Info Chrétienne a besoin de vous

Chères lectrices et chers lecteurs, nous avons besoin de vous aujourd'hui.

Info Chrétienne est un service de presse 100% gratuit et sans publicité, notre survie dépend de votre soutien.

Cliquez maintenant ici pour faire un don maintenant pour soutenir Info Chrétienne.

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

Hier la PMA, aujourd’hui la PMA pour toutes, demain la GPA pour tous ?

« Au moment du PACS, on nous a dit, il n’y aura jamais de mariage. Au moment du mariage, on nous avait dit, il n’y aura jamais de PMA sans père. Et maintenant, on nous dit, il n’y aura jamais de GPA. Qui peut encore croire à ces sornettes ? Personne, et surtout pas nous. »

La Procréation Médicalement Assistée (PMA) concerne aujourd’hui les couples hétérosexuels dont l’un des deux conjoints, ou les deux, sont atteints de stérilité ou dont l’un des membres du couple est porteur d’une maladie grave, susceptible d’être transmise à l’enfant ou au conjoint. La stérilité est l’incapacité pour un être vivant de procréer, due à des troubles fonctionnels ou à des lésions organiques des organes génitaux. La stérilité est pathologique et à ce titre traitée par la médecine via la PMA, ou AMP. Avec la révision de la loi de bioéthique, actuellement en débat à l’Assemblée Nationale, la PMA serait proposée à toutes les femmes, c’est-à-dire aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

L’acte médical de la PMA remédie à l’infertilité des couples hétérosexuels, infertilité due au fait que l’un des deux ou les deux sont atteints de stérilité. Le terme « infertilité » a ensuite été utilisé indifféremment pour l’infertilité des couples hétérosexuels et toutes les autres formes d’infertilité, y compris l’infertilité des couples de femmes et des femmes seules. Or cette infertilité n’est pas forcément due à la stérilité du couple. Une femme seule est par nature infertile (la procréation naturelle nécessitant l’union d’une femme et d’un homme) bien qu’elle puisse ne pas être stérile. Il en va de même pour les couples de femmes, les couples d’hommes ou les couples hétérosexuels dont la femme est ménopausée. Ces couples sont de fait infertiles sans pour autant souffrir de stérilité.

Se dessine ainsi les fondements de l’argument égalitaire justifiant la révision de la loi de bioéthique, si l’on pallie l’infertilité des uns, pourquoi ne pas pallier celle des autres ? Ce raisonnement dont la base est tronquée se poursuit ainsi ; Si les couples hétérosexuels infertiles peuvent avoir accès à la PMA et non les couples de femmes infertiles, c’est que les couples de femmes sont discriminés en raison de leur orientation sexuelle.

Cela étant acté sur la base d’une modification des éléments du langage, il sera aisé d’utiliser le même levier pour faire admettre la GPA. Si les couples infertiles de femmes peuvent avoir accès à la procréation, il serait discriminant de ne pas ouvrir cet accès aux couples d’hommes. Les couples d’hommes ne disposant pas d’un utérus, sauf pour les transgenres, nés femmes et devenus hommes à l’état civil, il faudra recourir à d’autres utérus, à savoir utiliser (ou louer) l’utérus d’une autre femme (dans l’attente des utérus artificiels).

Dites non à la PMA pour toutes en signant la pétition « Non à la PMA sans père ».
Découvrir, signer et partager la pétition en cliquant ici.

Si, au nom de l’égalité, on permet à des couples de femmes ou des femmes seules d’avoir un enfant, via la PMA, comment pourrait-on le refuser à des couples d’hommes ou à des hommes seuls, via la GPA ? Car si le principe égalitaire vaut pour les femmes, il vaudra bien également pour les hommes, et la souffrance des hommes vaut bien celle des femmes.

Jean-Pier Delaume-Myard, porte-parole de La Manif Pour Tous, rappelle cet engrenage commencé au moment du PACS.

« Au moment du PACS, on nous a dit, il n’y aura jamais de mariage. Au moment du mariage, on nous avait dit, il n’y aura jamais de PMA sans père. Et maintenant, on nous dit, il n’y aura jamais de GPA. Qui peut encore croire à ces sornettes ? Personne, et surtout pas nous. »

Mais ce débat s’établit sur une fondation biaisée. Car, selon le Conseil d’État, l’encadrement actuel de la PMA « n’est pas contraire au principe d’égalité ». C’est ce qu’il écrivait dans son étude sur la révision de la loi de bioéthique de juin 2018.

