La liberté d’expression sera-t-elle bientôt un « pieux » souvenir pour les chrétiens français ??

« Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les États de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations. »

Article 10 Alinéa 1 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme

Selon cet article, il est clairement énoncé que : Toute personne a droit à la liberté d’expression.

La liberté d’opinion : c’est la liberté de penser, mais tant qu’elle n’est pas exprimée, comment savoir ce que pense celui ou celle que je côtoie ?

Liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées : C’est bien la liberté d’exprimer ses opinions et de recevoir celles des autres. Sont concernés tous les parents, les enseignants, les pasteurs, les leaders politiques et au final tout un chacun qui échange par écrit, par oral, avec un individu ou un groupe d’individus.

Sans ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière : Les autorités publiques ne sont donc pas autorisées à juger de la liberté d’expression.

Le présent article n’empêche pas les États de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations. » Ce point concerne l’audiovisuel.

« Toute personne a droit à la liberté d’expression »

« L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire. »

Article 10 Alinea 2 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme

Ce deuxième point concerne en particulier les professionnels soumis au secret professionnel, secret médical…,  mais aussi chacun au sujet de « la protection de la réputation ou des droits d’autrui ».

Maintenant que cette base solide est posée, qu’en est-il au sujet des chrétiens en France ?

Nous avons la liberté de penser. C’est un bon point,
mais même les prisonniers que l’on fait taire l’ont,
donc ce n’est pas suffisant.

Quant à la liberté d’expression c’est beaucoup moins net.

Quelques exemples récents pris dans l’actualité :

  • Le 30 octobre dernier Christine Boutin, ancienne présidente du Parti Chrétien Démocrate, est passée en jugement pour avoir critiqué l’homosexualité. Le verdict est pour le 18 décembre.

Chef d’accusation : «pour incitation et provocation à la haine et à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle».

Qu’a t-elle fait exactement ?

Elle a dit que «l’homosexualité est une abomination». Est-ce une opinion personnelle peu nuancée ?

Non, elle ne faisait que citer la bible (Lévitique chapitre 18, verset 25), à savoir un texte qui est en libre circulation depuis plusieurs millénaires, du moins dans les pays dits démocratiques comme le nôtre. Un verset biblique est donc par définition une citation littéraire.

Va-t-on au tribunal en France,
et peut-on être condamné juste pour une citation littéraire ??

  • Le 2 novembre dernier, deux chrétiens ont été condamnés pour avoir distribué un tract comportant le témoignage d’un jeune qui se disait délivré de l’homosexualité.

Chef d’accusation : « provocation à la discrimination à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation ou identité sexuelle »

A noter : Ils ont été relaxés de « l’incitation à la haine et à la violence en raison de l’orientation ou identité sexuelle »

Nous n’aurions donc plus le droit de communiquer sur nos convictions ?

 

Maintenant qu’en est-il de notre liberté d’expression religieuse ?

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.»

Article 9 Alinea 1 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion »

Donc le fait de citer la bible et de partager le témoignage d’un chrétien n’est d’aucune façon illégal.

« La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui »

Article 9 Alinea 2 de la Convention européenne des droits de l’homme.

Les trois prévenus n’ont en aucun cas contrevenu au deuxième point de cet article. Ils n’ont pas troublé l’ordre public et n’ont agressé personne.

  • Le 29 octobre, un proche de la « Manif pour tous » a été conduit au poste pour « un contrôle d’identité préventif », pendant le passage du cortège présidentiel à Vandœuvre-les-Nancy.

Comme cet homme est un opposant connu au « Mariage pour tous » il a été considéré comme un perturbateur potentiel et évacué préventivement du parcours présidentiel par une dizaine de policiers, d’où son cri de révolte « Hollande dictature ! » « C’est mon interpellation qui a motivé ce cri », souligne t-il. Pour la police, voilà bien la preuve qu’il « était animé d’une intention de nuire ».

A votre réflexion :

Les trois chrétiens jugés ou en cours de jugement le sont pour des faits autorisés dans l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Y aurait-il une exception française à l’application de cette convention ?

Mais dans le même temps deux d’entre eux sont ouvertement accusés par leurs détracteurs d’être des intégristes fous et très dangereux, au même titre que des terroristes reconnus !!!

Et pour finir ce professeur chrétien a juste été interpelé par dix policiers, emmené au poste, fouillé et mis en cellule « préventivement ». Serait-ce du à une mauvaise compréhension de ces deux articles ?

Trouvez LES erreurs …

Sommes-nous là en présence de liberté d’expression
ou bien de diffamation et d’abus de pouvoir ?

Notre démocratie serait-elle en dérive ou en danger ?
Je me demande …

Elisabeth Dugas

Articles associés :

Délibéré du procès des deux chrétiens accusés pour avoir partagé le témoignage d’un ex homosexuel

Deux chrétiens au tribunal pour avoir partagé le témoignage d’un ex homosexuel

Sources :

Christine Boutin devant les tribunaux pour avoir critiqué l’homosexualité

Quand la police évite à Hollande de croiser un «perturbateur»

Découvrez également: Une loi anti-conversion menace la liberté religieuse au Népal

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?