La moitié des chrétiens de 20-30 ans estiment qu’évangéliser est une erreur

La génération Y est la génération née entre 1980 et 2000. Comme leurs aînés de la génération X ou des baby-boomers, cette population fait l’objet de nombreuses études sociologiques.

Ils n’ont pas connu la guerre froide, mais n’ont pas connu le monde sans SIDA. On les appelle les « Digital Natives », car ils étaient très jeunes lors de l’introduction massive de l’informatique grand public, et ont acquis une maîtrise intuitive des outils numériques. Ils sont versés dans l’écologie, et le jeu vidéo est pour eux un divertissement banal.

Les études par générations sont souvent controversées. On décrit parfois la génération Y comme un challenge pour les managers et employeurs, engagée mais paresseuse et versatile. Peut-on vraiment schématiser les comportements et caractéristiques de toute une génération ? Toujours est-il qu’une nouvelle enquête Barna commanditée aux États-Unis par les créateurs du Cours Alpha, met en lumière une particularité nouvelle et intéressante.

47% des chrétiens de cette tranche d’âge interrogés lors de cette enquête, estiment que « c’est une erreur de partager sa foi ou ses croyances avec une personne ayant une foi différente, en espérant qu’elle partagera un jour la même foi ».

Et le plus surprenant est que presque tous les chrétiens de cette génération (96%) ont également déclaré que témoigner de Jésus faisait partie du christianisme, et qu’ils étaient doués pour partager leur foi (73%).

De plus, selon un sondage mené en 2016 par Barna pour le compte de l’American Bible Society (ABS), les chrétiens de la génération Y liraient la Bible plus que les chrétiens de toute autre génération : 87% le font plusieurs fois par semaine.

Comment donc en sont-ils arrivés à conclure qu’évangéliser était une erreur ?

Pour David Kinnaman, le président de Barna, les jeunes vivent de plus en plus dans une culture de non jugement des choix personnels. En conséquence ils prendraient du recul par rapport à la foi des autres et manifesteraient leur respect en évitant le prosélytisme.

Pour le pasteur Billy Hallowell, lui même jeune adulte de la génération Y, c’est la laïcité qui est en cause. Il considère malgré tout que l’Église est en échec à ce niveau.

« C’est une pure preuve de l’échec de l’église à préparer les jeunes à comprendre la foi et à en parler […] Au-delà de cela, c’est aussi le résultat de la crise culturelle de la laïcité qui nous bombarde à chaque tournant. »

H.L.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Vous souhaitez recevoir une alerte par email dès qu'un nouvel article est publié ?