L’Église arménienne du Royaume-Uni appelle l’Azerbaïdjan à libérer les prisonniers de guerre

Préoccupée par le sort des prisonniers de guerre arméniens et le « traumatisme psychologique persistant » de leurs familles, l’Église arménienne réclame la libération des prisonniers de la guerre au Haut-Karabakh.

Le diocèse de l’Église arménienne du Royaume-Uni et de l’Irlande, qui affirme que l’Arménie a quant à elle « renvoyé tous les prisonniers de guerre azéris », a appelé les autorités azerbaïdjanaises à libérer les prisonniers de guerre. Selon eux, plus de 200 civils et militaires sont restés captifs à l’issue du conflit au Haut-Karabakh en 2020, et ce malgré la signature de l’accord tripartite signé par l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Russie.

« Cependant, l’Azerbaïdjan continue de détenir des prisonniers de guerre comme otages, ignorant même l’appel des dirigeants de l’Église et malgré l’accord tripartite signé par l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Russie le 9 novembre 2020, qui stipule que ‘les parties échangeront des prisonniers de guerre, des otages et d’autres personnes détenues et les cadavres’. »

L’Église arménienne rappelle les vives préoccupations de la communauté internationale quant aux « mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre arméniens ».

« De plus, de nombreuses organisations internationales, dont Human Rights Watch, se sont déclarées préoccupées par les mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre arméniens en détention et ont exhorté les autorités azerbaïdjanaises à assurer leur libération sans plus tarder. Les dirigeants de toute l’Europe ont appelé à une action immédiate, avec une déclaration signée par 150 personnalités publiques et politiques en France, et le Parlement belge a récemment adopté une résolution appelant l’Azerbaïdjan à traduire en justice les auteurs de crimes de guerre. »

Le diocèse ajoute que l’Azerbaïdjan n’a « pas respecté les délais fixés par la Cour pour la soumission d’informations sur les captifs arméniens », et s’inquiète pour le préoccupant « traumatisme psychologique persistant des familles qui attendent le retour de leurs proches ». L’Église arménienne le rappelle en conclusion de sa déclaration, « un certain nombre de familles ont reçu confirmation de la torture ou du meurtre de leurs proches directement sur leur téléphone ou via les réseaux sociaux ».

M.C.

Crédit image : Vera Larina / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.