Iran : Un chrétien, atteint de la maladie de Parkinson, et son épouse condamnés à une peine de prison

Un couple de chrétiens iraniens a été condamné à une peine de prison accusés d’appartenir à une « association illégale » parce qu’ils faisaient partie d’une église de maison. 

Homayoun Zhaveh âgé de 62 ans et son épouse Sara Ahmadi 42 ans ont reçu une convocation vendredi dernier les sommant de se présenter à la prison d’Evin à Téhéran dans les prochains jours pour débuter leur peine de prison. Leur avocat demande un autre procès.

Le couple a été arrêté par des agents du ministère iranien du renseignement en juin 2019 alors qu’ils étaient en vacances avec plusieurs autres familles chrétiennes dans la ville d’Amol, près de la mer Caspienne rapporte Article 18. À la suite de cette arrestation, ils ont été détenus et interrogés.

Homayoun Zhaveh a été libéré un mois plus tard alors que Sara Ahmadi a passé 67 jours au total, dont 33 jours en isolement dans le quartier 209 du ministère du renseignement pendant lesquels elle a été soumise à une torture psychologique extrême.

L’homme a été condamné à deux ans de prison tandis que son épouse, également accusée de faire parti des dirigeants de l’église, a été condamnée à 11 ans d’emprisonnement. Ils ont été interdits de voyage à l’étranger ou d’appartenance à un groupe social ou politique pendant deux ans après leur libération, et ont été condamné à six mois de travaux d’intérêt général dans un centre pour handicapés mentaux.

En décembre leurs demandes en appel ont été rejetées, bien que la peine de Sara Ahmadi ait été réduite à huit ans. Dimanche 14 mars, ils ont été informés que leur dossier a été transmis à l’organe gouvernemental chargé de l’exécution des jugements, qui peut  les convoquer à tout moment.

Pour Mansour Borij d’Article 18, organisation dédiée à la protection et à la promotion de la liberté religieuse en Iran et qui prend la défense des chrétiens persécutés, la décision du tribunal de prononcer une telle peine de prison pour un homme de l’âge et de la condition de Homayoun Zhaveh qui est atteint de la maladie de Parkinson, uniquement pour son appartenance à une église de maison, serait « choquante » si ce n’était pas quelque chose d’aussi récurant en Iran.

« L’Iran a des antécédents de persécution systématique des chrétiens de langue persane, quels que soient leur âge, leur état de santé ou toute autre considération raisonnable. »

Lors de l’audience en appel de décembre dernier, l’avocat du couple de chrétiens a mis en exergue le fait que la loi n’est « pas claire » pour définir ce qui peut être interprété comme une « organisation illégale » puisque c’est ce qui est reproché à ses clients dans le contexte d’un groupe de chrétiens.

« Mes clients ont toujours insisté sur le fait qu’ils ne se sont livrés à aucune action contre la sécurité nationale et qu’ils ne nourrissent aucune animosité ou hostilité envers le gouvernement. »

En outre, l’avocat affirme que « la condition de santé d’Homayoun » ne lui permettrait pas de « prendre part à une quelconque anti- actions de sécurité, même s’il le souhaitait ».

Mansour Borji appelle l’Iran à « revenir immédiatement sur sa décision » et à « cesser de persécuter les chrétiens convertis comme Homayoun et Sara pour la pratique pacifique de leur foi. »

Les chrétiens sont régulièrement victimes de persécutions de la part du gouvernement en Iran comme l’atteste le cas d’Ebrahim Firouzi, chrétien accusé à tort de propagande contre l’État qui été emprisonné à plusieurs reprises et poussé à l’exil.

Le 9 mars dernier, c’est Julian Braithwaite, ambassadeur britannique auprès de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) qui s’est exprimé dans le cadre d’une session ordinaire du Conseil des droits de l’homme pour dénoncer, entre autres, les persécutions dont sont victimes les chrétiens en Iran.

C.P

Crédit image : vanchai tan / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.