La guerre du Tigré racontée par une religieuse de Shire

« Bien que la situation ne nous garantisse rien, nous sommes heureux d’être en vie, non pas au jour le jour, mais à chaque instant. Et nous remercions Dieu chaque jour parce que même aujourd’hui et jusqu’à aujourd’hui… nous sommes vivants. »

Monica Neamţu est une religieuse, une sœur de la charité, impliquée depuis 3 ans dans une communauté de Shire, en Éthiopie, dans la région du Tigré qui se rappelle du temps où « la paix régnait » et où « rien n’indiquait ‘la tempête de la guerre' ».

Pour l’Agence Fides, elle revient sur la nuit du 3 novembre 2020 et sur cette période d’angoisse partagée par les religieuses et les civils en plein cœur du conflit au Tigré.

« Nous nous sommes retrouvés sans électricité et sans téléphone, le lendemain matin, nous avons entendu la nouvelle : ‘Guerre civile’. Je suis née en temps de paix, donc je ne savais pas à quoi m’attendre. Toute la région du Tigré est bloquée, après la lumière et le téléphone nous avons découvert que même les banques étaient fermées. Tout est arrêté et nous aussi. »

La religieuse évoque alors l’arrivée à Shire « de nombreuses personnes déplacées », puis la confusion.

« Ils dormaient sur la route, sous les arbres. Les habitants de la ville se sont immédiatement mis en quatre pour collecter de la nourriture pour leur venir en aide. »

Elle évoque ensuite les premiers bombardements.

« Puis, le 16 novembre, les bruits des bombardements commencèrent à se faire entendre, signe que la guerre approchait de Shire; les gens qui remplissaient les rues ont commencé à diminuer. Le 1, dans le silence du matin, nous avons entendu les bombes passer au-dessus de notre maison. Où vont-ils tomber ? Où aller ? Puis le silence. Un garde est venu et nous a invités à courir pour sauver nos vies. Tous les habitants de la ville se sont mis à l’abri dans l’espoir d’être sauvés. Mais nous… où aller ? Pourrait-on trouver un endroit sûr dans cette situation ? Puis à nouveau le silence, un silence de mort, et vous attendez, quoi ? Dieu seul sait. »

Après les bombes, la “longue file de chars et le départ des civils. Et la situation, qui reste « difficile ».

« Être là dans cette situation était difficile et continue de l’être. Il n’est pas facile de voir, ni plutôt de participer à cette terrible histoire dans laquelle, au nom de la justice, un homme lève la main contre un autre qui est son frère. »

Désormais, Monica Neamţu s’estime heureuse de vivre « chaque instant ».

« Bien que la situation ne nous garantisse rien, nous sommes heureux d’être en vie, non pas au jour le jour, mais à chaque instant. Et nous remercions Dieu chaque jour parce que même aujourd’hui et jusqu’à aujourd’hui… nous sommes vivants. »

M.C.

Crédit image : RudiErnst / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.