La Conférence des évêques de France dépose une action en justice contre la limite des 30 personnes dans les lieux de culte

 La Conférence des évêques de France a déposé ce vendredi 27 novembre un référé-liberté devant le Conseil d’État pour contester la limite des 30 personnes autorisées à assister aux cultes confirmée hier matin par le Premier ministre.

Alors que la France est sur le point de se déconfiner petit à petit dès ce weekend, le Premier ministre Jean Castex a confirmé jeudi que les cultes publiques seraient soumis à une limite de 30 personnes comme l’avait annoncé Emmanuel Macron la veille.

Une mesure qui suscite l’incompréhension de beaucoup de chrétiens qui pensaient voir la jauge des trente personnes réévaluée, comme l’avait annoncé la Conférence des évêques de France (CEF) dans un communiqué de presse, à la suite de l’allocution du président de la République.

Face à ce maintien, la CEF a annoncé dans un nouveau communiqué avoir déposé ce vendredi 27 novembre un référé-liberté devant le Conseil d’État pour contester la limitation des 30 personnes. Les évêques estiment « qu’ils ont le devoir de veiller à la liberté de culte dans notre pays ».

La Conférence explique la décision des évêques de mener une action en justice en se référant aux « réactions nombreuses reçues de fidèles, y compris d’autres religions », des réactions qui les « poussent à demander que le droit soit dit ».

Le communiqué annonce également un rendez-vous prévu ce dimanche 29 novembre avec le Premier ministre, Jean Castex et des membres de l’épiscopat, à savoir le Président de la CEF, Eric de Moulins-beaufort, les vice-présidents Dominique Blanchet et Olivier Leborgne, ainsi que le Secrétaire général de la CEF, le Père Hugues de Woillemont et deux autres évêques. Les participants à cette réunion, « espèrent que ce rendez-vous sera enfin un vrai moment de concertation ».

La CEF ajoute que dans l’attente « de l’aboutissement de ces deux démarches, les règles fixées par le Premier ministre sont en vigueur  » en précisant être « tous conscients des grandes difficultés dans lesquelles ces décisions gouvernementales placent les fidèles ».

Les évêques de France ont tout de même souhaité rappeler, au coeur de cette bataille juridique « que la messe ne peut devenir un lieu de combat et de revendication mais rester un lieu de paix et de communion ». Ils encouragent enfin les chrétiens à se « tourner paisiblement vers le Christ qui vient » en ce premier dimanche de l’Avent.

C.P

Crédit image : Dennis van de Water / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.