« Dieu n’est pas mort 4 » débarque enfin en DVD !

La suite de la saga phénomène « Dieu n’est pas mort » arrive en France en ce mois de mai. Ce nouvel opus est traversé par cette question centrale: avons-nous la liberté de pouvoir faire l’école à la maison à nos propres enfants ? La notion de liberté aux États-Unis est majeure et est inscrite dans leur constitution en lettres d’or. Cette même constitution dont il est fait mention pendant tout le film, est la pierre angulaire de la naissance de ce pays. En interrogeant l’école à la maison, le film interroge le peuple tout entier. Un film proposé par SAJE distribution et disponible en DVD et VOD.

À qui appartiennent nos enfants ?

De nouveau, le révérend Dave (David A. R. White) est fidèle au poste. Le pasteur prend son bâton de berger pour mener une bataille au cœur de Washington, capitale incarnant le pouvoir et le centralisme du pays. Une commission est le théâtre de toutes les disputes. Un sénateur, Robert Benson (William Forsythe) lance un projet de loi sur l’éducation aux États-Unis dans l’objectif d’uniformiser et standardiser les enseignements.

S’ouvre alors un débat entre ceux qui souhaitent pouvoir élever leurs enfants chez eux avec un enseignement libre et les fonctionnaires de Washington qui souhaitent que sur l’ensemble des Etats Américains, un tronc commun soit mis en place.

La franchise n’y va pas par quatre chemins. Ne pas pouvoir choisir l’enseignement est contraire à la liberté individuelle et à la liberté religieuse. Dans cette croisade face à l’establishment américain, ils peuvent compter en interne sur le soutien d’un membre du congrès, le congressman Daryl Smith (Isaiah Washington), qui se fait ici défenseur des libertés et incarne un politicien vertueux face à une administration toute acquise aux idées contemporaines.

Le film à cette vertu de remettre au centre une question universelle : est-ce que nos enfants nous appartiennent ou appartiennent-ils aux gouvernements ? Une question imminemment politique, mais que certains se posent comme une orientation éventuelle pour demain. Une conception philosophique qui s’oppose directement à la foi chrétienne. La liberté inaliénable de la conscience humaine ne peut être contestée. C’est précisément pour cette raison que le révérend Dave se bat.

L’école à la maison : Liberté contestée

Le film fait appel à l’imaginaire collectif (guerre d’Indépendance, guerre de Sécession, Seconde Guerre mondiale, guerre du Viêtnam) pour ancrer le film dans son combat pour la liberté. Honorer la mémoire de ces soldats morts sur le champ d’honneur « afin qu’ils ne soient pas morts en vain » lance à la commission le révérend Dave et d’ajouter « à nous de vouloir qu’avec l’aide de Dieu cette nation renaissance dans la liberté, à nous de décider que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ne disparaitra jamais de la surface de la terre. » Ainsi, le combat n’est autre que la défense d’un droit : que les parents puissent éduquer leurs enfants comme ils le souhaitent.

Et que le gouvernement de Washington ne puisse s’immiscer dans les maisons au nom d’un droit de regard qui n’est pas justifié par la constitution américaine.

Le film se veut être également le pourfendeur des idéologies dominantes et de l’ingénierie sociale qui se disséminent dans les programmes scolaires et dans les écoles, et comme le dit le révérend Dave, la Bible « barre la route au relativisme morale, à ceux qui confondent le bien et le mal ». Un film qui fait du bien en cette période afin de rappeler quelques fondamentaux.

Découvrez Dieu n’est pas mort 4, nous le peuple en DVD dans toutes les librairies, sur la boutique SAJE et en VOD sur Le Film Chrétien.

Jean-Damien Bouyer

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.