Élection d’Erdogan : Quelles conséquences pour l’Église turque ?

Le 24 juin dernier, Recep Tayyip Erdogan a été réélu dès le premier tour des élections présidentielles turques, avec 52,2% des voix.

Depuis la révision de la Constitution en 2017 suite à une tentative de coup d’état en 2016, le président Erdogan avait considérablement élargi son pouvoir. Il exerce désormais quasiment seul le pouvoir exécutif, a la possibilité d’intervenir directement dans le domaine judiciaire, et a élargi ses prérogatives législatives. « L’hyperprésident », peut donc nommer les ministres, nommer et destituer le personnel du système judiciaire et promulguer des décrets dans les domaines relevant de ses compétences exécutives. Après déjà 15 ans au pouvoir en tant que Premier ministre, puis en tant que Président, il devient le dirigeant turc le plus puissant depuis le fondateur de la République, Mustafa Kemal.

Recep Tayyip Erdogan porte les valeurs d’un islam conservateur sunnite, et plusieurs s’interrogent sur l’avenir de la liberté religieuse en Turquie.

Bassma Dabbour de l’organisation Voice of Martyrs Canada évoque la situation actuelle :

« L’Islam est la religion d’Etat. Elle est pratiquée et imposée à tous. Mais nous devons nous rappeler que la Turquie a des racines et un héritage chrétiens très forts, et le gouvernement le reconnaît. Le gouvernement est assez intelligent pour savoir que ce christianisme est important pour la culture, pour la communauté et aussi pour le tourisme en tant que source d’économie. »

Antioche, Éphèse, les voyages de Paul en Asie Mineure… Ce territoire est en effet l’un des berceaux du christianisme. Mais le doute subsiste quant aux évolutions potentielles.

« La Turquie s’est écartée des valeurs démocratiques et elle a rompu ses liens avec le système parlementaire qu’elle avait. Nous sommes maintenant dans la règle d’un seul homme. Il n’y a aucun mécanisme pour empêcher l’arbitraire. Nous continuons à avoir de grandes inquiétudes à propos de cette situation. »

Pour elle, « le message est très clair » depuis la révision de la Constitution et la réélection dès le premier tour du président Erdogan.

« Le message était très clair : il n’y a qu’une seule voix, et cette voix est la sienne […] Si vous n’êtes pas d’accord, vous n’êtes pas le bienvenu. C’est certainement une situation préoccupante pour l’Église en Turquie, et pour ceux qui servent là-bas. »

Rappelant le sort d’Andrew Brunson accusé d’espionnage et de tentative de soulèvement, elle déclare :

« Nous savons, nous le savons tous , qu’il n’est pas un espion. C’était une fausse accusation. Il était là pour servir le Corps de Christ et servir la communauté turque. »

H.L.

Crédit image : Drop of Light / Shutterstock.com

N’oublions pas le pasteur Brunson.

Découvrez le texte du Conseil de l’Europe appelant à la libération du pasteur Brunson, en suivant ce lien.

« Andrew Brunson, citoyen américain et pasteur en Turquie pendant plus de 23 ans, est illégalement détenu depuis maintenant plus de 405 jours dans une prison turque, sans aucune raison et en violation flagrante de ses droits. Il a vécu dans des conditions inhumaines et perdu plus de 20 kilos. Alors qu’aucune preuve n’a jamais été établie pour étayer un quelconque crime de sa part, les autorités turques ont systématiquement rejeté les appels multiples contestant sa détention. »

Lire aussi au sujet du pasteur Brunson.

« Je suis en prison non pour avoir fait quelque chose de mal mais à cause de ce que je suis, un pasteur chrétien »

Turquie : Détenu depuis 2016, le pasteur Andrew Brunson pourrait désormais finir ses jours en prison

Du fond de sa prison turque, le pasteur Andrew Brunson envoie un déchirant message à son épouse

Bouleversant « cantique d’Andrew Brunson » injustement emprisonné en Turquie depuis plus d’un an

Le pasteur Andrew Brunson redoute d’être oublié alors qu’il fête ses 50 ans dans une prison turque

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.