Jessica Dorsey nous raconte son combat face à la comparaison

Jessica Dorsey, artiste Gospel reconnue dans le monde francophone, se mobilise pour libérer les femmes du piège de la comparaison et de la crainte du regard des autres, au travers d’une campagne de sensibilisation menée par je-me-compare.

Si tu as l’impression que les autres sont forcément meilleurs que toi, et qu’il est vain de chercher à poursuivre tes rêves. Si tu te rends compte que l’opinion des autres sur toi est tellement importante que tu ne sais pas comment t’en détacher. Tu es loin d’être seule ! Jessica Dorsey raconte dans cette interview son combat personnel face au fléau de la comparaison. Elle est désormais une source d’encouragement pour celles qui ont également besoin de s’affranchir du regard des autres.

banniere - mobilise - article

Comment décrirais-tu le fléau de la comparaison dans le monde artistique dans lequel tu évolues ?

La comparaison ne sévit pas uniquement dans le milieu artistique, j’ai été confronté à ce phénomène en premier lieu dans ma vie privée. Nous pouvons être encadrés par les meilleurs, avoir une équipe réactive et concentrée sur nos divers projets, mais quand le doute germe dans notre esprit, toutes les certitudes que nous avions s’envolent. Pourquoi je parle de doute me diras-tu? Simplement à cause de notre manque de confiance en soi.

Nous avons souvent tendance à vouloir l’avis et l’approbation des autres, ceux de nos proches, de nos followers et des professionnels, justement à cause de ce manque de confiance en soi et en ses propres capacités. Avoir leur bénédiction, permet de nous donner raison même dans le doute. Mais ceci peut facilement nous induire en erreur.

Alors que tout le monde peut avoir un avis sur tout, cela ne veut pas dire qu’ils ont forcément raison !

Quand on prend le temps d’analyser les remarques qui nous sont faites, nous retrouvons toujours ces petits commentaires qui sèment le doute dans notre esprit. Ce qui veut dire que le regard des autres nous pousserait à nous identifier à l’image qu’ils ont de nous, nous détournant de notre véritable image, comme :

  • « Ta voix me fait penser à Mary Mary »
  • « Tu devrais ressembler davantage à Cece Winans et être un porte parole comme Maggie Blanchard »
  • « Fais attention à ce que l’on ne fasse pas de toi une autre Jessica Dorsey »
  • « Tu as vu le nouveau clip de Tendry franchement je ne suis pas fan, je préfère celui d’Andy Mineo. »

Il en suffit de peu pour tomber dans la comparaison et ses conséquences peuvent être dangereuses et désastreuses, peu importe notre force spirituelle.

Dirais-tu que tu souffres encore aujourd’hui de la comparaison dans ta vie personnelle et professionnelle ?

En effet, je suis encore victime de comparaison, mais aujourd’hui je sais faire la part des choses.

Être un artiste gospel n’est pas chose évidente, encore moins lorsqu’on est une femme. Il faut faire attention à tout et à tous. La façon dont on s’habille, se coiffe, se présente, s’exprime…

S’entendre dire des remarques du genre :

  • « Femme, tais-toi »
  • « Cette fille est une Jézabel » [Femme de la Bible qui a une mauvaise influence sur les autres]
  • « Elle montre sa volupté »
  • « Je n’aime pas sa musique elle ne vient pas de Dieu »

Ou trouver des vidéos en ligne trafiquées pour nuire à ton image et déformer tes propos. Tout ça a éveillé des interrogations très sérieuses en moi au point d’envisager de stopper toute activité ou de chercher à se rapprocher de l’image que les autres voulaient que j’ai.

Dieu, merci, tu m’as donné certaines facultés et un caractère bien trempé qui me permettent aujourd’hui de prendre du recul et de réfléchir.

À part les remarques constructives et utiles, je tente de ne plus m’attarder sur les commentaires des «râgeux» qui seraient en réalité des «fans malgré eux», comme me l’avait souligné un ami cher. Je ne cesserais jamais de le répéter :

Dieu a créé la diversité. Si nous pensions tous pareil, avions les mêmes goûts, les mêmes vêtements et agissions tous de la même façon, la vie serait un cauchemar!

