Entretien avec Thierry Ostrini

Auteur-compositeur-interprète, poète, parolier de talent, Thierry Ostrini a marqué l’histoire du groupe Exo au cours de plus de 10 années de collaboration et de 5 albums produits. Depuis plusieurs années, il poursuit son chemin en solo et continue de bénir l’Église au travers de la musique. Son nouvel album Texture est désormais disponible en ligne. Thierry a accepté de répondre aux questions de la rédaction d’Info Chrétienne. Ses réponses ciselées révèlent une fois de plus son talent pour l’écriture, et mettent en lumière l’expérience d’un cheminement riche au service du Maître.

  • Peux-tu nous raconter ta rencontre avec Jésus ?

Il existe des rasoirs avec trois ou même cinq lames pour garantir un rasage de très près. Mon « très près » relativement au « Très Haut » s’est fait en trois temps (un quatrième et un cinquième même – voir plus puisqu’Infinité). Il y a eu mes seize ans (qui correspondent chez les protestants de Suisse-romande – où j’ai grandis – à la « confirmation » de l’engagement pris par nos parents, parrain et marraine au plus jeune âge de notre vie de nourrisson), période juvénile et enthousiaste quant à mon implication spirituelle et quant à mes choix de vie… et puis – plus de dix ans plus tard – c’est un cap aussi essentiel qui m’a vu plier le genoux devant Christ (que je connaissait plus intellectuellement que relationellement) avant l’ultime assaut de son Esprit en mon fort intérieur que j’ai plus de mal à définir avec des mots, mais qui a opéré une forme de synthèse des deux premiers événements.

  • Quel a été le déclic qui a marqué le début de ton ministère ?

J’ai perçu clairement la dimension pionnière et initiatrice de tout ce que je serai appelé à faire dans le futurLe déclic s’est passé très tard pour moi (bien après l’activation de ce que j’avais à offrir au monde et à l’église dans le cadre de ce que l’on a coutume d’appeler « ministère » ou « service »). Plutôt qu’un « déclic » je parlerais plutôt de « prise de conscience » : j’étais à Vancouver (CA) pour un séminaire artistique autour de l’écriture de chants (notamment) et lors d’une pause « lunch », quatre personnes sont restées dans l’auditorium pour prolonger une temps de louange – j’en étais – pendant que les autres étaient partis au réfectoire. Un couple a conduit ce temps particulier d’une guitare et d’une voix, pendant qu’une stagiaire et moi-même étions assis par terre, en prière, en chants, en louange, en adoration… Difficile à définir. Ce temps s’est prolongé sans qu’on ne le réalise vraiment (un long moment) et le couple a quitté l’espace. Il n’y avait plus ni guitare, ni « worship leader » (conducteur « officiel » de louange), ni autre chose qu’une forme d’intercession et de chants à-capella sans autre support que la Présence de Dieu. Et puis ce temps s’est achevé de lui-même comme une bougie qui s’éteindrait. Simplement. Amy (que je ne connaissait pas en amont de cet événement) m’a dit « Merci. Je n’ai jamais expérimenté quoi que ce soit de comparable » (« Thank you : I never experienced anything like that before »… en anglais dans le texte ; rappelez-vous, on est à Vancouver). Ce n’était ni ma guitare, ni mon répertoire, ni mon « lead » (« lead » comme worship-« leader »)… Qu’est-c’que c’était alors ? Qu’est-c’qui occasionnait de la gratitude chez elle et qu’est-c’qui m’était attribué dans cette expérience (vécue et ressentie) nouvelle « like never before ». Elle semblait avoir suivi un « mouvement » que je suivais moi-même. Initié par Dieu. Tout le reste était devenu périphérique. Et j’ai perçu clairement la dimension pionnière et initiatrice de tout ce que je serai appelé à faire dans le futur. Et ça ne m’a jamais quitté. C’est Dieu qui opère toute chose et qui les renouvelles ; nous ne sommes que des canaux, des véhicules, des vases d’argile.

Partager cette image sur Facebook

  • La vie est parfois soumise aux épreuves. Serais-tu d’accord d’en partager une avec nous, et surtout de nous faire découvrir de quelle manière tu l’as surmontée avec la grâce de Dieu ?

