Le pape François fustige l’usage de la menace nucléaire en Ukraine lors d’un rassemblement pour la paix

« Le moment que nous vivons est particulièrement dramatique »: le pape François s’est élevé mardi contre la menace nucléaire pesant en Ukraine, regrettant de voir la paix « piétinée » en Europe lors d’un rassemblement pour la paix au Colisée de Rome.

« Aujourd’hui, ce que l’on craignait et que nous n’aurions jamais voulu entendre se produit : le recours aux armes atomiques, qui ont continué à être produites et testées de manière coupable après Hiroshima et Nagasaki, est désormais ouvertement brandi comme une menace », a déploré le pape lors d’une cérémonie inter-religieuse pour la paix organisé par la communauté italienne Sant’Egidio.

« Cette année, notre prière est devenue un cri, parce qu’aujourd’hui la paix est gravement violée, blessée, piétinée: et cela en Europe, c’est-à-dire sur le continent qui a connu au siècle dernier les tragédies des deux guerres mondiales », a-t-il regretté.

« Malheureusement, depuis lors, les guerres n’ont cessé d’ensanglanter et d’appauvrir la Terre, mais le moment que nous vivons est particulièrement dramatique », a poursuivi le souverain pontife âgé de 85 ans, qui n’a cessé de multiplier les appels à la paix depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février.

Arrivé en chaise roulante dans l’amphithéâtre romain, le pape a été chaleureusement applaudi par les quelque 3.000 personnes réunies pour cette cérémonie, qui clôturait un rassemblement de trois jours à l’initiative de Sant’Egidio.

Organisé chaque année depuis 1986, ce sommet qui rassemble des responsables politiques et religieux du monde entier s’est clôturé par la signature d’un appel commun à la paix par les représentants de diverses religions.

Parmi les participants se trouvait notamment le métropolite Antoine de Volokolamsk, « ministre des Affaires étrangères » du patriarche orthodoxe russe Kirill, très aligné sur les positions du Kremlin.

L’édition de cette année, baptisée « Le cri de la paix », s’est ouverte dimanche en présence du président français Emmanuel Macron, qui a estimé qu’une paix ne pourrait intervenir que quand les Ukrainiens « le décideront » et selon les « termes » de Kiev.

Fondée en 1968, la communauté Sant’Egidio, présente dans plus de 70 pays, est devenue au fil des années l’un des canaux de la « diplomatie de l’ombre » du Saint-Siège et est particulièrement active dans l’assistance aux pauvres et aux migrants.

La Rédaction (avec AFP)

Crédit image : Shutterstock / GIACOMO MORINI

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.