Faire pousser des légumes sans eau, est-ce possible ?

En visionnant ce reportage passé sur France 2, on peut être stupéfié des méthodes employées par Pascal Poot, cet homme qui arrive à faire pousser des légumes sans eau ni pesticide. De formation agricole, je sais que cela est possible. Regardez :

La sélection naturelle des semences était le système courant utilisé par les paysans avant que ne leur soit imposée dans les années 1950, une agriculture « moderne », industrialisée . Le rendement était le maître mot ! Et cette agriculture qui est rentrée dans un consumérisme effréné, a produit des effets pervers : perte de la fertilité naturelle des sols, diminution de la biodiversité, diminution de la faune et de la flore sauvage… et ruine des agriculteurs prisonniers de leurs fournisseurs, des grands groupes semenciers, des producteurs de produits phytosanitaires et d’engrais, des banques qui les financent. En Inde, des paysans ont cédé aux sirènes leur promettant monts et merveilles avec leurs semences modernes. Cela a été une double catastrophe parce que ses semences n’étaient pas adaptées aux pays, parce que les paysans acculés à la ruine se suicident.

Les freins pour sortir de cette agriculture dite « moderne » sont bien présents : – «Si on supprime les pesticides, la production agricole chutera de 40 % et on ne pourra pas nourrir le monde.» Prononcée par le patron de l’industrie agroalimentaire française, cette affirmation est répétée à l’envi par les promoteurs de l’agriculture industrielle. – (source France Culture)

Au contraire, le juriste belge Olivier De Schutter au poste de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation, démontre dans son rapport qu’il faut sortir de cette agriculture et que le système agroécologique, l’agriculture traditionnelle respectueuse de la terre et de l’homme, permettra demain de nourrir 10 milliards d’humains sur la terre. En France, Pierre Rabbhi a été un précurseur pour développer cette agroécologie qui permettra de nourrir le monde.

« L’agroécologie est bien plus qu’une simple alternative agronomique. Elle est liée à une dimension profonde du respect de la vie et replace l’être humain dans sa responsabilité à l’égard du vivant. » Pierre Rabbhi

Et voilà cet homme qui nous interpelle. Il connait sa terre. Il sait comment sélectionner ses propres semences, celles qui n’ont pas besoin de pesticides, pas d’engrais et qui même se passent d’eau. Il sait… et moi je pense à toutes ces méthodes agroécologiques qui permettent de respecter la terre. En premier il nous faut sortir de l’image du jardin « propre » où toutes les mauvaises herbes sont enlevées. Erreur, il n’y pas de mauvaises herbes, toutes ont leur utilité ! Regardez comme la nature a horreur du vide ! Les herbes colonisatrices s’installent, les arbustes puis les arbres sans qu’il y ait besoin de la main de l’homme. Dans la vidéo, cet agriculteur hors norme, ancré dans sa terre laisse pousser les herbes à foison et cela permet de conserver au sol la seule humidité nécessaire à ses légumes. Là encore un respect de la nature telle que Dieu l’a créée. Dieu a tout placé dans sa création pour que l’homme puisse se nourrir et ne manque de rien ! Il promet même que les déserts refleuriront (Esaïe 35 : 1) !

Tu t’occupes de la terre, tu l’arroses en abondance, tu la combles de richesses.
O Dieu, ton ruisseau est plein d’eau, tu prépares le blé pour les hommes, tu mets la terre en état : tu irrigues ses sillons, tu aplanis ses mottes, tu la détrempes par la pluie, tu donnes aux graines la force de germer.
Psaumes 65 v 10-11

Nathanaël Bechdolff

Source : Francetv info

Pourrait également vous intéresser: Jeûner, c’est aussi bon pour votre santé ! Le saviez-vous ?

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?