Jésus, notre « lumière qui brille dans les ténébres »

Dans les premiers mots de son évangile, Jean proclame que Dieu et la Parole ne font qu’un. Tout comme Dieu et Jésus ne font qu’un. Jésus, le chemin, la vérité et la lumière. Jésus, l’incompris. Jésus, le vainqueur.

Alors que nous cherchons à célébrer le Christ en ces jours d’hiver, il est utile de considérer trois aspects réconfortants d’une des caractéristiques de Jésus, notre lumière qui brille à travers les ténèbres.

La lumière de Jésus est pure

Pur. Le mot lui-même peut rendre certains d’entre nous un peu mal à l’aise. En tant qu’adultes, nous sommes douloureusement conscients de notre propre manque de pureté. Mais la pureté personnifiée en Christ nous rappelle que c’est une grande qualité, attrayante et nécessaire dans notre monde maudit par le péché.
En cette saison de l’année, quelle meilleure façon de symboliser la pureté du Christ que par un nouveau-né ?
Tout le monde aime les bébés. Nous sommes attirés par eux. Notre monde entier devient un peu plus lumineux en leur présence. Nous savons tous pourquoi. C’est leur pureté qui nous attire vers eux, qui nous donne envie de nous prélasser dans une bonté à laquelle nos cœurs fatigués du monde ne peuvent qu’aspirer.
Au tout premier Noël, une pureté plus brillante que tous nos bébés réunis est venue au monde. La justice dont nos cœurs ont faim et soif chaque jour (Matthieu 5: 6).
Un homme qui n’avait pas besoin de filtre lorsqu’il parlait. Dont chaque mot pouvait être invoqué. Dont chaque parole était la Parole éclairant notre ignorance et notre péché.

Un homme qui a donné l’exemple parfait. Qui a fait briller sa pureté dans nos vies afin que nous puissions vivre dans sa lumière pour l’éternité.

La lumière de Jésus guérit

Guérison. C’est quelque chose que nous souhaitons tous, et pas seulement en cette année de pandémie.
Plus encore que la sagesse de ses enseignements, l’une des premières choses qui nous vient à l’esprit lorsque nous pensons au ministère de Jésus était son pouvoir surnaturel de guérison.
Un simple contact, ou, dans le cas du serviteur d’un centurion, prononcer simplement les mots, apporta une guérison miraculeuse et transformatrice aux corps souffrants.
Pour Lazare de Béthanie et la fille d’un chef de temple, il a même apporté la résurrection d’entre les morts.
Mais le pouvoir de guérison de Jésus s’étend bien au-delà des limites de nos cadres mortels. À bien des égards, le verset le plus populaire de toute la Bible parle de Jésus guérissant un monde perdu et brisé. « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle.  » (Jean 3:16)

À bien des égards, c’est un verset sur le pouvoir salvateur de l’amour – la plus grande force de guérison au monde. Si nous réfléchissons à nos propres chemins de foi et à ceux de nos compagnons chrétiens, quiconque a personnellement expérimenté l’amour du Christ, que ce soit une expérience de salut ou une autre rencontre, n’est pas parti de la même manière qu’il est entré. Nous avons été transformés. Aimé. Guéri.
Qu’il s’agisse de l’obscurité d’une maladie physique ou du poids d’une vie en proie au péché et à la lutte, la lumière de l’amour de Jésus sera toujours assez forte pour vaincre les ténèbres auxquelles nous sommes confrontés – et nous sauver pour toujours

La lumière de Jésus donne la vie

Jésus est Dieu incarné et Dieu est celui qui donne la vie. Les premières paroles de Dieu dans la Bible ont apporté à la fois la lumière et la vie. Dans le livre de la Genèse, le monde était un vide sombre et sans forme, jusqu’au premier acte créateur de Dieu qui a commencé par les mots « Que la lumière soit » (Genèse 1: 3).
Selon Jean, la lumière de Jésus a également apporté une puissance vivifiante. « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes » (Jean 1: 4).

Parfois, même les croyants se sentent perdus dans les ténèbres. Cela fait des milliers d’années que Jésus a marché parmi nous, et il peut être difficile de tâtonner sans une présence physique pour nous guider. Pourtant, sa puissance vivifiante peut encore éclairer notre chemin même lorsque nous ne savons pas vers qui nous tourner, une confusion que Thomas a exprimée lors de la dernière Cène lorsque Jésus a annoncé que son départ était proche.
« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas et comment pouvons-nous en connaître le chemin? » (Jean 14: 5.)
La réponse de Jésus a dit une vérité qui nous guide encore aujourd’hui. « Je suis le chemin, la vérité et la vie. »
Suivre Jésus dirigera toujours notre chemin vers la vraie source de lumière dans les ténèbres.
Suivre Jésus nous portera également dans l’horizon beaucoup plus lumineux d’un nouveau lendemain. Avant de ramener son frère à la vie dans la ville de Béthanie, Jésus a rappelé à Marthe en pleurs: « Je suis la résurrection et la vie » (Jean 11:25). C’était une promesse d’espoir au-delà de la tombe. La même promesse qu’il a plus tard adressée à Thomas et au reste de ses disciples.
« Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures… Je vais te préparer une place » (Jean 14: 2). La lumière de Jésus ne vaincra pas seulement les ténèbres de ce monde actuel, mais nous amènera dans la luminosité d’un monde parfait.

Même après la mort de nos propres vies. Même après la mort du monde tel que nous le connaissons.

Alors que nous regardons les luttes de l’année vers une saison de Noël de lumière et d’espoir, nous pouvons vraiment célébrer notre Dieu qui brille à travers les jours sombres d’une pandémie et l’âge sombre du péché. Bien que les pressions puissent s’accumuler à cette période de l’année, rappelons-nous que notre victoire a déjà été remportée et que nos ténèbres sont surmontées.

Par Jésus, notre lumière invincible de pureté, de guérison et de vie.

Kristi Cain

Article traduit de l’anglais à partir du site Crosswalk

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.