Le Sénat du Kentucky vote la prise en charge médicale des nourrissons qui survivent à l’avortement

« Qui peut contester que c’est une vie humaine ? C’est en dehors de l’utérus. C’est vivant. Qui plaiderait pour qu’il soit tué ? … Nous voulons nous assurer que la loi est là pour punir ceux qui essaient de le faire et s’en tirer. »

Le Sénat du Kentucky vient de s’exprimer au sujet d’un projet de loi  qui obligerait les médecins et professionnels de la santé à prodiguer des soins à un nourrisson qui aurait survécu à un avortement. Le projet, appelé Born-Alive Bill, a été voté à l’unanimité. Il sera désormais porté devant la Chambre.

Les médecins et personnels de la santé auront donc l’obligation de prodiguer « des soins et des traitements médicaux médicalement appropriés et vitaux » aux bébés qui survivent à un avortement. Les contrevenants risqueront une peine allant de 1 à 5 années de prison.

Whitney Westerfield, porteur du projet, exprime vouloir « assurer que la vie est protégée non seulement dans l’utérus, mais aussi après que le bébé soit sorti de l’utérus ». Pour le sénateur, il s’agit d’une « vie humaine ».

« Qui peut contester que c’est une vie humaine ? C’est en dehors de l’utérus. C’est vivant. Qui plaiderait pour qu’il soit tué ? … Nous voulons nous assurer que la loi est là pour punir ceux qui essaient de le faire et s’en tirer. »

Le projet est désormais en attente d’approbation par la Chambre.

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.