Dieu a entendu nos prières ! Le pasteur Moussa Koné est libre

Suite à notre prière, le pasteur Moussa Koné, emprisonné à Abidjan a été innocenté et libéré. Il témoigne.

Fin janvier, nous avons été alertés de l’emprisonnement injustifié du pasteur Moussa Koné. Des amis et membres d‘églises, associés aux milliers d’intercesseurs de Un Jour Une Prière, ont activement présenté sa situation à Dieu, en lui demandant de libérer son fidèle serviteur.

Rappel des faits

Moussa Koné est issu de toute une lignée d’imams. Il avait rencontré Jésus-Christ suite à une longue et profonde recherche spirituelle. Il a écrit son témoignage dans le livre : « Moi, fils d’imam ».

le 28 janvier 2017, Moussa m’envoyait ce message depuis sa cellule :

« Je suis enfermé à la maison d’arrêt. Le grand chef des magistrats est un musulman engagé. Il me connaissait depuis qu’il était à l’Université, de par mon témoignage. Le dernier débat à Paris face aux salafistes du collectif Hanafiya fut la goutte de trop. Il est le premier qui a eu l’occasion de m’enfermer. Ma vie physique est de nouveau menacée. J’ai juste besoin de prière. »

Le prétexte de cet emprisonnement abusif se révélait être une erreur faite par un employé sur un papier administratif. Moussa Koné avait été convoqué pour en faire la mise à jour. Il s’était alors retrouvé à la MACA sans autre préavis. Le chef d’accusation, post incarcération, était donc celui de « faux-papiers ». Moussa Koné nous avait précisé :

« Je suis un serviteur de Dieu. Je ne pouvait pas faire du faux, car je n’avais rien à y gagner. J’étais venu spontanément au tribunal pour dénoncer ce qui n’était pas vrai dans le dossier… Plusieurs avocats se sont proposé d’eux-mêmes pour ma défense, et Jésus est le meilleur ! »

De son côté, son épouse Maimouna, nous exhortait ainsi :

« Vaquez à la prière, le Seigneur délivrera son serviteur et l’on saura que le Christ Vivant règne éternellement, parce que la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. »

Le procès s’est déroulé le lundi 3 février, soit plus de deux semaines après son arrestation. Les personnes présentes et Moussa lui-même étaient très confiants du résultat prévu quelques jours plus tard. Il partage :

« Tel que je l’ai proclamé haut et fort à la barre ce lundi 3 février 2017 : Jésus est la vérité ! Je continuerai de proclamer toujours son nom ! »

Le délibéré du 6 février est tombé : Innocent donc libération immédiate !

Quelle joie sur les photos et dans les commentaires !

Moussa témoigne :

« Mon âme revit ce procès sans cesse. Des policiers ont décidé de marcher avec le Dieu de ce pasteur qui a été jugé (moi). Dieu a transformé le procureur en défenseur en ma faveur. Le Seigneur a suscité des avocats pour me défendre volontairement. Je suis reconnaissant à Jésus qui n’a pas voulu associer le faux à mon ministère. Merci encore une fois, mon âme est dans la joie malgré l’émotion. »

Moussa nous remercie et nous encourage :

« Comme quoi Jésus donne Gloire à son nom, même dans les conditions qui nous semblent défavorables.  Les magistrats sont au service du Seigneur selon Romains 13. Ils ont tous dit le droit en se basant sur « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » et « Les voies de Dieu sont insondables » Ces paroles ne viennent pas des magistrats mais leurs ont été dictées par le Saint-Esprit. »

« Je remercie tous les intercesseurs de Un Jour Une Prière et tous ceux qui ont élevé leurs voix vers le Seigneur en ma faveur en Côte d‘Ivoire, partout en Afrique, au Canada, aux Etats-Unis, en Suisse, en France, en Belgique, à Madagascar, à l’Île de la Réunion, en Suède, en Russie, en Chine, en Israël, et partout dans le monde. J’exhorte le Corps de Christ à continuer comme une seule personne, à crier au Seigneur pour le salut des âmes, parce que nous sommes sauvés pour servir Jésus, même quand c’est difficile. »

A-M R, pour Info Chrétienne

Photos transmises par Moussa

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.