« Les couples formés d’un homme et d’une femme sont, au regard de la procréation, dans une situation différente de celle des couples de personnes de même sexe […] La différence de traitement […] entre les couples formés d’un homme et d’une femme et les couples de personnes de même sexe est en lien direct avec l’objet de la loi qui l’établit et n’est, ainsi, pas contraire au principe d’égalité. »

La chose parait pourtant entendue et la question ne semble pas faire débat pour Jean-Louis Touraine. Rapporteur lors de la Mission d’information de la Conférence des présidents sur la révision de la loi relative à la bioéthique, en octobre 2018, il affirmait « cela déplaît à certains et plaît à d’autres. Qu’importe : cela existera. » Et d’ajouter naturellement que « la femme qui accouchera sera une couveuse et on ne pourra pas décréter que la couveuse est mère ».

« D’un côté, le parent est celui qui s’engage ; de l’autre, notre droit n’est pas en conformité avec les réalités d’aujourd’hui. Dès lors, il nous faut modifier le droit. Pour ce faire, il existe deux solutions. Soit on le change en le corrigeant à la marge, soit on décide de totalement le réécrire. Cela aura du sens dans un avenir plus ou moins proche, car si nous traitons des questions qui se posent aujourd’hui, d’autres se poseront dans le futur. Un jour adviendra l’utilisation de l’utérus artificiel. Cela déplaît à certains et plaît à d’autres. Qu’importe : cela existera. La ‘femme’ qui accouchera sera une couveuse et on ne pourra pas décréter que la couveuse est mère. Il faudra accepter de sortir de nos règles d’antan : nous y serons naturellement conduits. Peut-être le temps est-il venu de faire aboutir cette réflexion pour déterminer qui sont les parents, en nous détachant de la loi de la nature, c’est-à-dire la façon traditionnelle de procréer. »

La GPA aurait d’ailleurs déjà fait un pas en avant dans la législation française. Le 10 septembre, France TV Info révélait que le gouvernement souhaitait reconnaître dans les prochaines semaines la filiation des enfants nés de GPA à l’étranger.

Aidez-nous à faire connaître la réalité et les enjeux de la loi sur la PMA pour toutes !
Faites un don pour soutenir Info Chrétienne en cliquant ici.

M.C.

Découvrez ci-dessous d’autres raisons de dire non à la PMA sans père :

12 000 êtres humains congelés au stade d’embryon seront détruits lors du passage de la loi sur la PMA pour toutes

François-Xavier Bellamy : Le choix de la PMA pour toutes « sera notre malédiction »

Pourquoi 2 000 médecins ont-ils signé un manifeste contre la PMA pour toutes ?

PMA pour toutes : les couples stériles seront les grands perdants de la nouvelle loi

Apologie de la GPA sur Sept à Huit en plein débat sur la PMA pour toutes

Comme Martin Luther King, Mgr d’Ornellas dévoile son « rêve » pour la société

PMA sans père et business de la procréation : La France devra acheter son sperme à l’étranger

Révision des lois de bioéthique : Quelle est la position de la Conférence des Évêques de France ?

« PMA sans père : attention danger ! », Jean-Frédéric Poisson appelle à manifester le 6 octobre

PMA pour toutes / TF1 s’interroge : Entre anonymat des donneurs et quête d’identité des enfants issus de dons

PMA pour toutes : Des pédopsychiatres dénoncent des études « conduites avec un objectif militant »

Débat : quatre raisons de s’opposer à la PMA pour toutes

Parce qu’un enfant a des droits mais qu’on n’a pas droit à un enfant, non à la PMA pour toutes

PMA sans père : la boîte de Pandore de l’eugénisme et de la marchandisation du corps

Un avis retentissant qui change radicalement la donne sur la PMA sans père

Papa (P)ride : « Nous sommes tous des pères scandalisés par le projet de loi sur la PMA »

Jean-Pier : « Non, être homosexuel ne nous donne pas des droits supérieurs, et surtout pas le droit à l’enfant »

7 raisons de manifester le 6 octobre contre la PMA pour toutes selon le philosophe Charles-Éric de Saint Germain

12 hauts fonctionnaires et universitaires appellent au retrait du projet de loi de bioéthique

Pour l’Académie de Médecine, « la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure »

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.