La sagesse des hommes n’a jamais accompli ce que la « folie » de Dieu a manifesté sur la Croix
Les épreuves diffèrent. Mais l’épreuve est toujours la même. Garder la foi, combattre le bon combat et garder son coeur et ce qu’il engendre de tout mal. Le garder plus que toute autre chose. Je dirais que « veiller » sur ce qui se dit et sur comment le dire demeure sans aucun doute un moyen intelligent d’accompagner nos propos et notre vie de sagesse. Ça, et laisser Dieu nous tirer d’affaire. C’est toujours Lui qui nous délivre de toute manière. On est toujours atteint dans ce qui nous est le plus cher : Une épreuve récente (et récurrente chez moi) c’est de vouloir tout abandonner en me disant que tout ça est absurde et ne sert à rien… Écrire des chants que personne ne chantera (je ne parle pas de ceux qui sont édités et que les gens chantent, je parle de tous ceux qu’il faut écrire avant d’extraire une seule perle d’un couplet ou d’un refrain, d’une rime ou d’une idée, de ces petits trésors que seul notre Seigneur connaît). Se sortir de cette épreuve, pour moi, c’est de penser à Noé dont l’oeuvre entière ne prend de sens que lorsque le déluge arrive. Avant ça, tout repose sur une obéissance. C’est absurde pour la raison humaine. Mais la sagesse des hommes n’a jamais accompli ce que la « folie » de Dieu a manifesté sur la Croix.

  • Quel est le projet ou la réalisation dont tu es le plus fier ?

La prochaine (par la foi) 🙂

  • Quelle est la plus grande leçon que tu as apprise au travers de ton ministère ?

L’enrichissement est toujours plus grand au sortir d’une épreuve qu’au sortir d’un succès « Que celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber »… Rien ne dure ici-bas. Au mieux, Dieu transforme et renouvelle ce que l’on considère comme « acquis ». Et c’est tant mieux. En d’autre terme, ne jamais s’attacher à une forme – à une expression – de l’amour de Dieu, mais bien plutôt de chercher sans relâche sa personne et sa présence d’où découle cet amour. J’ai appris à rendre grâce à Dieu pour les temps plus difficiles – plus arides parfois (en apparence en tous cas) – sachant que l’expérience prouve systématiquement que l’enrichissement est toujours plus grand au sortir d’une épreuve qu’au sortir d’un succès.

  • Et si c’était à refaire ! Que changerais-tu ?

Si c’était à refaire, je ferais confiance beaucoup plus tôt à ce que je reçois (et perçois) de Dieu, au lieu de m’en remettre, notamment, à ce que les autres en disent. Je garderais, néanmoins, l’écoute et le discernement des personnes plus expérimentées que moi dans la foi. Je dis bien « dans la foi » et pas dans le discours au sujet de la foi.

  • Quelles sont les personnes qui ont eu un rôle majeur tout au long de ton parcours ?

Une seule parole peut provoquer un cataclysmeBeaucoup de personnes ont eu une influence dans mon cheminement avec Christ. Beaucoup n’en sont sans doute pas conscient. Une seule parole peut provoquer un cataclysme. Un changement drastique. On habille avec une parole. On nourrit avec une parole. On désaltère avec une parole. « Quand t’avons nous vêtu, quand t’avons nous donner à manger ou à boire… etc ». Je suis infiniment reconnaissant à tous ceux qui m’ont communiqué une parole de la part de Dieu.

Partager cette image sur Facebook

  • As-tu des modèles, des mentors, des personnes qui te poussent à aller de l’avant et à devenir meilleur ?

C’est surtout de l’exemple de tous ceux dont la marche avec Christ témoigne de sa véracité qu’il est bon de s’inspirerJe reste très prudent quant à la notion de mentor. On l’associe souvent à celle, plus répandue encore, de « père spirituel » (qu’accompagne presque toujours l’idée d’une soumission – plutôt bonne au demeurant – mais qui peut revêtir un certain danger lorsqu’elle devient aveugle). J’ai eu des « maîtres d’apprentissage » et des « conseillers » (dont la multitude est – bibliquement – très bonne à prendre). Les enseignants – autant que les pasteurs – m’ont été d’une grande aide. Mes amis (et frères) dans la foi sont, sans doute, ceux desquels j’ai le plus appris. Avec l’amitié existe aussi le lien. Et avec le lien, la confiance ; le crédit (et la crédibilité). Demeure l’exemple. C’est surtout de l’exemple de tous ceux dont la marche avec Christ témoigne de sa véracité qu’il est bon de s’inspirer. En particulier lorsqu’ils sont allé plus loin que vous.

