Jésus, une simplicité exemplaire

Notre course effrénée à l’activisme et aux possessions dénote-t-elle un vide intérieur que nous cherchons à combler ? Décryptage à la lumière de l’enseignement et de la vie de Jésus.

Les minimalistes prétendent que nous cherchons souvent à combler un vide intérieur par des possessions. Pourtant, celui-ci n’est jamais satisfait, peu importe la quantité de choses dont nous disposons. Nous voulons toujours plus, mais en réalité, ce que nous recherchons foncièrement est d’ordre spirituel. En un mot, Dieu lui-même.

Jésus, par son enseignement et son exemple, nous a fourni les outils nécessaires pour répondre à notre besoin profond. Son principal objectif de vie lui faisait placer tout autre projet au second plan. Il a proclamé qu’il était venu pour faire la volonté de son Père, soit prêcher la bonne nouvelle du salut et faire de bonnes œuvres.

Un trésor sur terre ?

Le Christ n’a pas prêché un Evangile de prospérité. Sans éprouver de mépris pour les personnes riches, il s’identifiait avec les pauvres. D’ailleurs, une grande partie de ce qu’on appelle « le sermon sur la montagne » parle de ceux-ci (Matt. 5-7). Jésus fournit de très bonnes raisons pour ne pas amasser des richesses. Tout d’abord, aucun lieu sur terre ne permet de garder indéfiniment un trésor. Le vol, la rouille, l’usure, l’inflation, ne sont que quelques-uns des dangers qui le menacent. Le ciel, par contre, offre la sécurité aux investissements à long terme.

Ensuite, Jésus nous avertit que notre trésor prendra possession de notre vie. Toutes les choses dans lesquelles nous mettons notre confiance, auxquelles nous tenons, finissent par nous tenir. Elles deviennent encombrantes et nous empêchent de vivre dans la liberté et la puissance que nous désirons. Et enfin, tout comme Dieu pourvoit aux besoins des plantes et des animaux, il pourvoira à nos besoins. Cette assurance nous enlève toute anxiété pour le lendemain. Nous pouvons travailler et recevoir notre salaire comme un don de Dieu. Nous sommes libérées du fardeau d’amasser des possessions par notre travail.

De bons conseils de vie

Jean-Baptiste, le cousin de Jésus, était certainement l’un des hommes les plus simples qui ait jamais vécu. Dénué de tout confort, il vivait dans le désert et se nourrissait de ce qu’il trouvait dans la nature. Il avait une expérience pratique du renoncement dans le service pour Dieu. Son message était d’une simplicité déroutante :

« Que celui qui a deux habits partage avec celui qui n’en a pas, et de même pour la nourriture. »

À ceux qui venaient lui demander comment ils devaient vivre, il conseillait de ne pas commettre d’extorsion ni de fraude et de se contenter de leur salaire. Une philosophie de vie, sans artifice, pour le bien-être de chacun.

Notre société de consommation nous encourage à amasser toujours plus de choses. Il peut s’agir de possessions matérielles ou de notre position dans une entreprise. Dans un tel contexte, notre perspective peut être faussée, au point où nous aimons nos possessions et utilisons les personnes pour atteindre ce que nous voulons.

Et si nous nagions à contre-courant pour inverser cette tendance ? Efforçons-nous d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, et de donner aux choses leur juste place, pour les employer à bon escient. Ainsi nous découvrirons cette simplicité de vie que Dieu veut pour nous.

Geneviève Radloff

Cet article est publié en collaboration avec SpirituElles, le magazine qui rassemble les femmes chrétiennes de la francophonie.

Découvrez les autres articles du dossier « Vers une vie plus simple. » :

Dossier : Vers une vie plus simple

La simplicité : Une grâce et une discipline ?

Simplicité, mes stratégies au quotidien

La simplicité, un cadeau du Seigneur

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.