L’allongement du délai de l’IVG à 14 semaines fait son retour à l’Assemblée nationale

Adoptée en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale mercredi 10 février, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » fera son retour au Palais Bourbon le 18 février.

La Proposition de loi portée par la députée du groupe EDS (Écologie, démocratie, solidarité), Albane Gaillot, avait été adoptée le 8 octobre dernier à l’Assemblée nationale, puis rejetée le 20 janvier par le Sénat.

Le texte vise notamment à allonger le délai de recours à l’IVG de 12 à 14 semaines ainsi que de supprimer la clause de conscience spécifique à l’avortement pour les soignants.

Discutée mercredi 10 février par la commission des affaires sociales, la proposition de loi a été adoptée pour la seconde fois a annoncé Albane Gaillot sur Twitter, qui précise que les huit articles ont été « adoptés er enrichis ».

La proposition de loi sera à nouveau examinée, au Palais Bourbon, en séance publique le 18 février prochain.

Le gouvernement est assez réservé en ce qui concerne ce texte, Olivier Véran , ministre de la Santé, a notamment affirmé qu’il s’agissait d’un sujet « sensible » et qu’il « n’était pas sûr » que la proposition de loi « aille au bout ». Le ministre avait sollicité l’avis du Conseil consultatif national d’éthique (CCNE) le 2 octobre 2020.

Le CCNE a rendu son avis le 10 décembre 2020. Il s’est prononcé en faveur de l’allongement du délai de recours à l’IVG n’ayant pas « d’objections éthiques », tout en précisant que « parmi les conditions qui conduisent une femme à dépasser le terme légal actuel, certaines sont évitables et tout doit être fait pour renforcer l’accompagnement dû à chaque femme à travers une amélioration des parcours médicaux ».

« En axant sa réflexion sur les principes d’autonomie, de bienfaisance, d’équité et de non malfaisance à l’égard des femmes, le CCNE considère qu’il n’y a pas d’objection éthique à allonger le délai d’accès à l’IVG de deux semaines, passant ainsi de 12 à 14 semaines de grossesse. »

Le CCNE a également rappelé que « l’IVG est un acte médical singulier » ce qui justifie « le maintien de la clause de conscience spécifique ».

L’avenir de ce texte de loi est encore incertain, car même si il est adopté le 18 février à l’Assemblée, il sera ensuite examiné en seconde lecture au Sénat, qui y est défavorable.

Camille Westphal Perrier

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.