Gianna Jessen : Rescapé d'un avortement

Giana Jessen : "Si l’avortement concerne les droits de la femme, alors quels étaient les miens ?"

Posted by Info Chrétienne on dimanche 13 septembre 2015

Gianna Jessen : « Si l’avortement concerne les droits de la femme, alors quels étaient les miens ? »

« Si l’avortement concerne les droits de la femme, alors quels étaient les miens ? », Gianna Jessen posa cette question au Comité Judiciaire en 2008 lors d’une conférence donnée à Melbourne, et ceci à juste titre. 38 ans plus tôt, Jessen a survécu miraculeusement à un avortement par solution saline.

Ce jour-là, en 2008, elle revint sur son étonnante histoire devant le Comité chargé d’examiner les pratiques du planning familial qui récolte et vend des parties du corps de bébés avortés, même de ceux qui ont pu être mis au monde. Melissa Ohden, survivante elle aussi d’un avortement, a également partagé son témoignage saisissant. Ci-dessous, vous trouverez la vidéo et la transcription du témoignage de Jessen, ainsi que quelques photographies qu’elle nous a laissées comme preuves. Ecoutez, pleurez et surtout priez pour que Dieu mette fin à tout ce mal.

Capture d’écran 2015-09-13 à 16.51.09

Transcription du témoignage de Gianna Jessen devant le Comité Judiciaire du Congrés.

« Bonjour,

Je m’appelle Gianna Jessen et j’aimerais vous remercier pour l’opportunité que vous me donnez de témoigner aujourd’hui devant vous. Ma mère biologique était enceinte de 7 mois et demi quand elle s’est rendue au planning familial qui lui a conseillé d’avoir un avortement tardif par solution saline.

Cette méthode d’avortement brûle le bébé à l’intérieur et à l’extérieur, le rendant aveugle et l’étouffant. L’enfant naît mort-né, souvent dans les 24 heures.

Alors que cela faisait 18 heures que j’étais brûlée dans le ventre de ma mère, je ne suis pas morte mais j’ai été mise au monde dans une clinique d’avortement à Los Angeles le 6 Avril 1977. Dans mon dossier médical on peut lire :

« Née vivante pendant un avortement par solution saline à 6 heures du matin ».

Heureusement, la personne chargée de l’avortement n’était pas encore arrivée au travail. S’il avait été là, il m’aurait tué par strangulation, étouffement, ou me laissant simplement mourir là. Au lieu de cela, une infirmière a appelé une ambulance, et on m’a conduit d’urgence à l’hôpital. Les docteurs ne pensaient pas que j’allais vivre. Et pourtant, j’ai survécu.

Par la suite, on m’a diagnostiqué une paralysie cérébrale, causée par un manque d’oxygène dans mon cerveau pendant le processus d’avortement. On n’a jamais supposé que je puisse un jour tenir ma tête droite ou même marcher. Et pourtant, je le fais. La paralysie cérébrale est un grand cadeau pour moi.

J’ai finalement été placée en famille d’accueil et plus tard adoptée. Je pardonne à ma mère biologique. Dans l’année qui a suivi ma naissance, j’ai été utilisée comme témoin expert dans une affaire où un avorteur a été pris en flagrant délit alors qu’il était en train d’étrangler un enfant après qu’il soit né vivant.

Margaret Sanger, la fondatrice du planning familial, a dit ce qui suit dans son ouvrage « Woman and the new race » (la femme et la nouvelle race) :

« La chose la plus miséricordieuse qu’une grande famille puisse faire à un de ses nourrissons est de le tuer ».

