Le « dernier plaidoyer » du pasteur Chu Yiu-ming, reconnu coupable de nuisance publique à Hong-Kong

« Les droits de l’homme sont un cadeau de Dieu, qui ne doit jamais être enlevé arbitrairement par aucun régime politique. »

À Hong-Kong, un tribunal vient de reconnaître 9 leaders de la « Révolte des Parapluies » coupables de « conspiration en vue de commettre un trouble à l’ordre public ». Ils risquent jusqu’à 7 ans de prison. Parmi ces responsables, il y a le pasteur Chu Yiu-ming. Il se dit prêt à « payer le prix » :

« Sous la croix, ceux qui participent au mouvement doivent en payer le prix. Et maintenant nous en payons le prix. »

Sur le banc des accusés et avant l’annonce du verdict, Chu Yiu-ming a livré un sermon édifiant, publié dans son intégralité dans le Hong Kong Free Press. Celui qui se présente comme « un brave gardien », « réveillant les âmes endormies » tient à faire un « dernier plaidoyer ». Pour lui, le « banc des accusés » est « la chaire la plus honorable de [s]a carrière » car « la vallée de l’ombre de la mort mène à des hauteurs spirituelles ».

« Je suis un ministre chrétien engagé au service de Dieu. Je suis résolu à vivre une vie d’amitié avec les faibles et les pauvres, en priant pour que la justice de Dieu soit manifestée sur la terre comme au ciel, et que l’évangile d’amour et de paix soit proclamé parmi le peuple. Mais aujourd’hui, vieux et gris, je me trouve dans le banc des accusés, faisant un dernier plaidoyer en tant que condamné. Cela semble tellement absurde, voire carrément honteux pour une personne qui occupe une fonction sacrée. »

Pour évoquer « l’ère d’absurdité » et dénoncer « l’autorité arbitraire », il commence par raconter son enfance. Il grandit aux côtés de sa grand-mère à une époque de réformes violentes et de famine.

« Les gens ont survécu avec des feuilles d’arbres et des fruits sauvages. […] Je travaillais dans les champs, élevant des buffles. Avec ma grand-mère, j’ai survécu. Elle a survécu. Un cas de partage dans le dénuement. »

À la mort de sa grand-mère il part à Hong-Kong où il devient cireur de chaussures. Il raconte le mépris et la violence dont il est l’objet. Il tombe ensuite malade et sera hospitalisé pendant 2 mois.

« Alité dans une salle bondée, j’ai vu des patients aux prises avec la mort et d’autres visités par des parents et des amis. J’étais tout seul. Rien ne fait plus mal que ça. »

Par la suite, il trouve en emploi de concierge dans une école. L’un des professeurs est chrétien et l’invite à l’église.

« Jésus a dit : ‘Je suis le chemin, la vérité et la vie’. (Jean 14:6) La lumière à la fin de la souffrance éclaire ma vie. »

Son regard sur sa vie change. Désormais, il n’est plus seul :

« Peu à peu, j’ai compris que je ne pouvais tout simplement pas abandonner. La vie est dure et brutale et pourtant, tant qu’il y a des signes d’amour, de justice, de vérité, je suis résolu à suivre la voie supérieure. […] Je sais que pour l’avenir, je ne suis plus seul, car mon Seigneur marche avec moi. »

Il commence ses études et termine par le séminaire de théologie. En 1974, il prend en charge l’église baptiste Chai Wan. Dans cette région très pauvre, il évoque les bidonvilles, les problèmes de drogue et la criminalité.

« De nombreuses familles vivaient encore dans des bidonvilles, risquant des typhons en été et des incendies en hiver. Lorsque des catastrophes se sont produites, je me suis retrouvé sur les lieux, soutenant, embrassant, réconfortant les gens. J’ai ressenti leur douleur et leur impuissance. L’église offrirait une aide par son fonds de charité. »

Pour lui, l’Église doit faire le « pas de plus ».

« Pour ceux qui sont nus ou affamés, le ministre chrétien n’a rien à voir avec des voeux de paix, paix. Je vous souhaite de bonnes choses ; rester au chaud et bien nourri, mais ne rien faire pour leurs besoins physiques. A quoi servent de tels voeux ? Alors demandez la Bible. (Jacques 2:16) Faites un pas de plus. L’église devrait être une communauté qui donne de l’espoir. Faites un pas de plus. Une communauté qui embrasse la souffrance et la douleur. Faites un pas de plus. C’est le vrai sens d’être une église. »

Chu Yiu-ming évoque également l’histoire de Hong-Kong, « la guerre et le chaos ». Il évoque le « pouvoir au peuple » et les « droits de l’homme et les libertés accordés par Dieu, y compris la liberté de presse et de publication, d’association, de réunion ».

« C’est notre conviction basée sur la foi que nous avons: chaque personne est créée à l’image de Dieu. En tant que tel, chaque personne devrait être respectée et protégée. Nous aspirons à la démocratie, car la démocratie aspire à la liberté, à l’égalité et à l’amour universel. […] Les droits de l’homme sont un cadeau de Dieu, qui ne doit jamais être enlevé arbitrairement par aucun régime politique. »

Il rappelle que le prophète Amos s’était, en son temps, levé pour dénoncer « une situation de richesse et de prospérité qui ne profiterait qu’aux riches et aux puissants ».

« Nous ne pouvons plus rester silencieux. Pour l’égalité des droits de l’homme, la démocratie doit faire un pas de plus. […] Depuis lors, je me suis consacré à l’éducation civique et au ministère des services sociaux de l’église. »

Pour mener cette mission, il devient leader d’une campagne de désobéissance civique, « Occupy Central » et s’associe à la « révolte des parapluies » qui réclame des réformes politiques, notamment le suffrage universel et le droit à des candidatures libres. Les parapluies jaunes sont le symbole des parapluies utilisées par les étudiants pendant les manifestations pour se protéger des bombes lacrymogènes tirées par les forces de l’ordre.

« 79 jours d’occupation pendant lesquels 1,2 million de personnes ont participé, démontrent la grande qualité de la capacité de la population de Hong Kong à opérer un changement pacifique et non violent. Au cours de la période, aucun bâtiment n’a été endommagé et aucune propriété n’a été incendiée. »

C’est pour cette manifestation qu’il est aujourd’hui accusé aux cotés de 8 autres leaders. Il termine son discours en citant un verset biblique et en confiant sa vie au Seigneur :

« Nous n’avons aucun regret, nous n’avons aucune rancune, aucune colère, aucun grief. Nous n’abandonnons pas. Dans les paroles de Jésus, ‘Heureux ceux qui sont persécutés parce qu’ils font ce que Dieu leur demande. Le royaume des cieux leur appartient !’ (Matthieu 5:10) Ô Seigneur, qui est miséricordieux et juste, je te confie ma vie, que ta volonté soit faite ! »

Pour Man-kei Tam, directeur d’Amnesty International Hong-Kong, ces accusations sont un « coup fatal à la liberté d’expression et aux manifestations pacifiques » :

« Les verdicts de culpabilité d’aujourd’hui portent un coup fatal à la liberté d’expression et aux manifestations pacifiques à Hong Kong. […] Le gouvernement utilise de plus en plus les poursuites judiciaires comme outil politique pour cibler des militants pacifiques, abusant de la loi pour faire taire les débats sur des questions sensibles telles que la démocratie et l’autonomie de Hong Kong. Nous exhortons le gouvernement à mettre fin à cette agression paralysante contre des personnes qui exercent légitimement leur droit à la liberté d’expression. »

M.C.

Crédit Image : Lewis Tse Pui Lung / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.