical Research Insitute ont publié ce mois-ci un rapport dans un volume de Thérapies complémentaires en médecine. Clarissa Romez, David Zaritzky et Joshua W.Brown ont étudié le cas d’un jeune homme guéri de la gastroparésie suite à la prière. Cette guérison est un cas unique au monde. Afin de comprendre scientifiquement les mécanismes de ce miracle, ils y ont donc consacré une étude, dont nous vous proposons une lecture.

« Toutes les recherches rapportées ici (NDLR, dans le rapport) ont été approuvées par le comité d’examen institutionnel du Global Medical Research Institute. »

Dès l’âge de 2 semaines, on diagnostique à ce patient une sténose du pylore. Il subit alors une opération, une polyromométrie. À 7 semaines, il souffre de reflux gastro-oesophagien et d’un estomac hypomotile. Le diagnostic de gastroparésie grave tombe. Les auteurs du rapport parlent d’une « maladie chronique qui dure toute la vie ». Le patient est alors nourri par sonde et subit de nombreux traitements, « sans amélioration ».

 » Le pronostic de récupération de la fonction était médiocre. […] Les symptômes sont restés graves et réfractaires, sans amélioration pendant 16 ans. »

Les auteurs de l’étude se sont penchés sur le passé du jeune homme :

« Il raconte qu’il a grandi dans une famille chrétienne où sa famille pratiquait la prière et assistait à des offices hebdomadaires. »

L’équipe précise même que la famille pensait alors que les miracles ne pouvaient se produire qu’à l’époque biblique, mais qu’ils se sont ensuite rendus dans une « église pentecôtiste ».

« Le 6 novembre 2011, à l’âge de 16 ans, le patient et sa famille sont allés à un service dans une église pentecôtiste (qui croyait que des miracles de guérison se produisaient à l’époque biblique et se produisaient aujourd’hui) dirigés par un évangéliste qui guérissait. »

Lors de ce service, le prédicateur a raconté son propre témoignage. Il avait subi un grave accident avec un camion de 22 tonnes qui lui était tombé dessus et lui avait sectionné les intestins. Mais il avait eu la vie sauve. Les scientifiques décrivent :

« En entendant ce récit, l’adolescent ressentit une sensation de palpitation dans sa région abdominale. Il a rapporté que ‘j’avais l’impression que Dieu me préparait […]’. Tout en continuant d’écouter, il a prié Dieu ‘que s’il me guérit le ventre, je ne me taise pas sur le sujet [sic] [guérison]. Je lui ai dit que je partagerais la bonne nouvelle de Jésus et ma guérison avec tout le monde’. »

Le rapport raconte alors que le prédicateur a commencé à discuter avec le malade et a invité sa famille à prier.  Ils utilisent le terme de « prière d’intercession proximale » (PIP), dont le rapport fournit un descriptif très précis :

« Le terme PIP, décrit par Brown et ses collègues, fait référence à une prière de contact direct, généralement de moins de 15 minutes, souvent tactile, en plaçant les mains sur le destinataire et en les serrant parfois dans ses bras, en gardant les yeux ouverts pour permettre l’observation des résultats. La prière est généralement faite dans des ‘tons doux’. L’intercesseur peut ‘demander à Dieu de guérir, inviter l’onction du Saint-Esprit et / ou ordonner la guérison et le départ de tout mauvais esprit au nom de Jésus’. »

Les scientifiques décrivent la prière de l’évangéliste pour ce jeune, précisant qu’il avait alors ses mains sur les épaules du garçon.

« À mi-chemin de la prière, le garçon se souvient d’un choc commençant par son épaule droite qui descendait en diagonale sur son abdomen et l’a décrit comme une sensation de pulsation et d’électricité. Cela a surpris le garçon et il a déclaré qu’il avait également ressenti des douleurs au moment du choc. Malgré l’inconfort, ils ont continué à prier un peu plus longtemps. »

Les auteurs du rapport remarquent que cette expérience est « cohérente avec les récits antérieurs de praticiens universitaires », évoquant les sensations de « chaleur, électricité, picotements, fraîcheur, douleur qui s’en va ».

« Ce phénomène est décrit par les charismatiques comme des manifestations du Saint-Esprit. »

Ce soir-là, l’adolescent prendra son premier repas, « sans complication ».

« Pendant 16 ans, le patient était totalement dépendant de l’alimentation j-tube et ne pouvait tolérer aucune forme d’alimentation par voie orale. Après avoir reçu la PIP, son intolérance à l’alimentation par voie orale était complètement résolue. Il était capable de tolérer une alimentation orale et a été complètement retiré de l’alimentation du tube en J un mois après l’expérience PIP. […] À ce jour, six ans plus tard, le patient n’a pas eu besoin de consulter un chirurgien ou un gastroentérologue pédiatrique, de prendre des médicaments ni d’avoir eu des problèmes de santé. »

Les auteurs rappellent ensuite que le patient souffrait d’un « cas relativement grave de gastroparésie avec vomissements réfractaires et douleurs abdominales et était complètement dépendant de l’alimentation j-tube ». Ils ajoutent que ni les « médicaments », ni les « procédures chirurgicales » n’avaient permis à l’enfant de s’alimenter « par voie orale ».

« Le cas actuel de guérison soudaine et durable d’une gastroparésie sévère, réfractaire et permanente est unique dans la littérature. »

Ils émettent alors l’hypothèse d’un possible « effet placebo », mais celui-ci les laisserait tout de même dans le doute.

« S’il existait un effet placebo, on ne sait pas exactement comment les symptômes ont été résolus. »

Ils évoquent alors des critères pour rendre « plus forts » « les effets de la prière » :

« Les effets de la prière peuvent être plus forts lorsqu’ils sont administrés par ceux qui souscrivent à une vision théologique du monde qui tient compte d’un effet de la prière de guérison. »

En effet pour eux, les effets positifs de la prière dépendent de 2 facteurs :

« Une observation remarquable est que les études montrant les effets positifs de la prière ont des intercesseurs généralement impliqués qui professent soit 1) être des chrétiens «nés de nouveau» (avec un engagement à la prière quotidienne et à une communion active avec leur église locale) soit 2) la foi en la guérison. »

Le rapport termine sur le témoignage du patient :

« Vivre avec des tubes d’alimentation était pour le moins une lutte. J’ai grandi en étant un enfant actif, c’était difficile d’obtenir l’hydratation et la nutrition nécessaires avec un processus d’alimentation goutte à goutte. Au cours de la prière, j’ai ressenti un choc électrique provoqué par l’épaule droite qui me traversait le ventre. C’est le moment où j’ai su que j’avais été touché par le Saint-Esprit. Depuis que j’ai été guéri de ma maladie, j’ai plus d’énergie que jamais et j’apprécie vraiment la nouvelle aventure d’essayer différents types d’aliments. Je suis entré dans le domaine médical pour aider les malades et les nécessiteux, et pour rendre les soins que j’ai reçus quand j’étais le patient. »

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?