Érythrée : Le gouvernement ferme 21 établissements de santé chrétiens et force les malades à quitter leurs lits

« Il est du devoir de l’Église de prendre soin des malades, des pauvres et des mourants – personne, pas même le gouvernement, ne peut dire à l’Église de ne pas faire son travail. »

En Érythrée, 21 établissements de santé gérés par l’Église catholique ont été fermés par le gouvernement. Les 16 cliniques, 3 hôpitaux et 2 centres de santé accueillaient 170 000 personnes, souvent dans des zones reculées. La plupart proposait des services gratuits.

Certains étaient ouverts depuis 70 ans. Les malades ont été contraints de quitter leurs lits. Certains ont dû parcourir 25 kilomètres pour rentre chez eux. En cause, une loi de 1995, qui prévoit que toutes les structures sociales soient gérées par l’autorité publique. Cette loi n’était pas entrée en vigueur jusqu’en 2017 où les premières cliniques chrétiennes avaient été fermées. Bien que les administrateurs des cliniques refusent de signer le document de cession des structures, les fermetures se sont ensuite succédées jusqu’au 18 juin, date de la dernière saisie.

Les évêques ont adressé une lettre au Ministre de la Santé :

« Priver l’Église de ces institutions sape son existence même, et expose ses employés, religieuses et religieux ainsi que laïcs, à la persécution. Nous déclarons que nous ne remettrons pas nos institutions de notre plein gré, et que nous ne livrerons aucun équipement. »

Une source expliquait à l’Aide à l’Église en Détresse que les soldats sont entrés dans les centres de santé « par effraction » :

« Le personnel de certaines des cliniques a refusé de donner les clés, si bien que les soldats y sont rentrés par effraction. Notre message au gouvernement est simple : laissez-nous tranquilles. Il est du devoir de l’Église de prendre soin des malades, des pauvres et des mourants – personne, pas même le gouvernement, ne peut dire à l’Église de ne pas faire son travail. Nos installations médicales respectaient fidèlement les directives du Ministère de la santé et, la plupart du temps, les superviseurs du Ministère les appréciaient beaucoup. »

Les évêques appellent les fidèles au jeûne et à la prière jusqu’au 12 juillet.

M.C.

Crédit Image : Hailu Wudineh TSEGAYE / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?