« Je leur ai dit que Jésus guérit » : En Inde, une médecin chrétienne fait face à des accusations criminelles

En Inde, le docteur Sandhya Tiwari qui travaille dans le Madhya Pradesh a été suspendue et fait face à des accusations criminelles. Elle est accusée d’avoir persuadé certains de ses patients de se convertir au christianisme.

Dans le cadre du programme « Kill Corona », le docteur Sandhya Tiwari qui travaille dans l’État du Madhya Pradesh, dans le centre de l’Inde, proposait à ses patients, infectés par le Covid-19, de prier pour leur guérison rapporte International Christian Concern.

Un homme de la région a été offensé par le geste du médecin et a déposé une plainte contre elle. La police a confisqué son téléphone portable ainsi que plusieurs ouvrages chrétiens et la professionnelle de santé a été suspendue.

Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on peut entendre la jeune femme qui tente de se défendre, tandis qu’un homme l’apostrophe violemment.

« Qu’y a-t-il de mal à leur dire que Dieu guérit ? Je n’ai dit à personne de se convertir ni forcé personne à prier Jésus, je suis chrétienne, je leur ai dit que Jésus guérit. »

En Inde, les minorités religieuses, dont les chrétiens, sont régulièrement victimes de persécutions. L’abus des lois anti-conversion est répandu dans le pays pour les intimider et les accuser à tort de conversions forcées pour justifier les agressions à leur égard.

La loi anti-conversion du Madhya Pradesh connue sous le nom de « Madhya Pradesh Freedom of Religion Act, 2021 » a été promulguée en janvier dernier et est considérée comme la loi anti-conversion la plus stricte d’Inde. Depuis sa mise en place, les incidents d’attaques religieuses ont augmenté dans l’État et la police ne fait pas grand chose pour protéger les minorités.

Une source chrétienne locale qui a tenue à garder son anonymat s’est entretenue à ce sujet avec International Christian Concern. Elle déplore le manque de liberté religieuse dans son État et dénonce l’utilisation de la loi anti-conversion :

« C’est l’état de la liberté religieuse dans notre État, nous pouvons être en danger pour une conversation que nous pourrions avoir avec des personnes d’une autre confession, dans la plupart des cas les faits sont transformés pour s’adapter à un plan et, malheureusement, utiliser l’État est pratique pour faire des minorités, des victimes. »

« Si la situation est telle pour un professionnel de santé, la condition d’un chrétien lambda pourrait être bien pire. » a-t-elle conclut.

Camille Westphal Perrier

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.