  • Quel est le personnage biblique qui est une source d’inspiration pour toi ? Et pourquoi ?

Ezechiel… number one ! Parce qu’il incarne. Et parce qu’il vit (corps âme et esprit) le message qu’il véhicule. Jean (via l’apocalypse) parce qu’il nous révéle quelque chose des temps à venir et que, étant le bien-aimé du Seigneur, il doit y avoir une bonne raison en plus de l’aimer. En fait, c’est Jésus que j’aime en les aimant. Il me fait les aimer tous, en fait.

  • Quel conseil pourrais-tu donner à celles et ceux qui souhaitent se lancer dans la même voie que toi ?

Et il y aura l’Horeb et Dieu sera avec toi « Fortifie-toi et prends courage »… Ce sera ardu ; tu seras tenté, sans cesse, d’écrire les chants que les gens seront persuadés de vouloir entendre sans même avoir écouté les nouveaux. Et tu ne le feras que de temps en temps, par amour et par obéissance (… ou pas). On te demandera des chants d’église – ceux qui sont utiles à la communauté – mais tu ne pourras jamais renier la conviction d’en chercher d’autres (Psaume 40 verset 4 « Dieu a mis un chant nouveau dans mon coeur… ») qui pourront d’ailleurs s’avérer utiles également à la communauté. Comme David, tu chanteras les victoires (et le peuple dansera de joie), et comme David tu écriras les complaintes (et le peuple préférera souvent les danses aux larmes). Il y aura des fêtes et tes frères et soeurs seront là. Et il y aura l’Horeb (une montagne et une caverne… de la roche en tout cas) et Dieu sera avec toi. En bref, tu écriras des chroniques et des psaumes contemporains sur ta vie et sur la vie de tous ceux qui ont choisi de suivre Christ. Puissent l’édification et la faveur de Dieu environner toujours cet étrange attelage fait de mélodies et de mots, d’inspiration et de beaucoup de travail, de consécration et d’amour du prochain… fait de tout ce qui fait le coeur de Dieu dans le coeur de l’homme.

  • Comment perçois-tu tes prochaines années dans le ministère ? Quel est le ou quels sont les projets qui te tiennent à cœur ?

Mes projets pour le futur ne diffèrent pas de ceux qui m’ont conduit jusqu’ici. Alimenter le répertoire francophone de chants. En trouver, ailleurs peut-être (anglo-saxons, italiens, allemands, peu importe), et les transmettre (je travaille actuellement avec une artiste germanophone, par exemple, qui maitrise notre langue et dont le message me semble pertinent pour la francophonie). Je me dois également de m’assurer que tout ce qui entoure ce ministère ne soit pas en carence (ça va de mes cordes de guitare aux finances nécessaires à l’exécution du « mandat » et à ma vie de tous les jours), et je me dois aussi d’assumer l’exigence et la bonne humeur lié à mon service.

  • L’actualité est souvent troublée et triste. Chrétiens persécutés, société à la dérive, catastrophes naturelles, changements éthiques majeurs… Quelle est ta position face à ces événements ? Es-tu plutôt engagé, veilleur attentif, lanceur d’alerte, intercesseur ?…

Ce sont plutôt ceux qui sont en paix au milieu du tumulte qui me rassurent sur l’essentielUn peu tout ça, oui. Je veille, je prie, je me renseigne et j’essaye aussi – et peut-être même surtout – de m’attacher aux instruction de mon Maître « … tout cela doit arriver ; ne vous inquiétez pas ». Je suis convaincu que nous serons ses témoins dans les temps qui viennent sur ce point, et sur ce point précisément, la quiétude ! La paix en d’autre terme. Je disais l’autre jour à quelqu’un : « Les gens rassurés lorsque tout va bien, ne me rassurent sur pas grand chose… Ce sont plutôt ceux qui sont en paix au milieu du tumulte qui me rassurent sur l’essentiel ». C’est une force réellement.

Thierry, merci d’avoir répondu à nos questions avec autant de sincérité et de profondeur. Sois richement béni dans chacun de tes projets.

La rédaction

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?