Être chrétien nous permet de découvrir comment Dieu nous voit. Mais souvent, l’accepter est plus facile à dire que de le vivre au quotidien. Comment fais-tu Jessica ?

Je peux affirmer sans aucune hésitation qu’apprendre à connaître Dieu est la plus belle expérience que je vis au quotidien. Avec Lui, j’ai de l’assurance, je sais que j’ai de la valeur, qu’il a fait de moi une merveilleuse créature et que je suis aimée malgré tout.

Avec Dieu, je suis toujours en apprentissage de cette aventure sinueuse car je dois admettre que j’ai tendance à vouloir faire les choses comme je l’entends. Après avoir essuyé plusieurs échecs autour de certains projets alors que je pensais pouvoir y arriver, ces épreuves m’ont fait prendre conscience de mes limites, de mon appréciation subjective de mon caractère qui pouvait blesser les autres et que les autres pouvaient, eux aussi, me blesser, malgré mon assurance.

Je me souviendrais toujours de ce samedi matin où mon pasteur disait :

Si tu veux réellement savoir qui tu es, demande à Dieu de te mettre devant ton miroir.

À quoi bon ? De toute façon, je suis une mauvaise personne, je fais tout de travers et mon caractère n’est pas réceptif à la communication – selon mes amis de l’époque. Seulement, j’ignorais à ce moment-là que ce caractère, qui semblait me poser problème, était l’une de mes meilleurs armes contre la comparaison !

J’ai eu le déclic de mon identité en Dieu, différente de celle je me faisais, quand j’ai réalisé que certains de mes défauts pouvaient devenir mes plus grandes forces : je suis devenue plus combattive, plus réfléchie, plus exigeante et surtout, je me suis acceptée telle que je suis.

Je n’ai pas à baisser mes standards pour plaire aux autres. Mon objectif est de plaire à Dieu, le reste n’est que vanité.

Tu es une personnalité et par là, d’autres pourraient facilement s’identifier à toi. Quels sont les conseils que tu peux leur donner pour découvrir leur propre identité et se détacher de ton image ?

Dieu nous a créé différents et uniques. Il nous a créé à son image.

Alors voici mes conseils pour toutes les lectrices :

  • Ne recherche pas ailleurs ce que Dieu a déjà mis en toi mais que tu ne vois pas encore.
  • Sers Dieu de tout ton coeur
  • Connais tes qualités & tes défauts, tes forces & tes faiblesses.
  • Assume tes convictions et fais des choix
  • Ne te compare pas aux autres, tu ne sais pas ce qu’ils ont vécu pour être là où ils en sont aujourd’hui.
  • Priorise tes fréquentations
  • Des remarques et critiques qu’on te fait, prends l’enseignement et rejette ce qui déshonore Dieu et ta personne.
  • Ne vis pas ta vie par procuration.
  • Sois toi-même

On ne peut pas plaire à tout le monde ! Est-ce que cela t’empêchera de vivre pour autant ?

J’ai une bonne nouvelle pour toi : absolument pas!

On le sait, ce fléau sévit au quotidien et on a besoin de mener le combat au jour le jour. Que fais-tu concrètement pour ne pas tomber dans la comparaison ?

  • Je prends du temps avec Dieu pour entraîner mon esprit à voir ce qu’Il voit en moi
  • J’occupe mon esprit à autre chose, à la création des nouvelles mélodies
  • Je rentre dans ma bulle pour garder mon objectivité et cultiver ma positive attitude.
  • Et si je n’ai rien à dire d’encourageant à mon voisin, je me tais.

Merci Jessica Dorsey de t’être mobilisée pour libérer les femmes de la comparaison qui sévit énormément aujourd’hui.

Tu veux apprendre à te détacher du regard des autres pour devenir pleinement toi et retrouver confiance en toi ? Inscris-toi gratuitement à la campagne 10 pensées pour vaincre la comparaison et partage cette information aux femmes autour de toi pour que le plus de monde puisse être libéré de ce fléau :

16-01-2017 twitter

Dieu ne t’oublie pas, tu es importante à Ses yeux toi aussi !

La rédaction

Interview transmise par Bastien Cuenot

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.