« Dieu, la science, les preuves » : le best-seller aux 200 000 exemplaires propose une édition collector

« Dieu, la science, les preuves », livre co-écrit par Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies, qui s’attache à mettre en évidence l’existence de Dieu en s’appuyant sur la science, a rencontré un certain succès depuis sa parution l’année dernière. Si la thèse qu’il soutient est décriée par certains et soutenue par d’autres, l’ouvrage ne semble laisser personne indifférent. Une édition collector est attendue le 13 octobre prochain. 

« Voici révélées les preuves modernes de l’existence de Dieu » clame la quatrième de couverture de ce livre de vulgarisation scientifique publié aux éditions Guy Trédaniel en octobre 2021. Si en apparence, la question de l’existence d’un Dieu créateur met en opposition la science et la foi, les deux auteurs entendent bien, grâce au fruit de leurs travaux, démontrer le contraire.

Un livre qui a rencontré un large succès puisqu’il a déjà été vendu à 200 000 exemplaires, avec une audience « qui touche tous les courants de pensée ».

Une édition collector du best-seller sortira en libraire le 13 octobre prochain. Le lecteur pourra y découvrir un porte-folio comportant les témoignages de personnalités scientifiques impliquées dans le débat entre sciences et religion ainsi que de représentants du protestantisme, du catholicisme, du judaïsme, de l’islam et de la franc-maçonnerie.

Un dépliant représentant une illustration du Grand Retournement « à l’origine de la croissance puis du déclin des idées scientifiques », qui est exposé dans le livre, sera également proposé dans cette édition spéciale.

L’ouvrage de Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies se découpe en deux parties, la première s’intéresse aux preuves liées à la science. « Les cent dernières années nous aident beaucoup » précise M. Bonnassies qui rappelle que si il y a toujours eu des raisons de croire en Dieu que ce soit la beauté de l’univers, sa grandeur, son ordre ou encore son harmonie, « la science pendant plusieurs siècles de Copernic à Freud a semblé démontrer le contraire ».

« Finalement lorsqu’on est arrivé au XXe siècle, tout un tas de découvertes (la relativité, la thermodynamique, le Big Bang, la cosmologie, la mécanique quantique, la biologie, le réglage fin de l’Univers…) reposent la question de Dieu d’une manière forte » poursuit-il. « Car toutes ces découvertes concluent à une chose : que l’univers à un début, et si il y a un début cela veut dire qu’il y a aussi une cause. La thèse la plus logique est donc qu’un esprit intelligent opère derrière tout cela ».

En plus de ces preuves scientifiques, « Dieu, la science, les preuves » explore des « preuves hors-science » telles que l’existence de Jésus, les prophéties, les miracles, la permanence du peuple Juif… Autant de preuves qui selon les auteurs, font s’effondrer le cadre matérialiste, qui dès lors n’est plus compatible avec le réel.

Une thèse également soutenue par Robert Wilson, prix Nobel de physique en 1978 qui signe la préface du livre. Le scientifique, qui n’est pas lui-même croyant, affirme que « bien que la thèse selon laquelle un esprit supérieur serait à l’origine de la création de l’univers ne lui semble pas suffisante, il accepte sa cohérence ».

L’ambition de ce livre de plus de 500 pages, n’est pas de parler de la foi, comme nous le rappelle Olivier Bonnassies qui précise qu’il s’agit avant tout de définir « la thèse scientifique qui colle le mieux au réel ». Il peut toutefois être un excellent outil d’évangélisation ainsi qu’une invitation à la réflexion et au débat. Il a par ailleurs déjà suscité la parution de publications en réponse.

L’ouvrage qui figure sur la liste des meilleures ventes depuis sa parution semble, en tout cas, avoir séduit le grand public.

Camille Westphal Perrier

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.