Le planning familial n’a pas honte de ce qu’il a fait ou continue à faire. Mais nous aurons des comptes à rendre en tant que nation, devant Dieu, pour notre apathie et le meurtre de plus de 50 millions d’enfants dans l’utérus de leur mère. Chaque fois, nous manquons de courage en tant qu’individu et échouons dans cette confrontation avec le mal. Je me demande combien de vies ont été perdues par notre silence, tandis que nous nous assurons d’être reconnus parmi les hommes. On s’inquiète de n’offenser personne. Combien d’enfants sont morts et ont été démembrés, les parties de leur corps vendues pour notre ego, notre convenance et notre promiscuité ? Combien de Lamborghini ont été achetées avec le sang d’enfants innocents ? Le sang qui crie au Seigneur de la terre, comme celui d’Abel. Aucun d’entre eux n’est oublié par lui.

Je poserai au planning familial les questions suivantes :

Si l’avortement est une question de droits de la femme, alors quels étaient mes droits ? Vous utilisez continuellement l’argument suivant : « Si le bébé est handicapé, nous devons interrompre la grossesse », comme si vous pouviez déterminer la qualité de la vie de quelqu’un. Ma vie a-t-elle moins de valeur à cause de ma paralysie cérébrale ?

Vous n’avez pas vu une chose, dans votre arrogance et votre cupidité : c’est souvent du plus faible d’entre nous que nous apprenons la sagesse, une chose qui fait cruellement défaut à nos nations aujourd’hui. C’est à la fois notre folie et notre honte qui nous aveuglent à la beauté de nos épreuves.

Le planning familial utilise la tromperie, la manipulation de la langue et des slogans, tels que « le droit de la femme de choisir », pour atteindre leurs objectifs monétaires.

Je vais illustrer la façon dont ils utilisent cette technique avec la citation suivante d’Adolf Hitler :

«La réceptivité des masses est très limitée, leur intelligence est petite, mais leur pouvoir de l’oubli est énorme. En conséquence de ces faits, toute propagande efficace doit être limitée à très peu de points et doit insister sur les slogans jusqu’à ce que le dernier membre de la population comprenne ce que vous voulez lui faire comprendre par votre slogan ».

Nous entendons souvent dire que si le planning familial devait perdre ses fonds, il y aurait une crise de la santé parmi les femmes car elles ne pourraient plus recevoir les services qu’on leur fournit. C’est totalement faux. Les centres de ressources concernant la grossesse sont localisés dans la nation entière comme simple option aux femmes qui doivent faire face à une crise. Tous leurs services sont gratuits et confidentiels et on peut les joindre par simple texto à leur ligne d’urgence (HOPELINE) le 313131. Il y a un accès aux examens vitaux pour les femmes, autre que le planning familial. Nous ne sommes pas une nation sans aucune autre option devant nous.

Le planning familial reçoit 500 millions de dollars chaque année de l’argent du contribuable, pour principalement détruire et démembrer des bébés. Ne me dites pas que ce ne sont pas encore des enfants. Un battement de cœur prouve que oui. Ainsi que les ultrasons. Moi aussi je le crois, ainsi que le fait qu’ils vendent des organes humains pour faire du bénéfice. Ne me dites pas que ce n’est qu’un problème qui ne regarde que la femme. Il faut bien un homme et une femme pour créer un enfant. Et maintenant, j’aimerais parler aux hommes qui m’écoutent : Vous êtes faits pour la grandeur. Vous êtes nés pour défendre les femmes et les enfants, non pas nous utiliser et nous abandonner, ni rester les bras croisés alors que vous savez que l’on nous blesse. Je vous demande d’être courageux.

Pour conclure, laissez-moi vous dire, je suis vivante par la seule puissance de Jésus-Christ, en qui je vis, je bouge et j’existe. Sans lui, je n’aurais rien ; avec lui, j’ai tout.

Source : Julie Roys

A découvrir également sur Info Chrétienne: C’est une certitude : les fœtus âgés de 20 semaines souffrent lors d’un avortement

La rédaction

La rédaction

Cet article vous est proposé par la rédaction d'Info Chrétienne. La rédaction d'Info Chrétienne est composée de bénévoles, de pigistes et de contributeurs occasionnels.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?